Cycle d'étude

Les Nouvelles cartes des cieux (4)

Mort et passage dans l’au-delà

— en temps de guerre et de catastrophe —

Mort et passage dans l'au-delà — en temps de guerre

Photo PO 2nd Class Walter Wayman

 

Les textes qui suivent sont pour la plupart de courtes citations, ainsi que quelques passages plus longs, regroupés autour de quelques grandes idées clés. Pour chaque extrait, les références entre parenthèses mentionnent l’auteur.e ou le narrateur , puis le sigle correspondant à l’ouvrage, puis la page. La liste des sources est consultable via le lien qui figure au bas du présent article.

Cet article est une traduction d’une partie d’un long recueil d’extraits de textes publiés en anglais sous le titre New Maps of Heaven, textes disponibles sous la licence CC-BY-NC-SA et édités par Steve Beckow.

 

Les trois premières parties de ce cycle de textes sont disponibles ici : Les Nouvelles cartes des cieux (1)Les Nouvelles cartes des cieux (2)Les Nouvelles cartes des cieux( 3)

 

 

Mort et au-delà, au champ d’honneur

 

En ces temps [référence à la Seconde Guerre mondiale]  il y a vraiment tant de gens qui ont été abattus ici soudainement, en pleine vigueur terrestre, de sang chaud, souvent pleins de ressentiment, ou rongés par d’affreux souvenirs, toutes leurs émotions étant fortes et devant être maîtrisées. Tout cela constitue une grande masse de trépassés attachés à la Terre à l’heure actuelle et nous travaillons parmi eux. (Philip Gilbert, PTS, 24.)

 

Ceux qui sont tués assez soudainement… arrivent avec les sentiments et les pensées qu’ils avaient juste avant. Souvent, ce sont ceux qui pensent encore qu’ils doivent continuer à se battre et qui doivent être calmés ; souvent, ils pensent qu’ils ont dû devenir soudainement fous parce que la scène a changé. Ce n’est pas surprenant si vous pouvez imaginer dans quel état de tension énorme, presque de la folie, se déroule le combat proprement dit. Ils pensent alors souvent … qu’ils sont maintenant dans un hôpital de guerre.

Nous devons d’abord leur faire plaisir et ne leur expliquer que progressivement ce que signifie l’hôpital. Parfois, ils sont profondément heureux, ceux qui sont arrivés à la limite de l’endurance et se réjouissent d’être libérés du monde des guerres. Parfois, avec ceux qui ont des liens très forts avec leur foyer, nous devons leur faire voir les choses aussi doucement et progressivement que possible ; la plupart sont si fatigués en esprit qu’ils s’inquiètent très peu et sont bientôt prêts à se reposer.

D’autres ont prévu qu’ils doivent être tués. Ils ont vu l’obus ou la bombe sur le point d’exploser et ont su que lorsqu’elle exploserait, ils devraient être partis. (Paul Beard, LO, 64.)

 

Noyade

J’étais dans un pétrolier et nous avons tous été noyés quand il a été touché. Ce fut très rapide et je n’ai pas souffert mais j’ai été très surpris de me retrouver avec la plus merveilleuse des forces et capable de soulever toutes sortes d’épaves. Je me frayais un chemin à travers les débris quand j’ai réalisé que nous avancions en eau profonde. C’était tellement calme que c’était comme un rêve. Je me souviens que je sentais qu’il était assez facile de se déplacer et qu’il n’y avait aucune difficulté à respirer (si nous respirions), mais maintenant que j’y pense, c’était une autre sorte de respiration. Mais maintenant que j’y pense, c’était une autre sorte de respiration. De toute façon, je me suis libéré, tout comme certains de mes amis, et nous avons déménagé sans trop savoir ce que nous faisions.

Nous avons découvert qu’un étranger nous avait rejoint, ses vêtements étaient assez secs et il marchait dans l’eau sans que cela semble le toucher. Je l’ai remarqué et après un certain temps, je lui ai dit quelque chose à ce sujet. (Lord Dowding, MM, 29.)

 

Fantassin mortellement blessé

On m’a mis sur une civière et emmené à l’hôpital, mais [les Allemands de Crète] n’ont rien fait pour moi, sauf me donner un lit où m’allonger et ma blessure est devenue septique et très douloureuse. J’ai commencé à délirer, je suppose… Quoi qu’il en soit, après des siècles et des siècles de souffrance, j’ai semblé passer dans un sommeil éternel, et quand je me suis réveillé, il n’y avait pas de douleur et j’étais à l’extérieur, alors j’ai pensé que je m’étais échappé et j’ai erré, heureux d’être libre, mais je ne pouvais pas donner un sens à tout cela. Je ne semblais pas pouvoir marcher correctement, je ne pouvais pas rester au sol, et bien que je ne sois pas tombé, il était extrêmement difficile de se déplacer, et puis tout l’endroit devenait brumeux. Je voyais des lieux et des gens à un moment donné et, le lendemain, je voyais quelque chose de tout à fait différent. J’ai cru que je délirais à nouveau.

Maintenant, je sais que je voyais deux plans à la fois, et je n’avais pas appris à gérer mon corps spirituel, tout cela m’inquiétait beaucoup et je suis devenu assez désespéré. Les gens venaient m’aider, et juste au moment où nous commencions à nous comprendre, je voyais les contours de la Crète, et j’étais submergé par le désir de me cacher des Allemands. C’était une sorte de torture, et puis ils m’ont enfin compris et j’ai pu dormir — le vrai sommeil de la mort — en repoussant une vie et en en prenant une autre. (MM, 31.)

 

Pilote d’avion abattu

Oui, on m’a tiré dessus. J’ai survécu à de nombreux vols, mais pas à celui-ci. Je suis blessé, je ne peux pas contrôler l’avion, c’était ma jambe, vous voyez la douleur, je ne pouvais pas bouger les commandes et je tombe, je ne peux pas quitter l’avion, je tombe tout à fait consciemment. Je me relève sans douleur, je vois mon observateur et mon artilleur, il est blessé aussi mais pas tant que ça. Les Allemands viennent nous chercher, ils ne me voient pas, je cours et je me cache, mais ils ne me cherchent pas, ils emmènent mon ami. Je me promène. Je me sens bien et je n’arrive pas à penser comment j’en suis arrivé à faire s’écraser l’avion. Ma jambe est guérie.

Je me promène. Je vais chez les paysans français et je demande de l’aide, mais ils ne me voient pas et je commence à me poser des questions. Je n’ai ni faim, ni soif, et je ne suis pas particulièrement fatigué. Je commence à voir les choses changer. Je vois des couleurs partout ; c’est le coucher ou le lever du soleil et on dirait que les couleurs se reflètent dans la terre comme dans le ciel. Je m’allonge et je regarde la couleur prendre forme. C’était comme au cinéma, quand une image s’efface et qu’une autre prend sa place.

J’ai été stupéfait. Je ne sais pas où je suis. Je demande, je prie, j’oublie que je n’ai aucune foi en la religion. Je prie pour qu’on m’aide et cela vient à moi. Quelqu’un qui a l’air très étrange, et pourtant tout à fait comme nous, vient à moi. Il me dit de ne pas me préoccuper du changement, que c’est mieux pour tous et que je serai heureux dans ce pays. Je suis très confus. Je crois que je suis prisonnier. Puis il m’explique qu’il n’y a pas de prisons ni de prisonniers et je me sens à nouveau libre. Il m’a emmené et m’a dit de dormir. Il m’a touché les yeux et j’ai dormi tout de suite. Quand je me réveille, il est toujours là et je suis de nouveau sur Terre, dans le territoire occupé, avec des Allemands tout autour. Je suis revenu dans mon corps. J’ai du mal à le quitter.

Je ne vois pas de couleurs, mais mon nouvel ami est là aussi, et il me parle, mais je ne le vois pas bien. Ils font quelque chose à mon corps. Je suis malheureux, alors mon ami me dit de penser très fort à un endroit en dehors de la guerre, alors je pense très fort à la dernière fois que je vois la vie de famille avec vous à H. Je vous vois tous assez facilement, et je vous réveille et vous me sentez proche et vous me parlez. Je vous demande de me laisser rester et de m’asseoir tranquillement dans votre maison, loin de la bataille, jusqu’à ce que je puisse continuer, et vous dites “Oui”, alors je reste. Maintenant, je commence à me sentir de nouveau somnolent. Je suis entre les deux mondes. Aidez-moi à me débarrasser de celui-ci et à continuer. Je veux continuer, je veux continuer, je pense que je peux, aidez-moi s’il vous plaît. (S.Z., un pilote polonais ayant passé son dernier congé avec Dowding, MM, 31-32.)

 

Officier dans une bataille de chars

J’ai prié pour obtenir de l’aide lorsque nous nous sommes enlisés dans le sable et que le feu a éclaté, j’ai prié de toute mon âme et je sais que nous ne pouvions pas nous échapper, mais la prière semblait me fortifier et je sentais que rien n’avait vraiment d’importance, sauf le sentiment du mal, et que celui-ci avait reculé ; je ne pouvais pas le nommer ni l’expliquer avec des mots. Il semblait nous rejoindre sur le sable et s’accrocher tout autour de la bataille des chars. Je me sentais malade et misérable, puis cela a passé et je me suis retrouvé debout à l’extérieur du char en train de parler à mon colonel. (Un officier de char de la Seconde Guerre mondiale, MM, 33.)

 

G.I. américain abattu par un franc-tireur japonais

J’ai toujours pensé qu’il en serait ainsi [qu’il y aurait une vie après la mort], mais avant qu’un franc-tireur japonais me prenne en chasse, je n’en étais pas certain.

Je suis tombé face contre terre dans la boue marécageuse de la jungle, et je suis resté inconscient pendant un certain temps dans une sorte de cauchemar, mon corps essayant de se ressaisir, et mon esprit de se libérer. Ne pensez jamais que lorsque les gens semblent inconscients, ils le sont vraiment, du moins je ne l’étais pas. C’était une période de paralysie consciente, voilà, et quand quelque chose a craqué et que j’étais libre, je fus terriblement soulagé.

Je suis retourné voir nos camarades et j’ai vite compris ce qui s’était passé quand ils ne m’ont pas vu ; mais j’étais tellement intrigué de me retrouver inchangé que je n’ai pas eu le temps de penser à autre chose. Je voulais leur dire de ne pas craindre la mort et tout ça, mais je n’ai pas pu. Au bout d’un certain temps, j’ai commencé à voir les Japonais morts, ils aidaient leurs propres camarades, et les Japonais vivants pouvaient parfois les voir et les entendre, et ils utilisaient toutes les informations données, et cela m’a fait sentir que nous devrions pouvoir faire de même. J’ai essayé très fort, mais je ne pouvais pas avertir ou suggérer quoi que ce soit qui puisse être accepté par le cerveau de nos camarades, alors je suis parti en me demandant ce qu’il fallait faire ensuite.

Je ne voulais pas vraiment les laisser faire, mais il ne semblait pas y avoir d’alternative, alors je l’ai fait. J’ai erré dans la forêt, et pendant un moment, j’ai oublié la guerre et tout ce que mes amis vivaient, car j’étais fasciné par la vie que je voyais tout autour de moi. Je connais bien la jungle, j’y ai vécu seul pendant des mois, et j’y suis revenu pour trouver le repos et la paix après les troubles de la guerre, et j’ai trouvé tout ce que je cherchais et bien plus encore. J’ai soudain découvert que je voyais des choses qui m’avaient été cachées pendant toute ma vie physique. Je ne peux pas décrire la beauté de la vie qui m’entoure. La jungle est toujours riche en couleurs, en sons et en beauté d’arbres et de fleurs, mais maintenant, derrière chaque chose que je connaissais si bien se cachait un sens caché, et un beau rayon ou un son semblait imprégner la texture même de la vie dans la jungle.

Je ne peux pas l’expliquer. J’étais superbement heureux, et entièrement moi-même, mais ce moi avait grandi en compréhension, et en pouvoir d’expérimenter le contentement et la félicité.

Puis une voix m’est venue aux oreilles, et peu à peu j’ai senti une belle silhouette brillante qui me disait “ Ici, vous voyez le pays du contenu pur, mais vous avez laissé derrière vous un pays de violents troubles. Ne souhaitez-vous pas aider les autres à trouver la clé de ce lieu de joie ?

J’étais tellement bouleversé de n’avoir jamais pensé à personne d’autre pendant des années que j’ai dû rougir comme un écolier, mais l’Être Brillant n’a pas semblé le remarquer. J’ai donc bégayé que je n’avais pas encore vraiment saisi où je me trouvais, et pouvait-il m’aider ? Il m’a répondu : ” Non, tu as trouvé le chemin, et le reste tu dois le découvrir par toi-même, mais d’autres n’ont peut-être pas cette chance et ont besoin d’aide.

Je ne voulais pas tourner le dos à ce lieu glorieux, mais l’Être Brillant promit de venir avec moi et de ne pas me quitter.

Il m’a expliqué que je pouvais toujours revenir en me rappelant ce lieu de manière vivante et en souhaitant être ici, et [ il ajouté : ] ” maintenant, vous et moi devons nous visualiser dans la zone de combat “.

C’est ce que j’ai fait avec le plus grand regret, et nous avons semblé passer au loin, ou plutôt il n’y a pas eu de passage, un environnement s’est effacé et un autre a pris forme. La jungle s’est déplacée ou dissoute et sa place a été prise par une autre sorte de jungle pleine d’hommes criant des ordres et hurlant de douleur. Au début, je me suis senti incapable de le supporter, mais l’Être Brillant a dit : ” Viens et reste à côté de cet homme. Il est sur le point de passer de notre côté “.

Une seconde plus tard, une balle lui avait traversé l’estomac et il gémissait à nos pieds. L’Être Brillant s’est penché et a touché sa tête et ses yeux et aussitôt, les gémissements ont cessé et j’ai vu son esprit quitter son corps torturé, et un regard étourdi et pâle nous a rejoint tous les deux dans le feuillage profond de la jungle. Avant que je ne sache ce qui s’était passé, nous étions de retour dans la jungle merveilleuse ; ce fut une expérience délicieuse.

L’homme qui nous avait rejoints était l’un des nôtres. Un homme à l’apparence terne et calme. Je le connaissais à peine. Il ne s’intéressait pas aux jeux et était toujours en train de lire. Il s’est soudain illuminé en me voyant et m’a dit ” Bonjour Monsieur, je ne pensais pas que vous seriez là. Je pensais vous avoir vu vous faire tuer il y a quelques jours “. Je lui ai répondu : ” Oui, et je vous ai vu vous faire tuer il y a quelques minutes “. L’Être Brillant m’a regardé et j’ai su que je n’aurais pas dû annoncer la nouvelle si vite. Mais Burrows ne semblait pas s’en soucier. ” Oh, eh bien, j’ai réussi, n’est-ce pas ? Je m’en fiche, c’est un combat terrible ici et il n’y a pas beaucoup de chances de s’en sortir “, a-t-il simplement dit. Mais ” Comment c’est ici ? ” a-t-il poursuivi.

Je lui ai dit que c’était splendide, qu’il n’avait rien à craindre, et nous avons marché dans la clairière de la jungle pendant que l’Être Brillant nous expliquait les choses. Nous nous sommes vite remis du choc et il nous a ramenés à la ligne de tir pour aller chercher d’autres membres de notre peuple et leur présenter cette vie. C’est là que nous sommes maintenant, et je voulais aller plus loin et apprendre à faire part de mes pensées aux hommes en charge. Je vous suis reconnaissant pour ma première leçon ; elle ne semble pas s’être trop mal passée, mais je suis fatigué maintenant et je souhaite retourner dans ma jungle pour me rafraîchir. Je vois qu’il n’y a pas de lieux séparés, tout est une question d’humeur en nous, comme on nous l’a appris dans notre enfance. ” Le Royaume de Dieu est en vous “. (MM, 33-34.)

 

 

Mort et au-delà, dans des catastrophes naturelles

Séismes

“Nous avons été tués dans le tremblement de terre au Japon [vers 1926], et il y en a eu tellement que nous nous demandons s’il en reste.

“Étiez-vous japonais ?

“Nous étions des Américains, résidant à Yokohama. Nous sommes arrivés aussi soudainement que si on nous avait tiré dessus avec un canon. Je ne peux pas décrire cette horreur. Nous n’étions pas les premiers à venir, et la terreur, les scènes horribles de la mort qui régnait avant que nous ne soyons nous-mêmes tués aussi.”

Comment avez-vous été tués ?

“Les murs qui tombent, le sol qui s’ouvre et les raz-de-marée semblent tous s’être combinés pour le seul moment insupportable où nous avons trouvé notre destruction. Puis tout était vide, tout le silence — le savoir s’est effacé, la peur a disparu — laissant un sentiment de repos profond et tranquille “. (Esprit américain anonyme, LHH, 29.)

 

Après un grave tremblement de terre, au cours duquel Gordon, avec d’autres, avait aidé ceux qui avaient souffert d’une mort soudaine, j’ai demandé : “Ces catastrophes vous choquent-elles ?

“Elles entraînent beaucoup de travail, mais nous savons que ces personnes sont en sécurité et qu’elles ont été épargnées par la souffrance de ceux qui sont restés dans les zones dévastées.” (Gordon Burdick à Grace Rosher, TR, 38.)

 

Je sais que vous vous demandez pourquoi, dans le monde et partout dans le monde, vous avez tant de catastrophes.

Ne voyez-vous pas la réponse ?

Le monde est devenu complètement, ou presque complètement, matérialiste. Ils vénèrent l’argent et le pouvoir sur ce plan et au niveau le plus bas et pour briser leur course folle, des groupes de personnes doivent être soudainement retirés afin de choquer ceux qui restent et d’induire en eux une sorte de peur ou un état d’esprit de quête. (Sir Alvary Gascoigne, AL, 51.)

 

Incendies

Le feu grondait au-dessus de nos têtes et, alors que nous atteignions l’entrée, une grande poutre ou un bloc de béton nous tomba dessus. C’était si soudain que j’ai été assommé instantanément, tout comme les enfants. Je me suis ensuite retrouvé dehors, sur le toit de l’épave. Elle brûlait furieusement mais elle ne m’a pas touchée et un par un les enfants m’ont rejoint et se sont recroquevillés les uns sur les autres. Nous étions tous debout sur les braises incandescentes, mais nous n’étions pas brûlés.

Je ne pouvais pas comprendre. Je n’ai pas osé bouger car il y avait du feu tout autour de nous et les enfants étaient terrifiés. Je ne l’étais pas d’une certaine façon, tout cela était si étrange. J’ai pensé qu’un courant d’air bizarre avait enlevé la chaleur de l’endroit où nous étions et que si nous pouvions rester immobiles jusqu’à ce que le feu s’éteigne ou que les sauveteurs nous atteignent, [nous serions sauvés], alors j’ai dit aux enfants de rester immobiles et d’attendre.

C’est ce que nous avons fait ; le feu a pris et nous avons tous été happés d’une manière étrange par sa beauté, et du feu semblaient sortir des formes et des silhouettes, et des gens vivants. D’autres se sont joints à nous, voyant que nous étions indemnes, et nous sommes devenus un groupe assez important.

Puis, soudain, nous avons entendu des voix nous appeler : ” N’ayez pas peur, sortez. Soulevez-vous. Vous êtes libérés du feu “. Au début, nous n’avons pas fait attention — comment pouvions-nous nous sortir du feu ? Puis une fille d’une quinzaine d’années s’est approchée de moi et m’a dit : ” C’est excitant. C’est comme les astronautes qui marchent dans l’espace. Vous avez essayé ?

” Eh bien, non “, lui ai-je dit, ” comment le pourrais-je ? “

Comme ça“, et elle a pris ma main et a semblé s’envoler dans les airs. Inconsciemment, je l’ai suivie, ainsi que les enfants qui s’accrochaient à moi. Nous étions tous un peu étourdis lorsque nous nous sommes retrouvés à marcher en l’air au-dessus du feu et à le regarder. ” Ne regardez pas en bas. Regardez en haut. “

Je l’ai fait et j’ai vu toute une masse de gens comme nous, qui marchaient en fait sur l’air ! Je me suis dit : c’est le phénomène le plus étrange. Il y a sans doute une explication physique tout à fait naturelle à la rupture de l’attraction gravitationnelle causée par le feu. J’étais encore très méfiant. J’ai pensé qu’il pourrait se refermer soudainement et que nous devrions tous tomber au milieu des ruines en feu, alors j’ai dit aux enfants de s’accrocher à moi et que nous nous déplacerions aussi prudemment que possible pendant que cette étrange poche d’air nous tiendrait…

Le courant, tel que je le supposais, semblait nous porter doucement vers le haut, c’était une sensation très agréable. Je l’appréciais beaucoup et les enfants aussi. Puis un calme s’est installé. Le rugissement du feu et les cris et hurlements des gens se sont éteints et nous étions seuls dans l’espace… C’était plutôt terrifiant. Que devrais-je faire ensuite ?…

Chaque fois que j’ai essayé de tomber, mes efforts se sont heurtés à une forte résistance. J’étais de plus en plus désespéré. Naviguions-nous vers la lune sur un étrange courant d’air ? Puis j’ai commencé à entendre des voix qui me disaient de ne pas m’inquiéter. Je ne voyais personne à ce stade et je pensais que je devais imaginer des choses ou délirer. Les enfants étaient calmes et semblaient confiants.

Laissez-vous aller. Détendez-vous. Vous êtes en sécurité “, m’a-t-on crié à l’oreille et peu de temps après, j’ai commencé à voir que nous étions dans une grande fête et que nous étions escortés, si on peut appeler ça comme ça, encore et encore, dans une autre couche d’éther. Je désirais désespérément sentir un sol ferme sous mes pieds. ” Tu y seras bientôt “, a dit la même voix, puis ma main a été saisie d’une prise ferme et, avant que je ne sache ce qui se passait, nous étions parmi les arbres et les fleurs et nous nous tenions, comme je l’avais espéré, sur un sol ferme dans une sorte de jardin.

” Où diable sommes-nous arrivés ? ” ai-je demandé.

Eh bien, tu verras “, dit la voix. ” Ce n’est plus vraiment sur terre. ” …

Puis soudain, devant moi, j’ai vu la forme d’un homme. Il semblait grandir dans ma vision. Au début, ce n’était qu’un objet flou, qui s’est cristallisé en une forme humaine.

” Qui êtes-vous et où suis-je ? ” demandai-je avec stupéfaction.

Il me tenait encore la main. ” Du calme, fils “, me dit-il. ” Tu es passé. Toi et les enfants avez atteint la prochaine étape de la vie. Tu es maintenant ce que le monde appelle un mort. ” (Communicateur spirituel anonyme, AL, 52-54)

 

Réflexions de Robert Hugh Benson et de Philip Gilbert

Autrefois, les grands fléaux envoyaient des milliers d’âmes dans les terres des esprits, dans des conditions très pénibles. Dans les temps modernes, inutile de dire que les guerres dévastatrices ont jeté les gens dans le monde des esprits avec une soudaineté choquante. Dans de nombreux cas, une telle dissolution soudaine est un grand choc pour le corps spirituel qui la subit. Mais là encore, le monde des esprits s’est élevé à la hauteur de toutes les éventualités. Des maisons de repos existent ici, en particulier pour le traitement des personnes qui ont subi une transition soudaine. (Robert Hugh Benson, HH, 22.)

À mesure que le monde terrestre progresse dans la civilisation — selon sa propre idée du progrès — les moyens et les méthodes de guerre deviennent de plus en plus dévastateurs et généralisés. Au lieu des centaines de morts dans les batailles des temps anciens, on compte aujourd’hui les morts par centaines de milliers. Chacune de ces âmes en a fini avec sa vie terrestre — mais pas avec les conséquences de celle-ci — et, dans de nombreux cas, le monde terrestre en a fini avec lui aussi.

L’individu peut survivre en tant que souvenir de ceux qu’il a laissés derrière lui ; sa présence physique a disparu. Mais sa présence spirituelle est inaltérable. Le monde terrestre nous l’a transmis, souvent sans se soucier vraiment de ce qui lui est arrivé. Il [l’individu] laissera derrière lui ceux qu’il a aimés et qui l’ont aimé, mais le monde terrestre — c’est ce qu’il pense — ne peut rien faire pour lui, ni pour ceux qui pleurent sa disparition. C’est nous, dans le monde des esprits, qui prendrons soin de cette âme. Avec nous, il n’y a pas de transfert de responsabilité sur d’autres épaules et de passage sur notre chemin. (Robert Hugh Benson, LIWU, 115.)

Le monde terrestre, dans son ignorance aveugle, jette des centaines de milliers d’âmes sur notre terre, mais ceux qui vivent dans les hauts royaumes sont pleinement conscients, bien avant que cela n’arrive, de ce qui va se passer sur le plan terrestre et un fiat est envoyé aux royaumes plus proches de la terre pour préparer ce qui va arriver. (Robert Hugh Benson, LIWU 116.)

 

On dit qu’il n’y a jamais eu dans toute l’histoire de l’homme une telle précipitation d’âmes dans notre monde — des gens très ordinaires, non évolués, pas vraiment mauvais, mais pas assez évolués pour attirer une aide fortement avancée par l’application de la Loi. On estime ici que ces personnes n’ont pas eu une chance équitable, car si elles avaient vécu leur cycle terrestre complet, elles se seraient peut-être trouvées mieux ici et nous essayons donc de les rechercher individuellement et de les aider. (Philip Gilbert, PTW, 235.)

 

 

 


 

Ces citations diverses proviennent de sources dont la liste est disponible sur la page Liste des sources du cycle Nouvelles cartes des cieux

 


Dites-moi dans les commentaires si l’une des citations vous a particulièrement interpellé, et ce qu’elle vous a permis de mieux comprendre et de mieux intégrer dans votre cheminement !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.