Cycle d'étude

Points de vue convergents sur l’au-delà : les Nouvelles cartes des cieux

Les Nouvelles cartes des cieux (1)

— Le retour à la demeure première —

Les nouvelles cartes des cieux

Photo pxhere.com

Cet article est une traduction d’une partie d’un long recueil d’extraits de textes publiés en anglais sous le titre New Maps of Heaven, textes disponibles sous la licence CC-BY-NC-SA et édités par Steve Beckow.

Les textes en question sont pour la plupart de courtes citations, ainsi que quelques passages plus longs, regroupés autour de quelques grandes idées clés. Pour chaque extrait, les références entre parenthèses mentionnent l’auteur.e, puis le sigle correspondant à l’ouvrage, puis la page. La liste des sources est consultable via le lien qui figure au bas du présent article.

Dans cette première partie, nous verrons des citations qui appuient les grandes idées suivantes :

    1. La mort est une nouvelle naissance
    2. La mort consiste à ôter un vêtement de chair
    3. La mort est marquée par la rupture du cordon d’argent
    4. La mort est le plus souvent indolore

 

1. La mort n’est rien d’autre qu’une nouvelle naissance

La mort n’existe que pour les vivants, pas pour nous. (Julia Ames, AD, 84.)

Ce que vous appelez la mort… est en fait l’entrée dans la vie. (Julia Ames, AD, 64.)

La mort, comme [vous] l’appelez, n’est rien d’autre qu’une nouvelle naissance. … Nous sommes encore plus vivants qu’avant. (Gordon Burdick à Grace Rosher, TR, 66.)

Pour vous, la mort est un chemin obscurci, pour nous, c’est un chemin de lumière. (Mary Bosworth à Charlotte E. Dresser, LHH, 91.)

Il ne faut pas craindre la mort, car la mort du corps n’est qu’un passage en douceur vers une vie beaucoup plus libre. (Frances Banks, TOL, 121.)

On ne meurt pas et il n’y a rien à craindre quand le changement arrive. Si j’avais su ce que je sais maintenant, je n’aurais eu aucune crainte. (La grand-mère de Grace Rosher, TR, 93.)

Crois-moi, papa, il est dix fois plus dangereux et désagréable de naître dans ton monde que de le quitter ! Naître est un processus douloureux et risqué et aucun d’entre nous ne l’envisage avec un quelconque degré de plaisir. Et pourtant, vous tous sur la terre craignez la mort. (Mike Swain à son père, Jasper, dans FMW, 51.)

Ne pensez pas à la vie future et ne vous inquiétez pas pour elle. N’ayez pas peur de la mort, qui n’est qu’une venue, une renaissance, dans cette vie. Faites ce que vous pouvez pour aider les autres à comprendre la vie immortelle de l’âme humaine, et vivez dans la satisfaction et la confiance de votre avenir, maintenant et pour toujours. (Mary Bosworth à Charlotte E. Dresser, LHH, 92.)

Laisser la terre dans l’acte commun de ” mourir ” est un processus parfaitement naturel et normal, qui a eu lieu continuellement, sans interruption, pendant des milliers et des milliers d’années terrestres. (Monseigneur Robert Hugh Benson, HH, 13.)

La mort est un état plus libre qui ne limite pas l’âme au temps et au lieu tels que vous les connaissez. Elle lui permet de voir plus clairement les choses qu’elle a acquises au cours de sa dernière incarnation sur le plan terrestre. Elle lui permet de mieux se comprendre et de comprendre tous ceux qui étaient avec elle pendant cette incarnation. Souvent, elle peut regarder plus objectivement sur elle-même et sur les autres, en voyant les erreurs qu’elle a commises et les points qu’elle a pu améliorer au cours de ses expériences terrestres. (Maître spirituel non nommé par Betty Bethards, TIND, 3.)

Si vous pouviez avoir des perceptions claires de ce qu’est le passage que vous appelez la mort, vous sauriez qu’il n’y a pas besoin d’être inconscient au moment du passage. On l’attendrait avec impatience. (Enseignant spirituel anonyme par Betty Bethards, TIND, 10.)

Je suis un nouveau venu dans un pays qui n’est jamais le même pour une âme, même si nous passons par là après chaque incarnation terrestre. Nous sommes différents chaque fois que nous repassons par la porte ouverte. Nous avons formé de nouveaux schémas de pensée et de nouvelles idées sur ce à quoi nous devons nous attendre et, puisque les pensées sont définitivement des choses, nous sommes les co-créateurs avec Dieu de ce que nous trouvons pour nous-mêmes ici. (Arthur Ford dans WB, 16.)

Nous avons vu l’ombre de la ” mort ” et de la ” tombe “, ces deux ogres qui effraient tant de bonnes âmes, les remplissant d’une crainte qui est totalement et complètement injustifiée. L’homme n’a jamais eu l’intention de traverser sa vie terrestre avec cette ombre noire monstrueuse qui plane à jamais sur lui. C’est contre nature et complètement mauvais. Elle a été élevée par les hommes sur la terre dans des périodes éloignées de l’histoire de la terre et elle a continué ainsi pour l’ensemble des habitants de la terre, de génération en génération d’incarnés.

Il est tout à fait naturel que, lorsque l’occasion se présente, nous visitions la terre et, en apportant avec nous un peu de la lumière de la connaissance, nous devrions être capables de dissiper les craintes de mort du corps physique qui hantent tant de gens et, à la place de ces craintes, de donner quelques connaissances et informations sur les superbes terres du monde des esprits où nous vivons maintenant et où vous-même viendrez un jour vous joindre à nous.

Au lieu de craindre un ” au-delà ” spéculatif, nous essayons de vous montrer quelque chose de la brillante perspective qui s’offre à vous lorsque ce moment heureux arrivera pour que vous puissiez prendre votre véritable et indubitable héritage dans le monde des esprits. (Robert Hugh Benson, HH, 128.)

 

2. La mort est simplement le fait de se débarrasser du vêtement de chair

La mort n’est que le rejet du vêtement de chair, que l’on enterre à l’abri des regards et qui passe dans la poussière. Vous, le vrai Ego, avec sa personnalité, vous passez immédiatement dans le monde intermédiaire.  (Therold, FMABL, 95.)

La mort est une transition que toute âme qui s’incarne dans un corps physique doit faire. Ce n’est rien d’autre que de quitter le véhicule physique (le corps) pour se préparer à l’enseignement supérieur, que toutes les âmes suivent. (Maître spirituel non nommé par Betty Bethards, TIND, 3.)

La mort est un changement dans le taux de vibration. Lorsque vous vous endormez la nuit et que votre conscience quitte le corps physique, vous faites l’expérience de la même chose que la mort. (Professeur spirituel non nommé par Betty Bethards, TIND, 3.)

Votre personnalité, votre mémoire, tout ce que vous considérez être vous partira avec cette énergie [à la mort] parce que vous êtes énergie.

Une fois que votre travail est accompli, il n’est plus nécessaire de rester dans le véhicule physique que vous utilisez sur le plan terrestre. Le corps est comme de la poussière et retournera à la poussière. Il faut la force d’énergie du corps éthérique, vivant dans votre véhicule physique, pour produire un être. À la mort, l’être part et vous ne pourriez pas vous soucier moins du véhicule physique qui est une entrave, comme une prison. (Professeur spirituel non nommé par Betty Bethards, TIND, 4.)

Nous imaginons que la vie, notre vie, se termine avec la mort du corps. Ce que vous apprenez ici, c’est que la durée de vie passée dans le corps terrestre n’est qu’un petit segment du grand cercle de l’existence. Vous continuez. Vous n’arrêtez jamais. Parfois vous dormez, mais vous vous réveillez toujours. (Julia Ames, AD, 160.)

Tout ce qui vous concerne sur terre est corruptible. Il y a donc un état d’impermanence palpable. Quelle que soit l’ampleur de la décomposition, vous avez toujours la certitude de la fin éventuelle de votre vie terrestre, qui en elle-même scelle l’impermanence mondaine. (Robert Hugh Benson, HH, 52.)

Le corps-esprit, votre vrai moi, s’est revêtu pendant un certain temps d’atomes de matière qui sont dans un état de changement perpétuel. Lorsque le processus d’éducation terrestre est terminé, ces atomes changeants sont mis de côté, et votre résurrection a lieu. La résurrection — une vivification instantanée d’une individualité confinée ; un éclatement du bourgeon, une libération d’un esprit prisonnier et entravé — n’est pas lointaine, après un sommeil dans l’inconnu, mais instantanée, immédiate. (“Docteur” [Athénodore] dans Moïse, MSTSW)

 

3. Le moment de la mort est la rupture de la corde d’argent

Lorsque l’âme se détache du corps, le cordon d’argent est complètement coupé. C’est le début et la fin de la mécanique de la mort. (Mike Swain, FMW, 50.)

Ceux qui ont la clairvoyance verront que la séparation est finalement accomplie lorsque le cordon reliant le corps spirituel au corps physique, après s’être allongé au fur et à mesure que le corps spirituel s’éloigne, est coupé. Lorsque cette séparation a lieu, la mort survient. Il n’y a rien ni personne dans votre monde qui puisse par quelque moyen que ce soit / permettre au corps physique de vivre à nouveau. (Silver Birch, LSB, 30-1.)

La seule différence entre l’état de mort et l’état de rêve est que le cordon d’argent, qui est comme un cordon ombilical reliant l’âme au corps, est coupé dans la mort. Ce cordon permet à l’esprit de voyager dans les différents royaumes et plans au-delà du physique pendant la nuit, et de recevoir des enseignements supérieurs. Dans l’état de soi-disant mort, l’énergie — votre esprit — quitte le corps et ne revient pas. (Maître spirituel non nommé par Betty Bethards, TIND, 3.)

Or, la mort n’est que la rupture du cordon psychique qui unit les deux corps. (John Heslop, FMABL, 67.)

Le corps spirituel coïncide exactement avec le corps physique, et pendant les heures de veille, les deux sont inséparables. Lorsque le sommeil a lieu, le corps de l’esprit se retire du corps physique, mais le premier est attaché au second par un cordon magnétique. Je l’appelle un cordon magnétique, faute d’un meilleur nom. C’est une véritable ligne de vie. Son élasticité est énorme puisque le corps spirituel peut voyager soit à travers la terre pendant les heures de sommeil, soit à travers le monde des esprits sous réserve de conditions et de limitations particulières.

Quelle que soit la distance entre le corps physique endormi et le corps spirituel temporairement libéré, le cordon magnétique peut couvrir cette distance facilement et parfaitement et sans aucune diminution de son action active, qui est de maintenir la vie dans le corps terrestre. La ligne de vie deviendra, à mesure que sa longueur augmente, extrêmement fine et d’apparence presque capillaire.

Tant que le cordon magnétique sera relié au corps terrestre, la vie terrestre restera aussi longtemps dans le corps physique. Mais au moment où la dissolution a lieu, la ligne de vie est coupée, l’esprit est libre de vivre dans son propre élément, tandis que le corps physique se décomposera de la manière qui vous est parfaitement familière sur terre.

La mort du corps physique n’est donc que la rupture du cordon magnétique, et, en ce qui concerne le corps physique, elle ressemble beaucoup au sommeil ordinaire. Il ne semble pas y avoir de choses très terribles dans ce processus simple si on y réfléchit un peu. (Robert Hugh Benson, HH, 14.)

Quand la sensation se termine, la mort du corps commence. (Julia Ames, AD, 156.)

” Elle s’est endormie “, dit l’un des messages qui décrivent le passage d’un tel esprit : “elle s’est endormie, et le cordon de vie a été coupé par nos amis qui la surveillaient, puis ils l’ont réveillée doucement, et elle a levé les yeux et souri très doucement au visage de celui qui se penchait sur elle.” (H.W. Engholm dans LBV, 5-6.)

Les cordes de terre … jouent évidemment un rôle important au moment de la mort. (Wellesley Tudor Pole dans PD, 90n.)

15h15. Deux personnages sont apparus et se tiennent de chaque côté du lit du [Major P.], contre le mur. …

15h55. Les deux personnages descendent en piqué sur le lit et semblent rompre les ” cordes ” en des points proches du corps physique. Je vois immédiatement que la forme ou le double [du Major P] s’élève d’environ deux pieds par rapport à sa position initiale, mais reste horizontale, et au même moment, le cœur du Major P cesse de battre. (Wellesley Tudor Pole regarde la mort du Major P., PD, 84.)

Variabilité des circonstances du grand passage

Il y a plusieurs façons de passer de votre côté au nôtre. La plus générale est le réveil sans douleur et la première sensation est celle du repos, du soulagement et de la paix. (Julia Ames, AD, 159.)

Il y a trois façons de passer du vôtre à notre monde. La première est de venir comme je l’ai fait, avec la violence d’une fin abrupte. La deuxième est de venir à la suite de la décomposition du corps, par exemple, de la maladie ou de la vieillesse. La troisième voie, la voie logique, est de venir à nous avec une compréhension pleine et consciente de la raison pour laquelle cela se produit. (Mike Swain à son père Jasper, FMW, 48.)

Malheureusement, le moment de la transition semble parfois être très rempli de douleur et de crainte. Chez certains [le temps de quitter le corps] dure relativement longtemps. … Chez certains, il est momentané. L’enveloppe s’ouvre, la lettre est libérée et c’est fini. Mais parfois, la naissance de la mort est comme un accouchement et l’âme travaille longtemps pour être libre. … Je ne sais pas pourquoi certains devraient passer plus facilement que d’autres. C’est un fait, c’est vrai. Mais, après tout, la séparation de l’âme et du corps n’est qu’une affaire de moments. Il n’y a aucune raison de s’en inquiéter autant. L’âme tranquille qui se prépare et qui sait n’a pas besoin de ressentir même un tremblement d’alarme. Les prémices du décès sont souvent douloureuses ; la séparation elle-même, bien qu’elle soit parfois accompagnée d’un sentiment de déchirement, n’a pas beaucoup d’importance. (Julia Ames, AD, 66.)

Les circonstances diversifient les cas individuels à tel point qu’il faudrait de nombreux volumes pour raconter ne serait-ce qu’une partie des expériences des autres en ce qui concerne l’arrivée dans le seul monde des Esprits. (Robert Hugh Benson, HH, 42.)

Il peut sembler y avoir une grande similitude entre une transition normale et une autre lorsqu’on la regarde avec les yeux terrestres, mais de notre point de vue, les variations sont énormes. Elles sont aussi grandes, en fait, que les variations des personnalités humaines. Ce qui pour le contemplateur terrestre est la fin de la vie, est pour nous et la personne principalement concernée le début d’une nouvelle. C’est à la personnalité que nous avons à faire, et, selon la personnalité, à la connaissance ou à l’ignorance des affaires spirituelles de l’âme qui passe, ainsi notre tâche spéciale est régie et notre ligne de conduite réglée. En bref, chaque trépas est traité et servi en tenant strictement compte de ses exigences essentielles. (Robert Hugh Benson, MALIWU, 12-3.)

 

4. La mort est indolore ; la plupart des gens ne souffrent pas

Avec moi, le changement [c’est-à-dire la mort] a été parfaitement indolore. (Julia Ames, AD, 64.)

Je suis sûre que si les gens savaient que le moment où ils passent n’est même pas perceptible, la peur de la mort qui hante tant de gens disparaîtrait. (Gordon Burdick à Grace Rosher, TR, 60.)

La mort est … un simple épisode que nous considérons avec une certaine tendresse et non avec une quelconque douleur. … Il y a en elle un temps de calme, de glorieuse plongée dans le repos. (F.W.H, LO, 57.)

Ils ne souffrent pas, ces gens, dans leur passage. Je pense que parfois leurs amis souffrent davantage, quand ils voient le corps se tordre dans une apparente agonie, alors qu’en réalité l’esprit goûte déjà la première liberté de la douleur, ou se trouve dans une insensibilité bénie. (John Scott, LO, 56.)

La dernière minute fut terrible, mais seulement pendant un moment et ensuite elle passa, ce qui signifie que le sommeil de la mort me soulagea de toute douleur. (Sigwart, BOTR, 10.)

La mort n’est rien de plus que le passage d’une porte qui fait signe. Elle est si brève, si éphémère qu’il est à peine possible de la noter, car c’est ce qui se trouve au-delà de la porte qui compte. Le corps, disons, est fatigué et affaibli. À un certain moment, le cœur s’arrête, non seulement parce que le mécanisme du corps ne fonctionne plus, mais aussi parce que l’âme a glissé par la porte qui s’ouvre. Certains y vont volontiers, d’autres à contrecœur, mais tous en réponse au besoin universel de paix et de tranquillité. (Arthur Ford, WB, 15.)

Tout le processus de transition tant redouté par les gens sur terre est un processus naturel, normal et indolore. Il est aussi naturel et indolore que d’enlever son vêtement extérieur quand on n’en a plus besoin. (Robert Hugh Benson, HH, 127.)

Depuis mon propre avènement sur les terres des esprits, j’ai parlé de cette question avec de nombreux amis et aucun d’entre eux n’a été conscient par un quelconque incident interne ou externe que son cordon magnétique s’était séparé de son corps physique. A cet égard, le processus réel de dissolution est indolore. Toute souffrance endurée par la personne dont la transition est imminente est purement physique.

C’est-à-dire que c’est la cause de la mort physique, par exemple la maladie ou un accident, qui peut apporter la douleur et non la mort elle-même. Si les médecins peuvent soulager la douleur, et il n’y a aucune raison pour qu’ils ne le fassent pas dans tous les cas, alors tout le cours de la dissolution serait entièrement indolore. Pourquoi la rupture du cordon magnétique devrait-elle être une opération douloureuse ? Si c’était le cas, cela suggérerait sûrement qu’il y a une faute dans le plan céleste des choses. Mais il n’y a pas de faute et la ” mort ” est indolore. (Robert Hugh Benson, HH, 16-7.)

C’était la première mort dont j’ai été témoin. Immédiatement après que son cœur eut cessé de battre, j’ai vu distinctement quelque chose en apparence comme de la fumée, ou de la vapeur qui monte d’une bouilloire dans laquelle l’eau est en ébullition, monter de son corps. Cette émanation ne s’élevait qu’à une faible distance et là, elle se résolvait sous une forme semblable à celle de mon amie qui venait de mourir. Cette forme, d’abord obscure, se modifia progressivement jusqu’à devenir bien définie et revêtue d’une robe blanc nacré, semblable à un nuage, sous laquelle les contours de la figure étaient nettement visibles. Le visage était celui de mon amie mais glorifié, sans trace du spasme de douleur qui l’avait saisie juste avant sa mort. (Joy Snell, MA, 18.)

Que les morts dont j’ai été témoin aient été paisibles ou douloureuses, précédées ou non de la reconnaissance d’une personne de l’autre monde, toujours, immédiatement après que la vie physique ait cessé, j’ai vu la forme spirituelle prendre forme au-dessus du corps mort, en apparence une réplique glorifiée de celui-ci. Aussi douloureuses qu’aient pu être les dernières heures, aussi longues et épuisantes que fussent les maladies, aucune trace de souffrance ou de maladie n’apparaissait sur le visage rayonnant de l’esprit. Le contraste qu’il présentait avec les traits humains, déformés par la douleur et profondément sillonnés par la souffrance, était parfois frappant. (Joy Snell, MA, 40.)

Il n’y a pas de ténèbres pour nous quand nous regardons nos proches franchir la petite ligne de démarcation. Nous pensons que la fin de la vie devrait être retirée de sa tristesse et de sa peur et considérée seulement comme un sommeil paisible, avec un réveil béni et lumineux. Cela se réfère bien sûr à ceux qui ont cultivé leur vie spirituelle lorsqu’ils étaient sur terre. La mort peut en effet être un chemin obscurci pour ceux qui ne sont pas aptes à cette vie — et pourtant ce n’est pas la mort, mais le réveil qui est si morne et souvent terrible pour ceux dont la vie n’a pas été juste ou miséricordieuse ou spirituelle. (Mary Bosworth à Charlotte E. Dresser, LHH, 92.)

Quand je suis [morte], j’ai découvert que l’erreur la plus stupide de ma vie était ma longue, longue terreur de la mort. Année après année, j’en ai eu peur alors que je n’aurais pas dû en avoir peur le moins du monde. J’étais très malade et je souffrais beaucoup de soucis, de craintes, d’angoisses et de douleurs corporelles dans ma vie. Mais au moment de la mort, il n’y avait pas de douleur.

Quand j’ai su que j’allais mourir, j’ai pu dire : “Prends soin du petit Tough.” C’était mon petit fils chéri. Mais je n’étais ni malheureuse, ni effrayée, ni seule, car j’ai vu mes pères, mes sœurs, mon frère que j’avais cru mort — et par mort, je veux dire endormi jusqu’au jour du Jugement dernier.

Mais ils ne dormaient pas, ils étaient tout près de moi. Je pouvais les voir à travers une brume pâle. Alors si quelqu’un vous parle de la solitude de la mort, dites-lui que c’est un non-sens. Je n’ai jamais été moins seul que pendant ces quelques minutes — je suppose que c’était des minutes. Je n’étais pas en état de mesurer le temps quand j’étais en train de mourir. J’étais tout à fait impuissant. Je ne pouvais pas bouger les mains ou les pieds, mais je n’avais pas du tout peur.

Mon message au monde est donc que, pour moi, l’un des moments les plus heureux de ma vie terrestre a été le moment de la mort. Bien sûr, ce fut beaucoup plus long qu’un moment, mais la merveilleuse libération de la douleur, le sentiment de paix et de sécurité quand j’ai vu mes trépassés bien-aimés vivants, souriants, m’attendant, chassent la solitude, la peur, et, pour un temps, toute la peine de la séparation de mes deux garçons.

D’autres personnes peuvent mourir différemment — je ne sais pas. Je peux seulement vous dire que le mot “mort”, à en juger par mon expérience, devrait voir sa définition modifiée dans le dictionnaire pour devenir ” la première expérience humaine d’une paix qui dépasse la compréhension “. (Hilda à Geraldine Cummins, TS, 139.)

 


 

Ces citations diverses proviennent de sources dont la liste est disponible sur la page Liste des sources du cycle Nouvelles cartes des cieux

 


Cette forme d’article inaugure une nouvelle série, dites-moi dans les commentaires si l’une des citations vous a particulièrement interpellé, et ce qu’elle vous a permis de mieux comprendre et de mieux intégrer dans votre cheminement !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.