Cycle d'étude

Les Nouvelles cartes des cieux (2)

Passages dans l’au-delà soudains ou violents

et cas de départ du corps précédant de peu la mort physique

 

Les Nouvelles cartes des cieux (2)

Photo David Zvonař — Unsplash

Les textes qui suivent sont pour la plupart de courtes citations, ainsi que quelques passages plus longs, regroupés autour de quelques grandes idées clés. Pour chaque extrait, les références entre parenthèses mentionnent l’auteur.e, puis le sigle correspondant à l’ouvrage, puis la page. La liste des sources est consultable via le lien qui figure au bas du présent article.

Cet article est une traduction d’une partie d’un long recueil d’extraits de textes publiés en anglais sous le titre New Maps of Heaven, textes disponibles sous la licence CC-BY-NC-SA et édités par Steve Beckow.

 

La première partie de ce cycle de textes est disponible ici : Les Nouvelles cartes des cieux (1)

Dans cette seconde partie, nous verrons des citations qui appuient les grandes idées suivantes :

  1. Pour la plupart des gens, la mort est bref sommeil après un déclin graduel
  2. Certains voient un tunnel et une lumière
  3. Pour certains, la mort est une transition soudaine ou violente
  4. Certains quittent leur corps avant la mort physique

 

1. Cas le plus fréquent : bref sommeil après un déclin graduel

Ce n’est pas vrai que les gens meurent. Ils s’endorment et se réveillent avec une vie beaucoup plus vigoureuse. (La sœur de Grace Rosher, Phyllis, TR, 89.)

 

Tout s’est imposé à moi et j’ai tout de suite été consciente de ce qui m’était arrivé, c’est-à-dire que j’avais franchi les portes de la mort, comme vous l’appelez si justement. … Le dépouillement de la matière se fait dans un état de sommeil ; la conscience revient progressivement et alors commence la jouissance de la liberté, si l’on n’a pas été novice en ces choses. (Sigwart, BOTR, 5.)

 

La nature vous enveloppe dans une couverture de sommeil ; une personne, même si elle est terrifiée de mourir, s’endort simplement. Dans son sommeil, elle rêve qu’elle est toujours dans la même pièce ; mais en fait elle passe à notre Monde d’Or. (Mike Swain, FMW, 51.)

 

Quand je suis mort, je ne me souviens de rien, sauf que je dormais et que je me suis réveillé dans cet autre état de vie. Je ne m’intéressais pas à ce qui était arrivé à mon corps ou à ce que mes amis faisaient à ce sujet. (Paroles de Gordon Burdick à Grace Rosher, TR, 46.)

 

L’acte de mourir est aussi simple que de s’assoupir après le déjeuner. Une sensation de somnolence remplit tout votre corps d’un confort relaxant. Vous pouvez encore voir, avec vos yeux terrestres, la pièce qui vous entoure. Puis vous remarquez qu’il y a toutes sortes de nouvelles personnes qui se tiennent autour de votre lit, des gens que vous avez déjà connus, comme des parents, un oncle favori, un ami qui est trépassé de nombreuses années plus tôt. La joie de les revoir vous libère de tout le reste.

Ils vous prennent par la main et vous soulèvent sur vos pieds. Cela vous amène invariablement à regarder le lit et, à votre grande surprise, vous — ou plutôt votre dépouille mortelle — êtes toujours là. Vous dites à haute voix : ” Mais comment puis-je être ici avec vous et pourtant être encore couché sur le lit ? ” Ce n’est qu’alors que vous vous rendez compte que c’est la mort. (Mike Swain, FMW, 50.)

 

La plupart des gens qui, en temps normal, vivent complètement leur cycle terrestre et se fondent dans l’immobilisme plus détaché de la vieillesse — c’est du moins ce qui devrait arriver, mais ce n’est pas toujours le cas ! — trouvent rapidement leurs repères et commencent à étudier la technique du contrôle de la pensée, très lentement pour la moyenne. Ils sont comme des enfants qui vont à l’école. (Philip Gilbert, PTS, 24.)

 

Avec l’approche de la fin naturelle de la vie terrestre — comme le dit Abdul Latif — le corps éthérique se modifie. Il devient plus fort et se détache plus facilement (les personnes âgées s’endorment facilement, n’est-ce pas ?), et l’acte de mort se produit facilement et sans choc pour le corps éthérique de sorte que, en tout cas, sauf circonstances exceptionnelles, ils ne sont pas gênés par les résultats de la tension nerveuse, de la peur et du suspense, comme avec le soldat au combat ou les gens dans les raids aériens ou les camps de prisonniers. (Philip Gilbert, PTW, 206.)

 

La transition normale, du point de vue du monde spirituel, est celle où le corps spirituel se détache graduellement et facilement du corps terrestre dans un processus lent et régulier de séparation. Le cordon magnétique, dans de tels cas, se détachera doucement du corps terrestre, il tombera naturellement, tout comme la feuille tombe de l’arbre en automne. Lorsque la feuille est en pleine vie et vigueur, il faut une action forte pour la déloger de l’arbre. Et il en est ainsi avec le corps de l’esprit. Chez les jeunes, la cohésion est ferme, mais elle diminue progressivement avec l’âge. Lorsque les gens sur terre atteignent l’automne de leur vie, comme la feuille de l’arbre, le corps de l’esprit est moins fermement attaché au corps physique. (Robert Hugh Benson, HH, 46-47.)

 

Quand on meurt, il se produit un changement qui diffère tellement selon les cas que je pense qu’il vaut mieux commencer par décrire aussi clairement que possible ce que ressent la personne qui meurt. Dans mes lettres, je vous ai dit ce que je ressentais. Il n’y avait pas de douleur, pas de choc, pas de sensation du tout sauf celle de se réveiller d’un sommeil profond, parfaitement bien. C’est ce que j’ai vécu et c’était une expérience très heureuse. C’est une expérience très commune, mais elle n’est pas universelle. (Julia Ames, AD, 159.)

 

2.Tunnel et lumière ne sont pas systématiques

En ce qui concerne sa mort, pour autant que je sache, elle a été très rapide. Il a dit que tout était devenu encre et noir et qu’il semblait avoir voyagé longtemps dans un tunnel et quand enfin ses pieds ont touché le fond et qu’il a pensé ” J’ai sauté en parachute en toute sécurité sur la terre solide “, il s’est retrouvé à flotter dans l’espace. Ce fut une expérience assez désagréable. Il était seul et il faisait noir.

Au bout d’un moment, une terreur surnaturelle bizarre s’est emparée de lui et il a appelé à l’aide ses copains. C’était la chose la plus sensée à faire parce qu’un de nos gars appelé Irvin ou Irwin l’a trouvé et l’a aidé à sortir du no man’s land. Il s’est bien débrouillé depuis lors. Il ne se souvient pas d’une douleur atroce — seulement d’un moment terriblement brûlant, un éclair de lumière et ensuite le tunnel. (Nigel Gibbes, évoquant le lieutenant d’aviation Ian Maclean, TS, 31.)

 

Normalement, lorsqu’ils quittent le corps au tout début, [les gens] passent par ce qui ressemble à un tunnel sombre ou à un tube sombre qui a une lumière très vive à la fin. La plupart des entités sont attirées vers la lumière sans que personne ne dise “allez vers la lumière”. Ils savent en quelque sorte ceci. C’est le souvenir de l’âme d’avoir quitté le corps plusieurs fois dans le passé, qui la projette dans la lumière de Dieu.

À ce moment-là, c’est là que se présentent les proches, dans la lumière, pour rencontrer le trépassé. Il y a une célébration en sa faveur, pour l’accueillir chez lui, lui donner de l’amour et une tape dans le dos, pour ainsi dire, suite à un travail bien fait, pour l’encourager à lâcher prise du passé et à ne pas ressentir la douleur de ce qu’il a laissé derrière lui. Il est doucement formé et amené aux concepts supérieurs et à la compréhension au fur et à mesure qu’il s’y intéresse. (Esprit enseignant anonyme, TIND, 43.)

Cherchez la lumière la plus brillante autour de vous et marchez vers elle. (Idem, TIND, 43.)

Question : Y a-t-il de la peur, soit dans cet état gris, soit en passant par ce tunnel ?

Réponse : Souvent, oui. Mais si une personne comprend qu’elle doit passer par là, il n’y aura pas de crainte. Elle verra des âmes d’apparence pathétique dans les ténèbres si elle choisit de s’arrêter. Mais normalement, les âmes se projettent tout droit dans la lumière sans regarder d’un côté ou de l’autre.

Il n’y a vraiment rien à craindre. En aucune façon on ne peut être meurtri. Le trépassé ne recevra que de l’amour lorsqu’il traversera. La négativité résiduelle de l’âme déterminera à quel point il est libéré de la peur. Vous n’avez qu’à regarder les gens sur votre plan terrestre. Ces gens sont dans la lumière et pourtant ils ont des craintes. Ce n’est pas parce qu’on se sépare de son corps dans la mort qu’on va perdre ces craintes. Les peurs sont à l’intérieur de l’homme.

Quand l’homme atteint le point où il n’a plus besoin de ces peurs, il en est libéré. C’est le travail de chaque âme de se surveiller car si vous les avez dans le corps, vous allez les avoir hors du corps. S’il n’y a pas de peur dans le corps, il n’y aura pas de peur en dehors du corps. (Idem, TIND, 44.)

 

3. Exemples d’un passage dans l’au-delà soudain ou violent

La forme la plus facile de mort subite est la façon dont je suis venu : une minute heureux, normal et en bonne santé, et en cinq minutes, loin du plan terrestre. (Philip Gilbert, PTW, 206.)

[Philip Gilbert :]  ” Il y a eu un crash. Je descendais rapidement cette pente. Il y a eu un accident et une noirceur, puis j’ai ouvert les yeux et j’ai vu des arbres qui brillaient, illuminés d’une lumière dorée ivoire — ils semblaient vivants….

J’ai ouvert les yeux à nouveau. J’ai été surpris de constater que je n’avais plus de bleus après cette chute, et je me suis assis et je me suis senti partout. … Puis j’ai vu une voiture arriver, et j’ai sauté pour m’écarter de son chemin, et je l’ai vue freiner, tirer quelque chose vers le haut et le pousser le long de la route. J’ai regardé et c’était mon corps.

Je me suis regardé et j’ai vu mon propre corps qui semblait tout à fait réel et solide. Mais il y avait des flots de lumière qui sortaient de l’extrémité de mes doigts. Soudain, j’ai vu grand-père, debout, souriant, tout illuminé, et j’ai su que j’étais tué. J’ai dit aussitôt : “Alors Mère avait raison — j’ai un corps éthérique. (Philip Gilbert, PTW, 89-90.)

Dans mon cas, … l’étape de l’entre-deux … n’a duré que quelques heures. J’ai presque tout de suite eu l’impression de pouvoir penser objectivement, bien que pendant quelques heures je me sois senti confus. Je ne me souviens d’aucun “plan d’illusion”. J’ai été conscient de moi-même dès le début comme une entité capable d’entrer dans ta chambre à volonté et j’ai été attiré aussi par ton rayonnement. (Philip s’adressant à sa mère, PTW, 140.)

Une bonne partie dépend, en premier lieu, du fait qu’une personne réalise ou non qu’elle est morte. Je pense qu’en temps ordinaire, la plupart des gens le font — du moins, c’est l’intention de la loi naturelle. Les gens devraient vraiment vivre jusqu’à un âge avancé et, progressivement, à mesure que le corps physique s’affaiblit, voir un peu à travers le ” voile ” jusqu’à la phase suivante, et avoir des parents pour les accueillir.

Malheureusement, très souvent, cela n’arrive pas. Beaucoup de gens meurent prématurément de maladies brèves et soudaines ou dans des accidents comme le mien, et leur lien physique est fort. D’autres, même âgés, n’ont pas beaucoup appris et sont tellement obsédés par des penchants terrestres qu’ils continuent à vivre en eux par la suite, dans une illusion totale, créée par leurs propres images de pensée fortement tressées. (Philip Gilbert, PTS, 12-13.)

 

Il y avait un peu de brume au sol et une voiture qui s’approchait m’a ébloui. Je n’ai pas réalisé que j’étais si près du ponceau et j’ai tiré sur le côté pour éviter une voiture qui approchait et, bien sûr, je me suis dirigé tout droit vers le drain. Tout s’est passé si vite. Tout ce que je savais, c’est que j’étais là à regarder le désordre de l’accident. J’étais très inquiet et je me demandais comment j’allais pouvoir sortir la jeep de ce maudit trou.

Ce n’est que lorsque j’ai remarqué que j’étais apparemment là aussi que je me suis rendu compte que je devais être mort. Mais je ne pouvais pas l’accepter non plus et j’ai décidé que c’était probablement un cauchemar et que je me réveillerais pour découvrir que j’avais rêvé tout cela. (Cliffy McLean, LFM, 78.)

 

La mutilation du corps ne fait pas de mal à l’esprit, sauf par le choc brutal. Et cela le pousserait à l’action plutôt que de le bercer dans le repos. (Leader spirituel, ST, 149.)

 

S’il y a choc, ce n’est pas le choc de la mort physique. Le choc vient plus tard, quand la compréhension s’éveille : ” Où est mon corps ? Je ne suis sûrement pas mort ! (Soldat Thomas Dowding, PD, 15.)

 

Il y en a qui souffrent de morts violentes, qui semblent, pour ainsi dire, stupéfaits lorsqu’ils viennent ici et ne reprennent conscience qu’à la fin des rites funéraires et qu’ils sont oubliés parmi les hommes. (Julia Ames, AD, 161.)

 

J’ai parlé à Maclean. . . Il a dû prendre un long repos car il est sorti de son corps si soudainement. Il a simplement dormi et rêvé pendant que son corps éthérique émergeait progressivement de la chrysalide. C’est ainsi que cela s’explique ici. (Nigel Gibbes, parlant du lieutenant d’aviation Ian Maclean, TS, 31.)

 

En parlant avec un homme qui était mort d’un accident, nous lui avons demandé s’il pouvait nous parler de son décès. Immédiatement, la main et le crayon de la sœur ont été violemment secoués. Elle a éprouvé une douleur de crampe, et une impression de morosité. Après un peu, le crayon a écrit avec insistance :

” C’est terrible de se souvenir de ça, même maintenant. C’est arrivé si soudainement, et j’étais seule et sans défense. C’était si terrible que la souffrance m’a accompagnée de ce côté. Mais c’est fini depuis longtemps. Mon esprit est enfin parvenu à la paix, et on m’a accueilli et soigné avec une grande tendresse, et ma vie est maintenant si heureuse que j’en oublie le reste. Mais les souffrances que j’ai endurées m’ont fait bénéficier des soins particuliers d’amis qui ont essayé par tous les moyens d’effacer le souvenir de la douleur et de l’agonie et de me conduire dans la paix et le bonheur.

Vous nous avez questionné sur les occupations des anges ici. Ne voyez-vous pas ici un service de plus dans le soin de ces esprits ? La mémoire terrestre s’accroche encore un peu à eux et c’est pourquoi ils sont soignés avec plus de tendresse et éloignés de toutes les pensées douloureuses”.

Question : ” Y a-t-il une compensation pour de telles souffrances ?

Réponse :  ” Toute douleur est enfin résorbée dans la paix finale. Mais s’il y a ceux qui causent la douleur — je veux dire ceux qui sont délibérément cruels — leur expiation ici se fait parfois par beaucoup de douleur et de souffrance.”

Question : “Je voulais dire une compensation pour la souffrance accidentelle ?

Réponse  : ” La souffrance de la terre est si courte comparée à l’éternité de la béatitude, que toute pensée de compensation se perd dans la réalité même.” (Charlotte E. Dresser, LHH, 132-133.)

 

J’ai pu faire ce que vous avez tant désiré — retrouver le garçon qui est mort accidentellement par noyade.

Lorsque vous avez regardé sa photo, je l’ai vue à travers vos yeux, et j’ai emporté le souvenir de son visage. Je l’ai trouvé errant, tout à fait désorienté. Quand je lui ai parlé de vous et que je lui ai dit que vous m’aviez demandé de l’aider, il a eu l’air surpris.

J’ai pu lui donner un peu d’aide, bien qu’il ait un ami ici — un vieil homme qui est plus près de lui que je ne pourrais jamais l’être. Il s’adaptera progressivement aux nouvelles conditions. (David P. Hatch, LLDM, Lettre XXIV.)

Voici maintenant plusieurs extraits successifs d’un même auteur : Robert Hugh Benson.

Pour un autre aperçu sur les cas de passage soudain dans l’au-delà, vous pouvez consulter cet autre article : Mourir est-il douloureux ?

 

Comment est affectée une personne dont la mort est soudaine et peut-être aussi violente, ou la personne qui est précipitée dans le monde des esprits sans avertissement ou qui, sachant que la fin de la vie terrestre est imminente, subit pourtant une transition violente ? Comment une telle personne s’en sortirait-elle ?

Cela rappelle la phrase… : disparu pour l’éternité. Quelles terribles images cette phrase stupide a dû faire apparaître dans l’esprit de tant de gens. L’horrible tragédie de la ” mort ” que tous les hommes doivent affronter. La terrible incertitude de ce qui allait arriver après avoir “quitté cette vie”. La perspective effrayante d’être conduit devant le Grand Juge Impitoyable.

La plupart d’entre eux ayant été qualifiés de ” misérables pécheurs “, le mieux qu’on puisse espérer serait la ” miséricorde “, à condition qu’ils ” croient en ” quelque chose, même une obscure croyance qui n’ait ni queue ni tête, mais qui possède néanmoins un moyen magique de les ” sauver “. Qu’est-ce que ce devait être : le Ciel ou l’Enfer ? Très probablement l’Enfer, du fait de leur incapacité évidente à atteindre le niveau impossible fixé par leurs ” maîtres ” religieux. De quoi doit-on avoir peur dans l’éternité ? …

En parlant des gens qui passent soudainement dans le monde des esprits, vous vous souviendrez sans doute où, par exemple, l’échec de l’action du cœur est la cause et où l’accident ou une action délibérée provoque une transition instantanée. Dans ce dernier cas, on vous rappellera par la force ce qui se passe pendant les mauvais moments de guerre sur la terre. (Monseigneur Robert Hugh Benson, HH, 46.)

 

C’est lorsque nous arrivons à des transitions où le corps physique est littéralement désintégré, soufflé en fragments en une seconde de temps, que la plus grande détresse et le plus grand malaise sont causés au corps de l’Esprit. Le cordon magnétique est rompu ou arraché, presque comme si un membre du corps physique était arraché du tronc. Le corps spirituel se trouve soudain dépossédé de son fondement terrestre, mais pas avant que le choc physique de la désintégration n’ait été transmis au corps spirituel.

Non seulement il y a une confusion extrême, mais le choc a un effet quelque peu paralysant. La personne qui se trouve dans cette situation peut être incapable de bouger pour un moment. Dans de nombreux cas, le sommeil intervient. Le trépassé restera sur le lieu de sa dissolution, mais nous venons à son secours et l’emmenons dans l’une des maisons de repos spécialement prévues pour de tels cas.

C’est là qu’il sera traité par des experts et qu’il retrouvera finalement sa pleine santé sans l’ombre d’un doute. Il n’y a pas de rechute ou de récidive de l’indisposition. La partie la plus difficile du traitement est sans doute celle où le patient retrouve sa pleine conscience et commence à poser des questions !

Quel effet, me direz-vous, la mutilation du corps physique a-t-elle sur le corps de l’Esprit ? Aucun, en ce qui concerne l’ensemble des membres et des organes. La désintégration peut être soudaine ou prendre un certain nombre d’années terrestres dans le cadre des processus normaux de décomposition. Quelle que soit la manière dont elle se produit, le résultat est le même -— une disparition complète ou presque complète de ce corps physique. Le corps physique est corruptible, mais le corps de l’esprit est incorruptible.

Et ce qui s’applique à la totalité du corps de l’Esprit s’applique aussi aux membres et aux organes ; en fait, à chaque partie du corps de l’Esprit. La perte d’un ou de plusieurs membres du corps terrestre, la possession d’organes malades, les malformations physiques, toute condition carencée ou excessive du corps physique, tout ou partie de ces faits laisse le corps spirituel entièrement intact. Quoi qu’il soit arrivé au corps physique, le corps spirituel conservera toujours son anatomie complète. (Robert Hugh Benson, HH, 47-48.)

Le choc qui est subi n’est pas exactement le même que celui qui serait subi par le corps physique, bien qu’il y ressemble presque assez pour votre compréhension. Mais les résultats peuvent être tout à fait différents. Dans les maisons de repos du monde des esprits, une guérison est certaine d’être apportée sans aucune possibilité de doute et, une fois complètement rétablie, la victime du choc n’est pas celle qui a le plus souffert de l’expérience. Le souvenir de cette expérience reste, bien qu’il ne soit peut-être que faiblement présent, sans réactions récurrentes sur le mental d’une nature désagréable. Et il n’y a aucune crainte résultante implantée dans le mental comme ce serait le cas avec le corps physique. (Robert Hugh Benson, HH, 22-23.)

Beaucoup de gens sont passés dans le monde des esprits d’une manière que la terre qualifierait d’épouvantable — et épouvantable aux yeux de la terre — et pourtant, lorsqu’ils sont venus me parler de leur transition rapide, de leur ” mort soudaine “, ils ont traité tout l’épisode avec un cœur léger, et sont souvent parfaitement prêts à plaisanter sur la question. En effet, j’ai entendu des amis me faire remarquer qu’ils étaient entrés dans le monde des esprits d’une manière des plus indignes !

Et cela, je pense, démontre la différence précise dans la manière dont la ” mort ” est considérée par nous ici dans le monde des esprits et par vous encore sur terre. La ” mort ” du corps physique est une tragédie pour le monde terrestre. Pour le monde des esprits, c’est l’application d’une loi naturelle sans aucune solennité de deuil.

Pendant que le corps physique est consigné dans sa demeure terrestre, accompagné de tous les atours cérémoniels et des sombres vêtements noirs du ministre du culte et des pleureurs, le corps spirituel contenant la substance réelle et éternelle de la personnalité est allé dans sa propre demeure dans le monde spirituel. (Monseigneur Robert Hugh Benson, HH, 23.)

 

4. Quitter son corps avant la mort physique

Certains [à qui j’ai parlé] disent qu’ils ont quitté le corps avant qu’il ne cesse de respirer. (Julia Ames, AD, 162.)

Il a perdu le contrôle de la voiture et est sorti de son corps avant l’accident [fatal]. (Doris Heather Buckley, SC, 38.)

 

” Je vois une voiture noire qui vient vers nous. Comme elle s’approche de nous, je vois une autre voiture qui vient derrière elle. Je peux voir cette autre voiture clairement, parce qu’elle est au milieu de la route, essayant de dépasser la voiture noire.”

Nina [La medium qui canalise Mike Swain] fait une pause, puis dit : ” Le soleil brille sur le pare-brise de la voiture noire, et se reflète dans mes yeux. Je ne vois rien d’autre qu’un éclat argenté. Il m’aveugle.

” Tout d’un coup, l’éclat passe de l’argent à l’or. Je suis soulevé en l’air, à travers le toit de la voiture. J’attrape la main de la petite Heather. Elle aussi est soulevée hors de la voiture.

” Nous avons été soulevés à trois mètres au-dessus de la Mini. Et en une seconde horrible, je vois la petite Mini et cette grande voiture entrer en collision frontale. Il y a un bruit comme le claquement des cordes d’acier d’un banjo. La petite Mini rebondit sur l’autoroute, juste au bord des graviers. Elle s’arrête enfin dans un nuage de poussière quand elle heurte une fourmilière géante…”

Nina s’arrête, visiblement trop agitée pour continuer. Ce qui a impressionné ses auditeurs, c’est le fait que [leur fils] Mike [qui parle par l’intermédiaire de Nina] n’avait jamais vu l’autre véhicule avant que la lumière argentée soit devenue dorée. Heather et lui n’avaient ressenti aucun impact. Ils n’avaient pas souffert. Juste une légère montée dans les airs.

” Nous sommes vaguement désolés que cette chose leur soit arrivée. Et nous comprenons tous deux que nous sommes, maintenant, en ce qui concerne les mortels, morts.

” Nous sommes également conscients que beaucoup de gens ont commencé à se rassembler autour de nous. Ils sont habillés de couleurs glorieuses. Nous reconnaissons des visages familiers, les visages d’amis qui sont passés avant nous au-delà de la terre. Nous sommes toujours main dans la main ; maintenant, guidés par celui qui nous a d’abord élevés dans les airs, nous nous élançons tous les deux vers le ciel. Nous dérivons au-dessus des deux collines rondes connues sous le nom de Seins de Saba “.

Dans une joie sincère, les [parents] écoutent, transportés par le fait que le passage n’a entraîné ni peur… ni souffrance. (Jasper Swain écoutant son fils Mike parler à travers la médium Nina Merrington, FMW, 21-22.)

Je vous ai déjà décrit mon décès. Heather et moi avons été arrachés de nos corps avant la collision. Il n’y a eu ni douleur, ni choc. Ce processus est le même dans toutes les formes de mort violente. Elle semble violente de votre côté ; croyez-moi, elle ne l’est que de votre côté ; jamais du nôtre ! (Mike Swain, FMW, 51-2.)

Quand [les guides de transition] sont saisis d’un cas où deux voitures sont sur le point de se heurter, par exemple, nous abaissons nos vibrations jusqu’à ce que cette âme puisse nous voir réellement : ainsi son attention est détournée de la violence qui est sur le point de l’engloutir. Une fois que nous sommes sûrs que rien de plus ne peut être fait pour éviter sa mort, nous le prenons par les mains et le soulevons de son corps terrestre. (Mike Swain, FMW, 57.)

Heather et moi nous nous sommes spécialisés dans ce genre de ” premiers secours ” pendant environ quatre mois de votre temps terrestre.

Vous souvenez-vous du jeune lycéen qui a été tué à Durban dans des circonstances similaires aux miennes ? Papa, nous étions là ; c’est nous qui l’avons aidé. Lui et moi nous étions connus par hasard de notre vivant, alors il était soulagé et, croyez-moi, ravi de me voir ! Il savait que j’étais déjà passé, mais il lui a fallu encore un peu de temps pour en comprendre la signification, lorsque je lui ai montré le désordre causé par les deux voitures après leur collision ! (Idem, FMW, 57.)

 

 


 

Ces citations diverses proviennent de sources dont la liste est disponible sur la page Liste des sources du cycle Nouvelles cartes des cieux

 


Dites-moi dans les commentaires si l’une des citations vous a particulièrement interpellé, et ce qu’elle vous a permis de mieux comprendre et de mieux intégrer dans votre cheminement !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.