Interrogations essentielles - FAQ

La meilleure mort ? Celle du mauvais scepticisme

L’aventure d’un ancien sceptique

L'aventure d'un ancien sceptique

Photo by Frank Holleman on Unsplash

Nous allons voir dans cet article que pour explorer la mort et l’au-delà, il faut d’abord se débarrasser de son mauvais scepticisme.

Le scepticisme est l’état d’esprit qui dit : ” Je le croirai quand je le verrai… et même alors j’aurai encore des doutes. ” En termes pratiques, les sceptiques ont besoin de voir un degré raisonnable de preuve externe avant de croire quoi que ce soit qui sorte de l’ordinaire.

L’idée derrière le scepticisme est bonne. Cela empêche les gens d’être trop crédules et d’être exploités. Elle contribue également à l’avancement de certaines lignes de pensée. Il n’y a pas de problème jusqu’ici.

L’idée de base du scepticisme est que vous devriez douter de ce pour quoi vous avez vu peu ou pas de preuves. Apparemment, c’est cool d’être sceptique de nos jours. De plus, il est toujours facile de percer des trous dans les croyances de quelqu’un d’autre de l’extérieur en regardant à l’intérieur.

Mettre en doute le scepticisme

Le problème avec la plupart des sceptiques, c’est qu’ils ne vont pas assez loin avec le scepticisme. Si vous voulez être un vrai sceptique, alors vous devez aussi être sceptique à propos du scepticisme. Vous ne voudriez pas être crédule au point d’avaler tout un système de pensée sans preuve, n’est-ce pas ?

Si nous vivons vraiment dans un univers objectif, alors le scepticisme est un choix intelligent. Si la réalité extérieure est complètement indépendante de nos pensées, alors nous pouvons l’étudier en toute sécurité depuis une position de doute. Notre parti pris peut être plus négatif que nécessaire, mais au moins nous ne ferons pas le grand saut dans le mensonge ou la stupidité.

D’autre part, si l’univers est subjectif et est influencé même partiellement par nos pensées, alors le scepticisme pose un sérieux problème. Nous ne pouvons plus étudier en toute sécurité le monde extérieur à partir d’une position de doute. Si nous avons des pensées de doute, et qu’elles se manifestent d’une manière ou d’une autre dans le monde physique, alors nous finirons par co-créer une réalité qui est beaucoup plus limitée et confuse que nécessaire. Et quand nous irons l’étudier, nous observerons simplement les résultats de notre attitude sceptique plutôt que ce qu’il y a vraiment dehors.

Mon aventure d’ancien sceptique

J’ai été un sceptique endurci (et un athée assermenté) pendant de nombreuses années, et je peux attester que pendant ce temps, je n’ai jamais vu la moindre preuve de ce que je doutais être vrai. Je n’avais aucune expérience de quoi que ce soit de non physique – pas de projection astrale, pas de communication avec les esprits, pas d’éclairs de clairvoyance, pas de poussées inexplicables de synchronisme, etc. En plus, mon intuition était si nulle que je n’y croirais jamais sérieusement. J’étais strictement mathématique et scientifique.

Ironiquement, mon scepticisme contenait la semence de sa propre destruction. Finalement, j’ai commencé à m’interroger sur la vraie nature de la réalité, et j’ai commencé à remettre en question mes croyances. J’ai réalisé que si l’univers était réellement subjectif, je ne le reconnaîtrais jamais comme tel si je croyais qu’il était objectif, puisque je manifesterais simplement un univers objectif. Ce serait comme trouver un génie dans une bouteille et utiliser mon premier des trois vœux pour souhaiter que je ne trouve jamais la bouteille. Si l’univers était vraiment influencé par mes pensées, mais que je croyais que ce n’était pas le cas, alors j’utiliserais la subjectivité pour manifester mon objectivité. Je devais donc savoir si l’univers était vraiment objectif ou si je manifestais l’illusion de l’objectivité dans un univers subjectif ?

Le seul moyen de le savoir était de tester. Mais c’était un défi de taille. Pour tester la subjectivité de l’univers, j’ai dû lâcher une tonne de croyances potentiellement limitantes – tout ce qui serait en conflit avec la possibilité d’un univers subjectif. Et j’ai dû conditionner de nouvelles croyances à la subjectivité de l’univers. J’ai donc dû laisser derrière moi le scepticisme. Sinon, comment pourrais-je manifester subjectivement ce que je ne croyais pas vraiment ?

Tests de subjectivité

Malheureusement, le test de subjectivité est un oxymore. Vous ne pouvez pas vraiment tester pour un univers subjectif. Toute l’idée du test implique le doute, et le doute corrompra le test si l’univers est vraiment subjectif. J’ai donc dû abandonner la mentalité du test. Le test est un concept de réalité objective qui n’a pas d’équivalent dans la réalité subjective. Abandonner cet état d’esprit n’a pas été facile à faire, mais j’y arrive.

Dans la réalité subjective, vous ne testez rien. Vous en faites l’expérience.

C’est quelque chose qui a embrouillé les gens à propos de l’Expérimentation du Million de Dollars (EMD) que j’ai lancée de novembre 2005 à février 2007. Dans la langue anglaise, le mot ” experiment ” a de multiples définitions. L’une est ” un test contrôlé “. Une autre est ” un acte innovant “. L’EMD est ce dernier. C’est une expérience, pas un test. Bien sûr, si vous venez d’une mentalité de réalité objective, alors pour vous c’est un test, mais cette mentalité ne fera que corrompre vos résultats sur le plan expérientiel. Si je commençais l’EMD aujourd’hui, je l’appellerais plutôt l’Expérience du Million de Dollars. Mon intention personnelle pour l’EMD n’est pas de tester si je peux ou non manifester un million de dollars. Mon intention est de faire l’expérience de la manifestation en cours. Pourquoi ? Parce que c’est une expérience amusante, gratifiante et enrichissante.

Une prophétie qui s’accomplit d’elle-même

Si nos croyances ne sont qu’une prophétie auto-réalisatrice, alors la prophétie du scepticisme est une prophétie boiteuse à réaliser. Tout ce que vous manifestez est une preuve qui vous fait continuer à douter. Il serait difficile de manifester une réalité plus ennuyeuse que cela.

Si nous vivons dans une réalité subjective, alors vous êtes libre de manifester ce que vous voulez. Si vous passez beaucoup de temps à observer la réalité extérieure, alors vous avez l’intention d’assurer la continuité. Vous manifesterez simplement plus de la même chose. Cependant, si vous imaginez quelque chose de totalement différent, alors vous manifesterez une discontinuité de temps en temps. Votre expérience de la réalité se tordra et se transformera d’une nouvelle façon excitante.

Le piège du scepticisme

En fin de compte, le scepticisme est enraciné dans la peur. Peur de faire une erreur, peur d’être crédule, peur de vivre bêtement. Du point de vue de la réalité subjective, le scepticisme est une adaptation mentale qui survient après que vous ayez fait le choix de vivre dans un univers objectif basé sur la peur. Une fois que vous avez objectivé votre univers, le scepticisme est la prochaine étape.

On n’échappe pas vraiment au scepticisme si on croit en un univers objectif. Et on ne voudrait pas y échapper de toute façon. Il est logique de craindre et de douter de ce que l’on ne peut contrôler.

Une fois que l’objectivité a été choisie, un sceptique considérera un non-sceptique comme imprudent, téméraire, imbécile, crédule ou mal avisé. D’après les courriels que j’ai reçus, je peux voir que cela dérange vraiment certains sceptiques que je ne croie pas en un univers objectif, mais je suis toujours capable de fonctionner très bien dans le monde (probablement mieux que la plupart des sceptiques en fait). Je pense que si je croyais en un univers subjectif, et que l’univers était vraiment objectif, alors ma capacité à fonctionner devrait diminuer. Mais d’un point de vue mesurable, c’est le contraire qui s’est produit lorsque j’ai adopté un état d’esprit subjectif.

Comme nous l’avons déjà dit, si vous allez assez loin dans le scepticisme, vous finirez par vous interroger sur la nature de la réalité, et c’est là qu’elle s’autodétruira finalement. Cependant, la plupart des sceptiques sont loin d’aller aussi loin.

Une alternative au scepticisme

Quelle serait une alternative intelligente au scepticisme qui ne soit pas enracinée dans la peur ? L’alternative est d’expérimenter et d’embrasser la réalité ouvertement au lieu de s’inquiéter de vos faux pas potentiels. La réalité est quelque chose que vous vivez et appréciez, pas quelque chose que vous testez. Vous pouvez l’expérimenter comme un test si vous le souhaitez, mais ce n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres. Pourquoi ne pas rester ouvert à toutes les expériences possibles au lieu de vous limiter à une bande étroite ?

Un sceptique s’inquiète des probabilités de succès ou d’échec dans toute entreprise. Par exemple, avant qu’un sceptique ne démarre sa propre entreprise, il faut répondre à de nombreuses questions pour atténuer la peur et le doute. Dans quelle mesure les autres personnes de l’industrie se débrouillent-elles bien ? Ai-je assez d’argent ? Comment vais-je subvenir à mes besoins ? Et si ça ne marche pas ? Suis-je assez bon ? Quelles sont mes chances de succès ?

Un non-sceptique ne voit pas la vie de cette façon. Si une telle personne devait démarrer sa propre entreprise, ce serait avec une attitude expériencielle. Il n’y aurait pas tant d’attachement à des résultats spécifiques. Lorsque j’ai lancé mon entreprise de développement personnel, je n’ai pas posé toutes ces questions sceptiques parce que je ne pensais pas en termes de succès ou d’échec. Je voulais juste en faire l’expérience. Le niveau de succès des autres n’avait aucune importance. J’allais simplement m’y plonger et en faire l’expérience à ma façon. Avec une telle attitude, il n’y a ni succès ni échec :

Il n’y a que l’expérience qui se déroule

Quand vous cherchez à faire l’expérience de la vie au lieu d’en douter et d’en avoir peur, la joie devient votre état d’être naturel. Peu importe le résultat que vous obtenez, car votre attitude est toujours “Quelle expérience fascinante !”


Article original anglais écrit par Steve Pavlina du blog stevepavlina.com

Qu’avez-vous pensé de ces réflexions ? Je vous invite à me le dire en me laissant un commentaire un peu plus bas sur cette page, dans la section prévue à cet effet.

Et si vous souhaitez avoir un autre éclairage sur les questions soulevées dans cet article et particulièrement en rapport avec l’au-delà, je vous invite à consulter cet autre article sur le scepticisme par rapport à l’au-delà.

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Recevez gratuitement le livret "Comment accompagner un proche dans l'au-delà".