Cycle d'étude

Les Nouvelles cartes des cieux (11)

Maisons de convalescence et de repos dans l’au-delà

 

Dans cette partie n°11 de notre cycle – un chapitre plutôt bref par rapport à la longueur moyenne de mes articles –, nous allons revenir sur la question du repos à l’arrivée dans l’après-vie, une question que nous avons déjà abordée dans la partie n°5 : Les Nouvelles cartes des cieux (5) : Repose en paix ?  

Cette fois, nous allons parler des maisons de convalescence et de repos dans l’au-delà.

 

Les textes qui suivent sont pour la plupart de courtes citations, ainsi que quelques passages plus longs, regroupés autour de quelques grandes idées clés. Pour chaque extrait, les références entre parenthèses mentionnent l’auteur.e ou le narrateur, puis le sigle correspondant à l’ouvrage, puis la page. La liste des sources est consultable via le lien qui figure au bas du présent article.

Cet article est une traduction d’une partie d’un long recueil d’extraits de textes publiés en anglais sous le titre New Maps of Heaven, textes disponibles sous la licence CC-BY-NC-SA et édités par Steve Beckow.

 

Les dix premiers chapitres de ce cycle de textes sont disponibles ici : Les Nouvelles cartes des cieux (1)Les Nouvelles cartes des cieux (2)Les Nouvelles cartes des cieux( 3) , Les Nouvelles cartes des cieux (4) , Les Nouvelles cartes des cieux (5) , Les Nouvelles cartes des cieux (6), Les Nouvelles cartes des cieux (7), Les Nouvelles cartes des cieux (8), Les Nouvelles cartes des cieux (9), Les Nouvelles cartes des cieux (10)

 

 

Selon Thomas Dowding

Mon frère m’a accompagné dans une de ces salles de repos. La confusion s’est aussitôt dissipée. Je n’oublierai jamais mon bonheur. Je me suis assis dans l’alcôve d’une splendide salle à coupole. Le clapotis d’une fontaine a atteint mon être fatigué et m’a apaisé. La fontaine “jouait” de la musique, de la couleur, de l’harmonie, de la félicité. Toutes les discordances s’évanouissaient et j’étais en paix. Mon frère s’est assis près de moi. Il n’a pas pu rester longtemps mais m’a promis de revenir. (Soldat de deuxième classe Thomas Dowding, PD, 20.)

 

Selon Frances Banks

Je suppose qu’on peut appeler cela un hôpital, une maison de repos sur le Chemin et un centre d’enseignement “jardin d’enfants”. Tous ces termes seraient corrects.

Les âmes fatiguées, les âmes effrayées, les âmes ignorantes et “déchues”, ainsi que celles qui ont été “sauvées” du ” Pays des Ombres ” ont besoin de comprendre leurs états douloureux, et il y en a certaines à qui la survie doit être expliquée, voire démontrée. Beaucoup n’accepteront pas le fait de mourir ou préféreront considérer qu’ils rêvent encore.

Vous voyez à quel point notre travail est vaste et comment, en enseignant, nous apprenons nous-mêmes. Confrontée aux  résultats d’autres vies, j’ai moi-même beaucoup appris et j’apprends encore. (Frances Banks, TOL, 86.)

Sœur Ursuline… va travailler dans une autre “station de réception”, car je crois savoir que notre maison n’est qu’une des nombreuses maisons de soins. (Ibid., 86-87.)

 

Selon Robert Hugh Benson

Dans les grandes salles de repos, il y a des infirmières expertes et des médecins spirituels prêts à traiter ceux dont la dernière maladie terrestre a été longue et douloureuse ou dont le trépas a été soudain ou violent. (Monseigneur Robert Hugh Benson, LIWU, 169.)

Une longue maladie a un effet fatiguant sur le corps spirituel – il serait plus exact de dire un effet inhibiteur – et lorsque, enfin, le corps physique est rejeté, le corps spirituel se rend généralement dans l’une des nombreuses salles de repos dont le monde des esprits est abondamment pourvu. Là, le nouveau résident passe dans un état de sommeil agréable, pour finalement se réveiller complètement rafraîchi et revigoré. (Monseigneur Robert Hugh Benson, HH, 42-43)

[Nous avons vu au loin ce qui s’est avéré être] une maison de repos pour ceux qui avaient repris conscience après une longue maladie, ou qui avaient eu une mort violente et qui, par conséquent, souffraient d’un choc… Alors que nous nous approchions, je pouvais voir que le bâtiment [majestueux] n’était en aucun cas un “hôpital” en apparence, quelles que soient ses fonctions. Il était construit dans le style classique, sur deux ou trois étages, et il était entièrement ouvert de tous côtés. C’est-à-dire qu’il ne contenait pas de fenêtres telles que nous les connaissons sur terre.

Il était de couleur blanche en ce qui concerne les matériaux de sa composition, mais juste au-dessus de lui, on pouvait voir un grand puits de lumière bleue qui descendait et enveloppait tout le bâtiment avec son rayonnement, ce qui avait pour effet de donner une teinte bleue frappante à l’ensemble de l’édifice. Ce grand rayon était la pluie de la vie – un rayon de guérison – envoyé à ceux qui étaient déjà passés ici, mais qui n’étaient pas encore réveillés. Lorsqu’ils retrouveraient leur santé spirituelle, il y aurait un réveil splendide et ils seraient introduits dans leur nouvelle terre. (Monseigneur Robert Hugh Benson, LIWU, 34-35.)

Tout l’espace au sol était occupé par des canapés d’apparence extrêmement confortable, et sur chacun d’entre eux se trouvait une silhouette allongée, très calme et évidemment dormant profondément. Un certain nombre d’hommes et de femmes se déplaçaient tranquillement pour observer les différents canapés et leurs fardeaux.

Dès que nous sommes entrés dans le hall, j’ai remarqué que nous étions sous l’influence du rayon bleu et que son effet était aussi bien énergisant que tranquille. Une autre qualité notable était l’absence totale de toute idée d’une institution avec son inévitable officialité… Les personnes présentes sur les couchettes s’y trouvaient non pas dans l’attitude d’une certaine tâche à accomplir au gré des circonstances, mais comme si elles accomplissaient un travail d’amour dans la pure joie de le faire. C’était précisément le cas. Le réveil heureux de ces âmes endormies était une joie récurrente pour elles, tout comme pour les personnes qui étaient venues en être témoins…

Une longue maladie avant de passer dans le monde des esprits a un effet débilitant sur l’esprit, qui à son tour a son influence sur le corps spirituel. La maladie n’est pas déterminante, mais l’esprit a besoin d’un repos absolu, d’une durée variable. Chaque cas est traité individuellement et finit par répondre parfaitement à son traitement. Pendant cet état de sommeil, l’esprit est complètement reposé. Il n’y a pas de rêves désagréables ni de fièvres de délire.

En contemplant cette manifestation parfaite de la Providence Divine, j’ai pensé à ces notions terrestres absurdes de  «repos éternel », de « sommeil éternel » et à de nombreuses autres conceptions terrestres tout aussi stupides, et je me suis demandé si ce sommeil que je contemplais maintenant avait été, par hasard, déformé par les esprits terrestres en un état de sommeil éternel, où toutes les âmes passent à la dissolution, restant là à attendre, dans d’innombrables années, l’horrible « dernier jour » – le redoutable « jour du jugement ».  C’était donc visiblement la réfutation  d’une telle croyance insensée. (Ibid., 37.)

Dans les salles de repos, les médecins et les infirmières sont toujours présents pour assister à tout ce qui se passe dans les autres parties de la sphère. Leur dévouement est toujours immédiatement récompensé, car pendant les célébrations générales du royaume, les illustres visiteurs des royaumes supérieurs font un voyage spécial vers les maisons de repos où ils saluent personnellement chacun des membres du personnel. Ces derniers peuvent ensuite organiser à l’amiable leurs propres festivités familiales et amicales. (Ibid., 179.)

 

Pour réfléchir à l’idée de repos dans l’au-delà, je vous invite à consulter aussi le chapitre 5 de ce cycle : Les Nouvelles cartes des cieux (5) : Repose en paix ?

 

Sagesse et repos selon Philip Gilbert

Beaucoup de personnes ayant une connaissance spirituelle n’ont pas besoin de convalescence

Il y a, comme vous l’avez écrit dans vos messages, des lieux… créés par des entités très avancées, où les gens peuvent se rendre… avec des fontaines, des oiseaux et des ruisseaux aux couleurs incroyablement belles qui se mélangent et ondulent, et tout le reste. Ils sont utilisés comme maisons de repos.

Heureusement, je n’en ai pas eu besoin. (Philip à sa mère, Alice Gilbert, PTW, 121.)

Il m’est difficile de visualiser la condition de ceux… qui ne peuvent pas voir les gens ici au début parce qu’ils pensent qu’ils ne sont pas tués, car dès le début, dès que j’ai vu grand-père, j’ai su, et quand je suis arrivé à toi et que je t’ai vu, tu étais l’aura rayonnante avec un centre physique sombre que tous les êtres humains sont. Je pouvais voir les aides tout autour de toi. Il n’y a jamais eu aucun plan d’illusion pour moi, du tout.

Après mon petit sommeil, qui a éclairci mes pensées confuses, je me suis vite mis en route, comme vous le savez, et j’ai pu, avec l’aide de grand-père, projeter une image de moi-même sur votre cerveau et communiquer avec vous. Mais j’ai eu la chance d’avoir une mère voyante qui m’a mis au courant de tout et d’avoir moi-même une bonne dose de pouvoir, prête à me brancher, quand je commençais à sentir ma voie. En fait, pour moi, je revenais à ma vraie vie ! (Ibid., 206.)

 

 

 


 

Ces citations diverses proviennent de sources dont la liste est disponible sur la page Liste des sources du cycle Nouvelles cartes des cieux

Crédit photo : 𝑀𝐻𝑅𝒮 𝒜𝑅𝒯 𝒱𝐼𝒮𝐼𝒪𝒩 – Unsplash

 


Dites-moi dans les commentaires si l’une des citations vous a particulièrement interpellé, et ce qu’elle vous a permis de mieux comprendre et de mieux intégrer dans votre cheminement !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.