Challenge

Chronique : Extraordinaires contacts avec l’au-delà

 

Nous voici rendus à la 9ème chronique de mon challenge de découverte de l’au-delà. Et cette fois nous serons en compagnie du Pr Gary Schwartz, et de son ouvrage Extraordinaires contacts avec l’au-delà.

Extraordinaires contacts avec l’au-delà – Pr Gary Schwartz

Extraordinaires contacts avec l'au-delà

 

L’ouvrage a pour sous-titre Les découvertes scientifiques irréfutables sur la vie après la mort.

Gary E. Schwartz, né en 1944, professeur de psychiatrie et de psychologie, dirige le Laboratoire pour les avancées sur la conscience et la santé, au département de psychologie de l’université d’Arizona.

Gary E. Schwartz

 

Pour rédiger son ouvrage, Gary Schwartz a fait appel à William L. Simon, dont le nom est mentionné en couverture du livre. William Simon, adepte de la magie et du mentalisme, était sceptique au départ, mais a finalement collaboré avec Gary.

Il est fort intéressant d’apprendre qu’un homme sceptique et mentaliste ait accepté de prêter son concours à une expérience scientifique sur la vie après la mort.

En fait la collaboration de William Simon à ce projet est tout à fait logique car Gary S. a entouré son équipe de professionnels de l’illusion dont le rôle a tout naturellement été d’assurer qu’aucun trucage ou aucune fraude n’ait lieu dans les protocoles expérimentaux mis en place.

 

Avant de continuer, je vous informe que dans la présente chronique, comme dans toutes les chroniques à venir pour mon challenge, j’écrirai — sauf exception pour des motifs de clarté de l’exposé — en bleu et en italiques toutes les citations de l’ouvrage chroniqué.

 

L’hypothèse de départ

L’hypothèse de départ de Gary S. et de sa collaboratrice Linda Russek était celle-ci :

” La science peut établir que l’amour existe, que la conscience existe et que la survie de la conscience existe, de la même façon qu’elle a permis de prouver que la gravité existait, que les électrons existaient, et que les photons des étoiles ” éteintes ” continuaient d’exister. “

Gary S. précise que toutes les recherches qu’il a menées avec Linda Russek devaient reposer sur deux caractéristiques scientifiques :

  • Première caractéristique : par l’observation systématique de ce que nous percevons, la science nous permet de déduire l’existence d’éléments que nous ne pouvons pas percevoir directement. La gravité en est un exemple parfait.
  • Seconde caractétistique : la science nous permet d’évaluer les différentes interprétations d’une observation donnée.

” La science nous permet d’aller au-delà de nos expérience personnelles (première caractéristique) et de les interpréter, qu’elles soient visibles ou non (seconde caractéristique). “

 

Intégrer l’étude de la survivance à l’université

Aucune grande université n’avait jusqu’alors mis en place de programme de recherche officiel sur l’hypothèse de la survie de la conscience après la mort.

Gary S. présumait donc que son programme de recherche n’avait quasiment aucune chance d’être accepté par son université.

C’est pourquoi il a commencé ses recherches secrètement, sous couvert d’une recherche officielle sur un sujet beaucoup plus conventionnel.

Il s’agissait d’une recherche complémentaire à une étude de l’université d’Harvard portant sur la maîtrise du stress. Cette étude de Harvard avait débuté dans les années 1950.

La recherche complémentaire de Gary S. et de sa collaboratrice Linda Russek devait porter sur les liens entre amour et santé. Elle débuta en 1993, parallèlement à leur étude secrète sur l’hypothèse des âmes vivantes.

Un tournant

Les recherches secrètes de Gary et Linda prennent soudain un nouveau tournant en janvier 1995, lorsque Gary reçoit dans sa boîte aux lettres une photocopie d’une coupure de presse consacrée à une femme de 85 ans, une certaine Susy Smith.

En commençant à parcourir l’article de presse, Gary, incrédule, se met à rire. Mais au fil de sa lecture, il change bientôt d’avis.

Avec une certaine appréhension, il montre l’article à Linda, qui réagit immédiatement et sans équivoque :

” Nous devons parler à Susy Smith. S’il te plaît, appelle-la tout de suite et invite-la au restaurant ! “

Ce qui avait d’abord fait ricaner Gary S. et l’avait ensuite consuit à  changer d’avis, était que Susy Smith affirmait avoir écrit deux livres en collaboration avec feu William James, considéré comme le père de la psychologie moderne, un homme pour qui Gary avait beaucoup d’admiration et de respect.

Susy Smith déclarait que William James s’était présenté à elle comme étant son guide dans l’au-delà.

L’un des deux livres s’intitule The Book of James, le second Ghost writers in the sky — More conversations from James. (Ecrivains fantômes dans le ciel : nouvelles conversations avec James).

Ghost writers in the sky - More conversations from James

The Book of James

 

Le soir du dîner arrive…

Au cours de celui-ci, tandis que Susy Smith leur raconte sa vie extravagante, Gary S. et Linda, en tant que psychologues cliniques universitaires, l’examinent attentivement incognito : présenterait-elle des troubles de la pensée, voire une maladie mentale telle que le délire, la paranoïa, la schizophrénie ?

Non, tout les porte à croire qu’elle est saine d’esprit.

Susy, qui a consacré quarante ans de sa vie à explorer en tant que journaliste et à titre personnel l’hypothèse de la survie de la conscience après la mort, intéresse fortement Gary et Linda, et ils décident à l’issue de ce dîner de rester en contact avec elle.

Vous êtes morts ou quoi ?!

Gary et Linda, fort occupés, notamment par leur recherche officielle sur l’amour et la santé, laissent passer plusieurs mois… lorsqu’un jour de 1996, ils reçoivent sur leur répondeur le message laconique  suivant : ” Vous êtes morts ou quoi ?! “

Reconnaissant la voix et l’intonation de Susy, ils la rappellent de suite, et apprennent qu’elle est gravement malade et sur le point de mourir.

Susy, qui avait consacré toute sa vie à la recherche sur la vie après la mort, avait conçu une expérience très simple pour communiquer avec l’au-delà, basée sur un code.

Mais n’étant pas de formation scientifique, elle savait que son travail se serait pas reconnu par la communauté scientifique.

C’est alors que Gary et Linda entreprennent d’élaborer un protocole expérimental précis, intégrant plusieurs codes au lieu d’un seul comme l’avait fait Susy, et répondant autant que possible à tous les critères d’une expérience sicientifique authentique.

Et ils réussissent un peu plus tard à publier un article sur leur protocole dans une revue scientifique, le Journal of Scientific Exploration, ce qui sonne la fin de leur obligation de garder secrètes leurs recherches.

Linda, audacieuse et exaltée, s’exclame alors :

” Gary, je veux que tu t’arranges pour que l’expérience de Susy ait lieu dans un cadre universitaire !”

Réponse de Gary :

” Publier un article dans une revue scientifique est une chose, réussir à faire de ces recherches un projet universitaire officiel en est une autre. “

 

Le projet Susy Smith

Assis dans le bureau du professeur Lynn Nadel, chef du département de psychologie de l’université auquel se rattache Gary, celui-ce se demande comment introduire le sujet.

Il se lance d’un ton hésitant et présente à Nadel le parcours de Susy Smith, puis lui révèle qu’il a déjà mené des recherches avec sa collaboratrice Linda sur l’hypothèse des âmes vivantes, sans s’étendre dans des détails.

A sa grande surprise, Gary obtient aisément l’aval de Nadel !

Puis le projet est présenté officiellement à la doyenne de la faculté des sciences sociales et comportementales, qui donne son approbation elle aussi, et approuve également la création d’une campagne de recherche sur la science de l’âme (Soul Science Research Campaign), afin de récolter des fonds pour mener à bien les recherches.

 

La Dream Team de la chaîne HBO

 

” Pour réfuter la loi selon laquelle tous les corbeaux sont noirs, il suffit de trouver un corbeau blanc. “

                                                                  William James (1842-1910)

 

La question qui se posait maintenant à Gary et à Linda était la suivante :

” Comment trouver des médiums suffisamment intègres et qui accepteraient de collaborer à un projet de recherche mené dans un sérieux laboratoire universitaire ? “

La réponse leur est parvenue en très peu de temps. ” Elle nous est tombée du ciel”, écrit Gary Schwartz.

Gary ont en effet reçu un appel téléphonique d’une productrice de télévision, qui souhaitait réaliser un documentaire sur leurs recherches !

La productrice de la chaîne HBO, Lisa Jackson, dirigeait la société de production Lucky Duck, le canard chanceux… Plus chanceux qu’un canard boiteux, c’est certain !

Losqu’elle vint à Tucson, où travaillaient Gary et Linda, la productrice, Lisa, leur annonça qu’elle avait déjà pris contact avec cinq médiums renommés, mais trois d’entre eux s’étaient montrés particulièrement réticents à la proposition de Lisa.

Mais Gary réussit finalement à convaincre deux des trois médiums qui avaient refusé, après des heures passées au téléphone avec eux, à leur expliquer le sérieux de leur démarche et à leur donner des garanties. Seul James Van Praagh maintint son refus.

Ce dernier a néanmoins apporté une contribution à l’ouvrage, aussi minime soit-elle, puisqu’un mot de sa plume apparaît sur la couverture du livre : ” L’un des livres les plus importants jamais écrits sur le sujet. “

Les cinq médiums qui acceptèrent de participer au projet sont John Edward, Suzane Northrop, George Anderson, Anne Gehman et Laurie Campbell.

La recherche d’un.e participant.e

Une première volontaire pour participer fut trouvée par la productrice, Lisa. Seule la société de production connaîtrait au préalable l’identité de cette personne jusqu’au début de l’expérience, afin d’éviter toute fraude.

Mais Gary et son équipe avaient de leur côté besoin de s’assurer que la société Lucky Duck n’agissait pas de connivence avec les médiums et que dans leur dos, elle ne leur indiquerait pas l’identité de la participante.

C’est pourquoi Gary insista pour qu’une deuxième personne participe à l’expérience, que seuls lui et Linda Russek connaîtraient.

Comment trouver une deuxième personne ?

Une semaine avant le début du tournage, Gary et Linda n’avaient toujours personne.

Or un matin de la dernière semaine, Gary se trouve dans un magasin d’électroménager, il a besoin d’acheter un lave-linge séchant pour le laboratoire.

Alors qu’il discute avec une vendeuse, celle-ci lui confie soudainement qu’elle ne se sent pas très bien. Peu de temps auparavant, elle est allée se recueillir sur la tombe de sa mère, et en est restée affectée.

Gary se met à l’écouter avec bienveillance, et peu à peu, elle lui révèle son histoire et lui apprend qu’elle a connu récemment six décès dans sa famille…

Cette vendeuse, qui n’avait jamais songé à consulter un médium, deviendra la seconde participante volontaire !

L’anxiété de Gary et Linda

La nuit qui précéda la première journée de tournage ne fut pas de tout repos pour Gary et Linda.

” Linda et moi n’avions jamais été aussi angoissés à la veille d’une expérience. “

Les enjeux étaient en effet considérables :

  • Si les résultats n’étaient pas concluants, la carrière universitaire de Gary ne serait pas menacée. Mais lui et son équipe devraient faire face au mécontentement des médiums, à une société de production avec des tas de factures à payer et des kilomètres de bande-vidéo inutiles…
  • Si en revanche l’expérience permettait de confirmer l’hypothèse de la survivance, les confrères rationalistes de Gary trouveraient cela suspect et il craignait que certains d’entre eux n’essaient d’entraver sa carrière voire d’y mettre fin.

” Pourtant, nous nous sommes couchés en sachant que nous nous apprêtions, quelques heures plus tard, à vivre l’expérience la plus fantastique de notre vie “, reconnaît Gary.


Suite au prochain épisode de cette chronique !

Abonnez-vous au blog pour être certain.e de la lire !! C’est en-dessous, dans la section Laisser un commentaire.

Et si vous êtes déjà abonné, posez-moi la question qui vous taraude, sur cette chronique, ou sur une autre de mon challenge. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

Vous aimez ? Dites-le ! Partagez à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.