Découvrir

Quelques médecins américains méconnus face à l’au-delà

Quelques médecins américains méconnus face à l'au-delà

Photo Guillaume Piron – Unsplash

Le corps médical devrait-il parler de l’au-delà ?

Le Dr Todd Michael, médecin urgentiste et directeur d’un service d’urgence au Colorado (États-Unis),  pose la question ” Les médecins devraient-ils parler de l’au-delà ?

Voici ce qu’il en pense :

” Oui, nous devrions en parler parce que je parle moi-même à beaucoup d’autres [médecins] et à beaucoup d’infirmières et ils disent : ” Oui, nous percevons cela aussi, à un niveau ou à un autre, et il n’y a rien de mal à cela “.

Nous laissons la profession médicale nous faire honte de façon subtile. Ils ne nous sanctionnent pas directement et ne nous censurent pas, mais nous les laissons nous empêcher d’en parler. “

 

Dans les institutions scientifiques et universitaires, les sanctions informelles imposées aux professionnels qui parlent de l’au-delà et du paranormal sont très réelles. Dans le Journal of Scientific Exploration (Journal de l’Exploration Scientifique), Etzel Cardena, de l’université de Lund, en Suède, décrit les tentatives flagrantes de supprimer et de censurer les recherches en parapsychologie et les auteurs de ces tentatives. Il s’agit notamment de fausses accusations, d’interdiction d’accès aux revues, de suppression de documents et de données et d’ostracisme et de persécution des scientifiques intéressés par le sujet.

Victor Zammit, avocat australien retraité, et auteur d’un site très documenté sur l’au-delà depuis de nombreuses années, affirme avoir été à de nombreuses reprises contacté par des scientifiques qui lui ont déclaré qu’ils ne pouvaient rien dire de leurs contacts avec l’au-delà avant leur retraite.

Mais les médecins et les infirmières qui travaillent quotidiennement à proximité de la naissance et de la mort peuvent être plus ouverts d’esprit en raison de leur expérience personnelle directe. Bien que nous entendions souvent dire que les médecins sont très sceptiques, lors d’une enquête menée auprès de 1 044 médecins aux États-Unis, 59 % ont déclaré qu’ils croyaient en une sorte de vie après la mort.

Un livre du Dr Scott Kolbaba présente les expériences “miraculeuses” de 27 médecins (choisis parmi les 200 expériences qu’il a recueillies) :

Ainsi, bien que des pressions soient encore exercées sur les médecins pour qu’ils gardent ces expériences pour eux, il est encourageant de voir qu’il y a au moins quelques médecins et infirmières qui s’adonnent à la recherche dans les domaines des NDE et des expériences de fin de vie et parlent des expériences de contact avec l’au-delà.

 

Dr Ian Rubenstein : médecin et médium

Ian Rubenstein est un médecin anglais qui combine avec succès la médecine et la médiumnité au niveau local en tant que médecin de premier recours. Son livre fascinant Consulting Spirit est l’histoire vraie d’un médecin généraliste qui a été attiré dans le monde de la médiumnité spirituelle et a commencé à recevoir des messages des parents décédés de ses patients.

Il raconte que la seule fois où quelqu’un s’est plaint était une femme qui a dit au directeur du cabinet médical qu’elle n’était pas contente parce qu’elle “n’avait pas reçu de message”.

Dr Ian Rubenstein

Photo Glastonbury Symposium

 

Docteur JEFF

Dr Jeff O'Driscoll

Dr Jeff O’Driscoll est un autre médecin urgentiste qui a accepté de rendre publiques ses expériences, notamment une expérience où il a vu la femme décédée d’un patient.

Sur son site Doctor Jeff, il fait part de ses propres expériences spirituelles et de celles dont il a été témoin chez d’autres.

Il est l’auteur de l’ouvrage NOT YET :

NOT YET : PAS ENCORE

Dr Elisa Medhus : d’où vient l’intérêt croissant pour l’au-delà ?

L’article de la docteure Elisa Medhus sur le Huffington Post pose cette question :

D’où vient l’intérêt croissant pour l’au-delà ?

Outre le nombre de baby-boomers qui vieillissent, Elisa Medhus suggère qu’il y a trois raisons principales :

  1. Le déclin du pouvoir des religions dogmatiques
  2. La science quantique remet en question le matérialisme dépassé
  3. ” Maintenant, Internet nous aide à créer des micro-communautés où nous pouvons partager ces expériences “paranormales” dans un endroit sûr, anonyme et sans mépris… même les médecins sont devenus assez courageux pour partager les événements “paranormaux” qu’ils ont vus tout au long de leur carrière pendant le processus de mort de leurs patients. Auparavant, ils auraient craint le ridicule de leurs pairs, qui partageaient probablement les mêmes secrets. “

 

Voici le fruit de ses réflexions :

” Lorsque j’ai perdu mon fils de 20 ans à la suite d’une blessure par balle auto-infligée à la tête, j’ai plongé dans un vide dépourvu de tout système de croyance qui permettrait de répondre à ce qui serait la question la plus importante de ma vie. Où est mon fils ? En tant que médecin ayant une solide formation scientifique, élevée par deux athées, j’ai eu du mal à savoir par où commencer mes recherches. Je ne savais même pas s’il y avait quelque chose à chercher.

Alors, j’ai fait ce que je fais de mieux. Je me suis tournée vers la science. J’ai dévoré des centaines de livres et de récits de physiciens quantiques et théoriques et d’expériences de mort imminente. J’ai passé en revue des expériences contrôlées en double aveugle, menées sur des médiums et j’ai exploré des études scientifiques sur la survie de la conscience après la mort.

Mon voyage est toujours en cours, mais en cours de route, j’ai pris conscience du fait que je ne suis pas seule dans mon exploration de l’existence de la vie après la mort. En fait, je surfe sur une vague de plus en plus fascinante sur ce qui se passe après que vous ayez pris votre dernier souffle, et cette vague prend des proportions de tsunami alors que près de 78 millions de baby-boomers sont aux prises avec leur propre mortalité.

Pourquoi maintenant ? Les gens ne se sont-ils pas toujours demandé ce qui se passe lorsque les lumières s’éteignent pour la dernière fois ? N’ont-ils pas toujours eu déjà assez peur pour se poser la question, ou ont-ils la tête dans le sable depuis plusieurs siècles ? Bien sûr que si, mais seulement de façon très fermée. Après tout, la plupart d’entre nous ont peur de mourir. L’idée de disparaître de toute existence ou d’être arraché à nos proches n’est pas vraiment folichonne. Et oui, la plupart d’entre nous sont curieux. Cependant, nous pouvons éventuellement nous demander  ce qui se passe après la mort de la personne assise à côté de nous, mais nous ne nous attardons pas souvent sur la pensée de notre propre mort.

Et puis il y a les expériences paranormales. Ceux qui les vivent contemplent souvent l’existence de la vie après la mort. Et vous seriez surpris de savoir combien de personnes en ont fait l’expérience. Ce n’est pas nouveau. Les expériences de mort imminente, les visites d’êtres chers décédés ou les visions au seuil de la mort sont courantes, mais jusqu’à récemment, elles étaient toutes passées sous silence.

Personne ne veut être ridiculisé ou étiqueté “mentalement inapte”. Si seulement ils savaient que des dizaines de milliers de personnes ont vécu des situations similaires. En fait, les estimations de la NDERF (Near Death Experience Research Foundation) suggèrent qu’au moins 15 millions d’adultes ont subi une NDE. De multiples sondages montrent que 20 % de la population a eu des communications avec des personnes décédées, et un sondage réalisé en décembre 2009 a montré que 18 % des personnes déclarent avoir vu ou été en présence d’un fantôme.

Alors, qu’est-ce qui a changé ? Plusieurs choses. Tout d’abord, nous avons constaté une diminution de l’adhésion et de l’impact des confessions religieuses plus dogmatiques et inflexibles dont le travail consiste à nous dire qu’une sorte d’Être divin va balayer nos âmes et nous trier comme des pièces de monnaie, pour nous placer dans une sorte de paradis idyllique ou d’enfer éternel.

Deuxièmement, la science quantique a commencé à voler la vedette à la science de la matière (désolé, Sir Isaac), nous apprenant que nous n’avons plus besoin de nous fier à nos cinq sens pour émettre des hypothèses et éventuellement définir une vérité.

Ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas voir, sentir, entendre, goûter ou sentir quelque chose que cela signifie qu’il n’existe pas. Alors que la physique quantique prend tout son sens, les études sur l’existence d’autres dimensions et la survie de la conscience après la mort donnent lieu à des percées.

Il ne se passe pas un mois sans que les nouvelles découvertes ne fassent l’objet de reportages : Le fait que nous puissions voir d’autres dimensions que la nôtre. L’hypothèse selon laquelle les microtubules des mitochondries de notre cellule sont à l’origine de la conscience. L’idée que notre âme est peut-être composée de minuscules particules subatomiques appelées “neutrinos”.

Enfin et surtout, la technologie. Le lien qui nous unit tous. Aujourd’hui, Internet nous aide à créer des micro-communautés où nous pouvons partager ces expériences “paranormales” dans un lieu sûr, anonyme et sans mépris. Le nombre de sites web traitant de la vie après la mort a explosé ces dernières années, tout comme le nombre de films et d’émissions de télévision traitant de l’au-delà et de tout ce qui est surnaturel.

Soudain, le tabou devient plus confortable : “Eh bien, peut-être que je ne suis pas si fou après tout”. En fait, grâce à cette “sortie” publique de visions de lit de mort, de NDE et de communications après la mort, même les médecins sont devenus assez courageux pour partager les événements “paranormaux” qu’ils ont vus tout au long de leur carrière pendant le processus de mort de leurs patients. Auparavant, ils auraient craint le ridicule de leurs pairs, qui partageaient probablement les mêmes secrets.

Une fois que cette discussion sur l’au-delà est devenue confortable, des célébrités spirituelles comme Deepak Chopra, Neale Donald Walsh et Gary Zukav ont pris une place plus importante et ont été largement suivies.

À mesure que les percées de la physique quantique ont été rendues publiques par Internet, la télévision et d’autres moyens, les physiciens eux-mêmes sont devenus populaires et beaucoup, comme Michio Kaku, sont devenus des célébrités du jour au lendemain. La vague continue de déferler.

Pour ceux d’entre vous qui ont encore besoin de la voir pour y croire, le Dr Thomas Campbell, docteur en physique théorique et auteur de My Big TOE (Theory of Everything – Théorie du Tout), l’explique ainsi (et je paraphrase, ici) :

Nous sommes comme nos bactéries intestinales. Pour ce que nous en savons, le pain qui descend vers nous est la manne du Ciel. Nous ne savons rien des semailles, de l’irrigation, de la rotation des cultures, de la fertilisation et de la lutte contre les parasites, de la récolte, de la production du pain et de son transport vers le marché. En outre, nous n’avons aucune idée de l’économie mondiale du blé, de la hausse et de la baisse de son prix sur le marché des matières premières, etc. Mais cela nous affecte quand même, nous les bactéries.

Cela dit, il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas percevoir avec nos sens qui existent et qui nous affectent tous. D’autres dimensions, y compris celle dans laquelle se trouve mon fils, Erik, peuvent en faire partie. Mais le cours d’un grand navire change de direction très lentement, et comme l’a dit Schopenhauer, “La vérité passe par trois phases : D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle est méprisée. Ensuite, elle est considérée comme une évidence.”

Y a-t-il des preuves suffisantes de l’immortalité et de l’existence de l’au-delà ? Non, pas à 100 %. Et pour moi, il n’y en aura jamais tant que je n’y serai pas. Mais c’est pas grave. Il est sain d’être un sceptique ouvert d’esprit. C’est le sceptique à l’esprit fermé qui maintient l’humanité au point mort. S’il n’en tenait qu’à eux, on penserait encore que la Terre est plate et au centre de notre système solaire. Je suis toujours l’une des bactéries intestinales qui apprennent l’économie mondiale du blé, mais en classe de rattrapage.

Au final, c’est un mélange de science et de foi. C’est à vous de décider de la part de chaque.

De toute façon, vous êtes destiné à surfer sur la vague. “

 


ANNEXE : Comment Sir Barrett a découvert les visions des agonisants

C’est à la suite des observations de son épouse, Lady Florence Barrett, elle-même chirurgien obstétricien, que le professeur William F. Barrett (1844-1925), physicien et parapsychologue britannique, se décida à mener une étude approfondie des visions des agonisants, ou visions au seuil de la mort, aussi désignées par le sigle NDA, (Near-Death Awareness), expériences de conscience accrue à l’approche de la mort.

Elle avait parlé à son mari d’une femme, Doris, qui était morte à son hôpital après avoir accouché. Juste avant sa mort, Doris se mit en position assise et se montra très enthousiaste à l’idée de se rendre dans un endroit merveilleux et dit que son père était venu l’y emmener. Puis elle exprima sa surprise de voir sa sœur avec son père. Il semble que la sœur était morte trois semaines auparavant, mais Doris n’en avait pas été informée.

Cette histoire fut si intéressante pour le professeur Barrett qu’il entreprit une étude systématique des visions au seuil de la mort.

Pour des compléments sur les expériences NDA, vous pouvez lire cet article : Ce qu’ils ont vu au seuil de la mort

Lady Florence Barrett Licence Creative Commons CC BY


Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.