Interrogations essentielles - FAQ

Comment s’habille-t-on dans l’au-delà ?

 

Comment s'habille-t-on dans l'au-delà ?

Comment s’habille-t-on dans l’au-delà : si l’habit ne fait pas le moine, l’inverse est-il juste ?

 

 

Cet article est une traduction d’un texte de Michael Tymn, journaliste depuis plus de 50 ans pour différentes revues américaines de spiritualité et d’études de parapsychologie, auteur de plusieurs ouvrages et de plus de 1600 articles, ainsi que rédacteur en chef  du Journal pour l’Étude de la Conscience et de l’Esprit  [Journal for Spiritual and Consciousness Studies] et de “The Searchlight”, publications de l’Académie pour l’Étude de la Conscience et de l’Esprit.

Si le corps du texte est de Michael Tymn, c’est en revanche à moi-même – Jérôme Choisnet, créateur de ce blog – que revient le choix des photos ainsi que des titres de paragraphes.

 

” As-tu envie de me voir en tenue blanche ? “

 

Et si les trépassés étaient nus…

L’idée que les esprits portent des vêtements provoque les railleries des sceptiques et suscite le doute chez les croyants. Cependant, si ces mêmes esprits devaient apparaître nus, cela entraînerait probablement davantage de railleries et de doutes. Serait-ce plus crédible s’ils apparaissaient sous forme de flammes bleues ou d’orbes blanches ?

” As-tu envie de me voir en tenue blanche ? ” demanda à sa mère – le 26 novembre 1915 – Raymond Lodge, victime de la Première Guerre mondiale, par l’intermédiaire de Gladys Osborne Leonard, médium britannique.

” Tu vois, au début, je n’en avais pas envie, et je ne voulais pas porter ça. C’est comme un type parti dans un pays où le climat est chaud – un type ignorant, ne sachant pas ce qu’il va faire ; c’est comme ça. Il peut se décider à porter ses propres vêtements pendant un certain temps, mais il s’habillera bientôt comme les indigènes “.

Raymond Lodge

 

Raymond Lodge

Raymond Lodge (portrait ci-dessus), sous-lieutenant de l’armée britannique, avait été tué au combat dans les Flandres le 14 septembre 1915, un peu plus de deux mois avant qu’il ne communique avec sa mère. Il dit à sa mère qu’il était autorisé à porter des vêtements terrestres jusqu’à ce qu’il se soit acclimaté. ” Je ne pense pas que je pourrai un jour faire en sorte que les garçons me voient en tenue blanche “, ajouta Raymond, apparemment en plaisantant.

 

Le père de Raymond, Sir Oliver Lodge, un éminent physicien britannique et pionnier de l’électricité, de la radio et de l’allumage électrique des bougies, a consigné cette communication dans son livre populaire mais controversé de 1916, Raymond ou la vie et la mort. Sir Oliver et son épouse ont commencé à recevoir des messages de Raymond le 25 septembre 1915, 11 jours après la mort de ce dernier.

Un certain nombre d’entre eux étaient très probants, présentant des faits que Mme Leonard, la médium, ne pouvait pas connaître, convainquant ainsi les Lodge qu’elle était bien en contact avec leur plus jeune fils.

 

Sir Oliver Lodge

Sir Oliver Lodge

En tant que scientifique de renommée mondiale, Oliver Lodge s’est attiré les foudres de ses collègues scientifiques suite à son intérêt pour les questions “occultes”.

Une référence actuelle suggère que Lodge ne s’intéressait pas au sujet de la vie après la mort avant la décès de son fils Raymond, mais le fait est qu’il avait rejoint la Society for Psychical Research [Société pour la Recherche Psychique] un an après la formation de celle-ci en 1882 et avait eu 23 séances avec Leonora Piper, le célèbre médium américaine, en 1889.

Son livre The Survival of Man [La survivance humaine], qui traite de la vie après la mort, a été publié en 1909, six ans avant la mort de Raymond et avant qu’il ne rencontre Mme Leonard, et montre clairement qu’il a accepté la survivance bien avant la mort de son fils.

La Survivance humaine - Oliver Lodge

 

Oliver Lodge a continué à s’intéresser à la recherche psychique jusqu’à sa mort en 1940 et a souvent eu des nouvelles de Raymond.

 

Des illusions nécessaires ?

Le 11 mars 1932, Raymond tente d’expliquer plus en détail les conditions de son côté du voile :

” Père, nous sommes obligés de créer des conditions, et ce que vous pourriez appeler des choses, dans notre plan “, déclare Raymond par le biais des cordes vocales de Mme Leonard.

” Elles n’ont qu’une vie temporaire. Ce sont des illusions, tout comme la matérialisation est une illusion. De votre côté, vous avez quelque chose de matériel pour l’instant. C’est quelque chose de naturel en apparence, au toucher, qui semble faire appel à tous les sens de ce corps (la médium en transe touche à ce moment Sir Oliver). De notre côté, nous sommes obligés de créer certaines choses, des maisons, des vêtements, partiellement pour le moment, afin de créer un cadre satisfaisant, harmonieux et approprié pour que l’âme puisse y vivre et y travailler. Et ils deviennent un moyen d’expression… C’est une des illusions nécessaires de notre vie “.

Lorsque Sir Oliver Lodge demanda à Raymond s’il voulait signifier qu’il vivait dans un monde d’illusions, Raymond répondit qu’il était dans le prolongement du monde illusoire dans lequel vivait son père.

” Nous sommes en contact avec un monde de réalité parce que nous sommes au bord extérieur du monde de l’illusion “, expliqua-t-il à son père. ” Nous sommes davantage certains du monde de la réalité que vous ne l’êtes. Père, l’univers des esprits est le monde de la réalité. L’esprit et le mental appartiennent tous deux au monde de la réalité “.

Réfléchissant à la situation, Oliver Lodge a écrit : ” Je savais que ses habitants disent que [l’univers des esprits] est extraordinairement semblable à la terre, qu’ils ont des fleurs, des arbres et des maisons, et qu’ils peuvent obtenir tout ce qu’ils veulent en le souhaitant simplement, ce qui semble assez étrange, mais je n’étais pas prêt à considérer cela comme un monde d’illusions où tous ces objets des sens seraient illusoires.”

 

Frederic Myers

En discutant plus avant avec son fils Raymond et avec Frederic W. H. Myers, son vieil ami et collègue en recherche psychique décédé en 1901 et qui communiquait également par l’intermédiaire de Mme Leonard, Oliver Lodge a conclu qu’il s’agissait d’un environnement temporaire pour les esprits qui étaient récemment trépassés et faisaient encore des ajustements avant de passer à des domaines de vibrations plus élevées, qui deviennent de moins en moins illusoires et de plus en plus réels à mesure qu’une âme avance dans le monde des esprits.

 

Frederic W. H. Myers

 

” Nous ne sommes pas transportés d’un seul coup vers le plein feu de la réalité “, estime Lodge, en soulignant qu’une table qui semble solide et substantielle est en réalité une multitude d’électrons tourbillonnants avec de grands espaces entre eux et que lorsque nous nous tenons sur le sol, nous sommes bombardés vers le haut et soutenus par une grande multitude de petits coups délivrés par les atomes sous nos pieds.

” Comme rien de tout cela n’est apparent pour les sens ordinaires, cela peut être considéré comme illusoire même si nous choisissons de l’interpréter d’une manière qui fait appel à nos organes sensoriels à gros grains “.

 

Par le biais d’un autre médium, et s’adressant à une autre personne, Frederic Myers communiqua ceci :

” Nous étions habitués à porter des vêtements qui appartenaient à notre époque particulière. Les images de ces vêtements sont profondément marquées dans notre mémoire subconsciente. Notre premier instinct est donc d’apparaître à ceux que nous aimons comme nous étions sur terre.

Notre esprit, bien qu’inconscient de l’acte imaginatif, façonne dans cet éther étonnamment plastique chaque fil, chaque centimètre des vêtements que nous avions l’habitude de porter pendant notre vie terrestre. Naturellement, au bout d’un certain temps, nous nous rendons compte du changement en nous et, enfin conscients des pouvoirs créatifs de l’imagination, nous concevons d’étranges et jolis revêtements pour nos corps éthériques. Mais comme ces fantaisies y sont largement puisées, elles sont limitées par la mémoire subconsciente dans leur caractère et leur nature… “

Myers ajoute que cela s’applique principalement aux âmes qui viennent de passer les portes de la mort et qui se trouvent encore dans les royaumes ou les sphères inférieures.

 

Drayton Thomas

Le révérend Charles Drayton Thomas, pasteur méthodiste et chercheur psychique, a eu des conversations détaillées avec son père et sa sœur décédés par l’intermédiaire de Mme Leonard. Il a écrit que son père voulait lui faire comprendre qu’il vivait désormais dans un corps qui, pour lui, était aussi réel et substantiel que celui qu’il avait habité sur terre.

” Au lieu de la forme vaporeuse que j’avais imaginée comme étant la demeure de l’âme défunte, il a décrit une réplique de son ancien corps, mais qui possédait des pouvoirs de mouvement, et une extension des sens, dépassant de loin tout ce qui était familier sur terre “, écrit Charles Thomas.

” Il parlait d’être convenablement vêtu, et non, comme je l’avais supposé, seulement drapé dans un nuage de lumière “. Son père a précisé que son corps spirituel était constitué par le personnage formé pendant qu’il était en chair et en os.

 

Charles Drayton Thomas

 

Lors d’une autre séance, on a dit à Drayton Thomas qu’il rendait souvent visite à des parents décédés lorsqu’il dormait. Son père décédé lui a dit qu’il pouvait voir son âme (celle de Drayton) quitter le corps depuis son plexus solaire pendant son sommeil, bien qu’à sa mort elle partirait de la tête. Il regardait l’âme sortir et se former une sorte de vêtement pour elle-même.

” C’est à cause de son sens intuitif du besoin de s’habiller, l’âme cherche naturellement à habiller son corps (c’est-à-dire le corps spirituel ou psychique) “, lui a-t-on expliqué.

 

Robert Hugh Benson

De nombreux communicateurs spirituels ont déclaré que les esprits ont tendance à passer des vêtements traditionnels dans les royaumes inférieurs, aux robes et aux habits dans les royaumes supérieurs.

Après être passé au monde des esprits, Monseigneur Robert Hugh Benson a commencé à communiquer par la main d’Anthony Borgia. Il a raconté qu’il avait pu visiter l’un des royaumes supérieurs.

Robert Hugh Benson

 

” J’ai observé que la plupart des gens qui attendaient dans les jardins n’étaient pas habillés de leurs vêtements terrestres “, a-t-il communiqué, ” et j’ai supposé que la plupart d’entre eux étaient en esprit depuis un certain temps. Ce n’était pas nécessairement le cas, nous a dit Edwin (leur guide). Ils avaient le droit de porter leurs robes d’esprit en vertu du fait qu’ils étaient des habitants de ce royaume dans lequel nous nous trouvions maintenant. Et les robes qu’ils portaient étaient éminemment adaptées à la fois au lieu et à la situation.

Il est difficile de décrire ce costume, car il faut pouvoir faire une comparaison avec un tissu terrestre particulier. Ici, nous n’avons pas de tels matériaux, mais le type et le degré de lumière qui est l’essence de la robe de l’esprit. Celles que nous avons vues maintenant étaient de forme “fluide” et de pleine longueur, et les couleurs – bleu et rose à des degrés d’intensité variables – semblaient s’imbriquer dans toute la substance des robes “.

 

Swedenborg

Emanuel Swedenborg, un scientifique et inventeur réputé du XVIIIe siècle, devenu mystique, a fait part de ses visions clairvoyantes de l’au-delà dans son livre de 1758, Du ciel et de l’enfer.

Emanuel Swedenborg

Se référant aux esprits en tant qu’anges, Swedenborg a déclaré que les anges vivent ensemble comme le font les gens sur terre et ” qu’ils ont des vêtements, des maisons et beaucoup d’autres choses similaires “. Il a expliqué que les vêtements correspondent à leur avancement dans le monde des esprits. Les plus avancés ont des vêtements qui brillent comme s’ils étaient en feu, certains rayonnent comme s’ils étaient en lumière. Les moins avancés ont des vêtements blancs brillants sans éclat, tandis que ceux qui sont encore moins avancés ont des vêtements de couleurs variées.

 

Johannes

Un esprit se désignant lui-même comme Johannes communiqua par l’intermédiaire de Hester Travers-Smith avec H. Dennis Bradley, un dramaturge britannique.

VOICES FROM THE VOID – Hester Travers-Smith

” Maintenant, vous me demandez des informations sur les vêtements et l’apparence… Chaque âme a sa propre forme. Elle s’est formée au cours de la vie terrestre, et elle vient à nous comme elle se fait elle-même. Nous semblons être des hommes et des femmes comme vous l’êtes ; et quant à nos vêtements, nous portons des vêtements qui donnent la même impression que les vôtres.

Il n’y a que des voiles pour la partie mentale, quelque chose qui donne un vêtement et une apparence à la forme mentale ; […] Ces vêtements ne sont pas fabriqués sur le marché comme les vôtres ; ils sont en fait largement issus de l’idée de l’individu “.

 

Philip Gilbert

Le 12 septembre 1945, Phillip Gilbert, un marin de la marine britannique tué pendant la Seconde Guerre mondiale, communique avec sa mère, Alice Gilbert.

 

Alice Gilbert - Philip in the spheres

 

” Vous souhaitez que je vous en dise plus sur les conditions de vie ici “, dit-il par écriture automatique. “Il n’est pas facile d’expliquer comment on peut être à la fois solide et non solide. Pourtant, quiconque connaît la physique et les électrons sait que toute la matière terrestre n’est que cela : elle semble solide et pourtant elle est en réalité une masse de particules vibrantes.

Nous sommes pareils, je pense, le corps que j’utilise maintenant ressemble beaucoup à mon ancien corps, mais il n’y a pas d’organes, comme vous le savez. Je pense que je fonctionne grâce à ma pensée, d’une manière ou d’une autre. Je peux m’habiller comme je veux. Je me mets généralement dans mon manteau de tweed et mes flanelles…

Certaines personnes se voient dans les tenues les plus fantastiques. Elles sont habillées au fur et à mesure que leur nature intérieure les construit. C’est pourquoi, au début, grand-père se montrait si souvent aux médiums dans une sorte de soutane noire, comme un ecclésiastique “.

Phillip poursuit en disant que les gens dans les plans supérieurs deviennent de plus en plus lumineux et que le Christ est vu comme une masse de lumière violette et dorée.

 

En fin de compte, il semble que nous soyons nos propres tailleurs et que nous tissions nos vêtements de l’au-delà maintenant, que nous le sachions ou non…

 


Source : Michael Tymn

Crédit photo en tête d’article : Vasily Koloda – Unsplash


 

Et vous, comment voyez-vous la question ?

Comment voudriez-vous vous vêtir dans l’au-delà ? Dites-le moi dans les commentaires !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.