Découvrir

Ma vie après la vie – L’histoire de Galen Stoller –

Santa Fe, capitale du Nouveau-Mexique, année 2007.

Galen Stoller a 16 ans.

 

Galen Stoller

 

Il est en première année de lycée. C’est l’adolescent américain moyen.

Il aime lire des romans de fantasy, traîner avec ses amis, faire du théâtre dans les écoles secondaires et les groupes communautaires, et former bénévolement des chiens d’assistance et de sauvetage pour les Chiens d’Assistance de l’Ouest. Ces dernières semaines, il a répété son double rôle de Fagin et Bill Sikes dans Oliver Twist ! Galen avait escompté entrer au Conservatoire de Boston après l’obtention de son diplôme, et un jour, il espérait jouer à Broadway.

Cet article est une traduction (publiée avec l’accord préalable de l’auteure) d’un article posté en anglais par Jenn sur son blog The Search for life after death

Le 1er décembre est un samedi…

Galen traverse Santa Fe en voiture en rentrant chez lui après avoir rendu visite à sa grand-mère. Il y a quelque chose d’étrange dans cette journée, Galen se sent désynchronisé, désarticulé.

“Le bourdonnement du moteur, le sifflement du vent et le grondement des pneus semblaient également déconnectés, semblant venir d’un autre endroit que d’où proviennent ces sons.”

Galen s’approche des voies ferrées qui sont obscurcies par la végétation et situées autour d’une courbe aveugle. Il roule jusqu’à s’arrêter sur les voies et prend son iPod pour ajuster la musique. Il ne voit jamais le train qui percute sa voiture, la traînant sur plus de 500 mètres…

“…Soudain, j’entendis le son du métal, suivi d’un silence immense et d’une obscurité totale.”

Galen est tué sur le coup. Il se réveille dans l’au-delà, et c’est là que commence son histoire.

“Finalement, les lumières et les sons sont revenus, mais aucun ne semblait réel. J’entendais mon nom de temps en temps, mais ce qui était dit et par qui n’avait pas d’importance.”

La nuit même de la mort de Galen, son père contacte un médium, désespéré de savoir que son fils allait bien. Leur conversation est courte, mais Galen assure son père qu’il pourra communiquer directement avec lui dans le futur. Toutefois, avant que le lien puisse être établi, son père devra traverser le mur émotionnel que son chagrin a construit autour de lui. Galen, pour sa part, a besoin d’en apprendre davantage sur ce nouveau monde et sur sa propre capacité à façonner l’énergie en utilisant la pensée et l’intention avant de pouvoir commencer le processus de communication avec la Terre.

Le père de Galen est le Dr Kenneth Stoller, médecin et un peu franc-tireur dans son domaine. Le Dr Stoller préconise l’utilisation de thérapies non conventionnelles pour traiter les patients et, contrairement à la plupart des hommes de science, il a déjà une spiritualité et une croyance bien développées dans l’au-delà. Il faudra attendre deux ans avant qu’il puisse commencer à saisir les paroles de son fils par le biais d’une connexion mentale personnelle et d’un médium qu’il utilise à cette fin.

Le livre qui en a résulté est My life after life – A Posthumous Memoir [Ma vie après la vie – Mémoires posthumes ], publié en 2011, et qui n’a pas été traduit en français mais l’a été en allemand.

Ma vie après la vie – Mémoires posthumes

Ma vie après la vie - My life after life - Galen Stoller

On peut affirmer que c’est Galen lui-même qui en est l’auteur, comme pour toute la littérature médiumnique.

Selon le site du Dr. Stoller, griefsos.com, le livre est le gagnant ou le finaliste de plusieurs prix en 2011 et 2012. Il est préfacé par  le Dr Bernie Siegel, chirurgien pédiatrique et enseignant à l’université de Yale, auteur notamment de L’amour, la médecine et les miracles.

Le Dr Stoller ne craint pas les sceptiques et invite le lecteur à se faire sa propre opinion sur l’ouvrage.

Dr Kenneth Stoller

Bien que le Dr Stoller ait su qu’il mettait en jeu sa propre réputation en tant que médecin et scientifique en publiant ce livre, il écrit ceci :

” Si les pages qui suivent contiennent de l’information qui changera ma crédibilité et ma réputation en tant que médecin, j’ai toujours été fidèle à ce que je considérais comme l’éthique de ma profession, et je n’hésiterai pas à le faire en aidant Galen à produire ce livre. ”

Le Dr Stoller admet son ” chagrin pathologique ” après la mort de son fils, donc les sceptiques l’accuseraient certainement d’avoir inventé de toutes pièces cette histoire basée sur un tel chagrin. Il l’admet dans son introduction, mais invite le lecteur à décider par lui-même.

Kenneth Stoller explique qu’après beaucoup de pratique, il pouvait entendre les pensées de Galen dans sa tête séparément des siennes. C’est exactement ainsi que fonctionne la médiumnité mentale des personnes clairaudientes. Le Dr Stoller affirme qu’il a fait ” tous les efforts possibles pour que le langage soit le plus fidèle possible à l’intention derrière les mots de Galen, tels qu’il les a perçus “. Après chaque chapitre, il a travaillé avec un médium pour en discuter avec Galen afin de faire des suggestions et des modifications au texte.

Un récit intrigant…

Si le livre qui a suivi ces affirmations n’avait été qu’un tissu de niaiseries sentimentales, je l’aurais écarté du revers de la main comme le malheureux fantasme d’un père éperdu de douleur. Mais après avoir lu ce livre deux fois, je suis porté à croire que le Dr Kenneth Stoller était effectivement en contact avec son fils décédé. Galen décrit une vie après la mort familière dans d’autres communications spirituelles, même les communications obscures d’il y a deux siècles. Quand je lis quelque chose qui me semble vrai, c’est parce que je peux le croiser avec des détails dans des communications spirituelles provenant de diverses autres sources parfois extrêmement obscures.

En fin de compte, cependant, chacun doit utiliser sa propre intuition pour décider par lui-même si quelque chose lui semble authentique. Même si vous prenez ce livre comme une œuvre romancée, je crois qu’il peut avoir une certaine valeur. C’est divertissant et instructif et beaucoup plus surprenant qu’on pourrait le penser pour un livre de ce type.

Des affirmations jamais lues ailleurs…

Il y a certaines choses que Galen décrit à propos de sa vie après la mort dont je n’ai jamais entendu parler auparavant ; par exemple, que les esprits incarnés (pas les âmes) peuvent être détruits s’ils entrent dans une dimension antimatière. Je n’ai jamais lu cela dans aucune autre communication spirituelle, au récit d’expérience hors du corps, de régression ou canalisation.

Mais ce sont des informations que je garde dans un coin de ma tête. Si je les rencontre ailleurs, cela devient une sorte de validation des affirmations de Galen. Je ne les intègre pas dans mon système de croyances avant de les voir mentionnées dans plusieurs sources différentes et avant d’être sûr qu’elles n’ont pas été simplement copiées.

La salle des tasses

D’autres informations, comme la salle des tasses où Galen peut trouver l’histoire des autres vies de son père, correspondent bien à ce que j’ai lu dans la thérapie de régression du Dr Michael Newton où les esprits font référence à un type de bibliothèque ou de salle où ils peuvent revoir leurs vies passées.

Selon l’expérience de Galen, chaque âme a une coupe qui contient le récapitulatif de ses vies, alors que dans le cas du Dr Newton, les esprits ont accès à une bibliothèque de livres pour le même but.

Bien qu’une attitude sceptique puisse nous porter à dire : ” C’est faux – ce n’est pas la même chose “, ce serait oublier la nature souple et subjective de l’au-delà où nos attentes, nos expériences et nos croyances colorent nos perceptions.

Ces sources, et bien d’autres encore, s’accordent à dire que les âmes ont un lieu où les vies passées  peuvent être revues, à condition d’être dans une dimension où l’évolution de l’âme permet d’accéder à cette information. Certes, dans les dimensions de l’au-delà “débutant”, les âmes ont déjà suffisamment de souci à se faire en revoyant la vie qu’elles viennent de quitter.

L’aspect multidimensionnel de l’au-delà

Galen discute de l’aspect multidimensionnel de l’au-delà, qui est basé sur l’évolution de l’âme, un point auquel font écho des douzaines de communications individuelles que j’ai rencontrées, dont certaines remontent jusqu’au milieu des années 1800.

Il fixe un chiffre qui peut sembler arbitraire à son propre niveau, “21”, bien que la plupart des âmes ne sachent pas combien de dimensions ou de niveaux il y a vraiment. Il rencontre un parent sur ce qu’il appelle le ” niveau 12 “, une dimension plus basique et terrestre où les âmes ne peuvent pas changer leur environnement à volonté ou revoir leur vie passée.

Elles sont encore en formation pour simplement comprendre la nature fondamentale de la conscience non physique. Nous pouvons laisser derrière nous la terre et ses malheurs quand nous mourons, mais nous n’arrêtons jamais d’apprendre et d’avancer en tant qu’âmes.

Pour une réflexion plus large sur ce sujet, vous pouvez consulter l’article Un essai sur l’après-vie multidimensionnel

L’au-delà de Galen

L’au-delà de Galen est plus ou moins typique des dimensions intermédiaires dans lesquelles les âmes peuvent se trouver après la mort. Il réalise rapidement que son environnement reflète son humeur, ses pensées et son état d’esprit. Bien qu’au départ, l’environnement de Galen reflète l’environnement écologique de sa terre natale au Nouveau-Mexique – vaste maquis et désert semi-aride, il finit par faire ce que n’importe quel enfant de 16 ans ferait dans une telle situation – il se crée des environnements amusants et ludiques pour lui-même.

“Il ne m’a pas fallu longtemps pour reconnaître que cette dimension était beaucoup plus vaste que je ne l’avais imaginé, et c’est avec cette compréhension que j’ai commencé à voir davantage – et ensuite à créer davantage. Par exemple, j’ai pu me créer un appartement plutôt cool, que j’ai redécoré une multitude de fois.

D’abord c’était un appartement à Manhattan, puis je l’ai transformé en une magnifique villa baroque. J’ai travaillé avec du matériel cristallin au point où l’appartement a commencé à ressembler à la Forteresse de Solitude de Superman puis s’est soudainement transformé en pont de l’USS Enterprise (de Star Trek).

J’ai eu beaucoup de plaisir avec cela, et j’ai été capable de soutenir une structure sans avoir à me tenir devant elle. J’avais un endroit où aller au lieu d’aller dans un endroit quelconque. Je pouvais quitter ma maison et à mon retour, elle serait juste là où je l’avais laissée.

C’était le résultat après avoir formulé une intention, l’avoir laissée en place, et l’avoir maintenue sans me laisser distraire. Sur terre, ce serait un peu comme si vous aviez l’intention de manifester quelque chose que vous vouliez faire dans votre vie, sachant que ce serait possible au bon moment, mais sans avoir à vous en rappeler chaque jour.”

Plusieurs enseignants et guides

Galen finit par se créer une maison un peu plus modeste avec un lit dans lequel il peut s’allonger pour se ” sentir plus humain “. Il ne dort pas, mais il s’allonge et se repose en quelque sorte.

Galen a plusieurs professeurs et guides avec lesquels il s’entretient fréquemment. Après sa mort, le premier professeur qu’il rencontre ressemble à une version plus grande de lui-même, son ” jumeau ” comme il l’appelait. L’enseignant de Galen explique ce phénomène comme étant lié à la façon dont il percevait son environnement immédiatement après sa mort. Sans autre cadre de référence, Galen a simplement perçu son professeur comme une version plus large de lui-même. Plus tard, lorsque Galen s’est adapté à sa dimension, il perçoit son professeur comme un homme ordinaire aux traits indéfinissables.

Un chien nommé Andy

Andy, le chien de Galen Stoller, devait ressembler à celui-ci

Galen a aussi un guide qui lui apparaît sous la forme d’un chien nommé Andy. Galen aimait beaucoup les chiens sur terre, et cette forme de guidance est donc réconfortante pour Galen. Naturellement, Galen et Andy deviennent très proches, participant même à des voyages multidimensionnels ensemble. Galen peut aussi suivre des cours à son niveau dimensionnel qui enseignent aux habitants comment développer leurs compétences avec de l’énergie et comment mener une vie de service quand ils retournent sur terre.

Bien que le concept d’assister à des cours dans l’au-delà et de changer son environnement à volonté ne soit pas nouveau dans mes recherches, il y avait d’autres surprises dans le livre.

D’autres surprises

Par exemple, Galen rencontre deux êtres non humains de dimensions différentes dont je n’ai jamais entendu parler dans aucun autre type de description spirituelle de l’au-delà. Mais encore une fois, avec un nombre infini de dimensions possibles dans l’au-delà, pourquoi pas ?

L’expérience de Galen, comme toute expérience de l’au-delà, est susceptible d’être unique.

Il peut être difficile pour certaines personnes élevées dans la religion de considérer l’au-delà comme un vaste espace inter-dimensionnel, puisque beaucoup d’entre nous ont appris que ” le ciel est le ciel ” et ” l’enfer est l’enfer “. Enfant, le Ciel m’a été décrit comme un lieu de nuages où tout le monde passe son temps à chanter des hymnes et à adorer Dieu pour l’éternité. J’étais horrifié en privé. Mon esprit, âgé de 10 ans, était embrouillé à la perspective d’une éternité d’Église, mais avec des anges et des harpes. Bien sûr, cela me semble ridicule en tant qu’adulte, mais ma vision simpliste et unilatérale de l’au-delà a persisté bien au-delà de l’âge adulte.

Bien que ma conception de l’au-delà soit encore hésitante et basée sur des descriptions transmises par divers moyens paranormaux et surnaturels, je suis reconnaissant que ce ne soit pas un lieu conçu et entretenu par des êtres jaloux qui exigent des louanges constantes, mais plutôt un espace infini aux multiples couches qui évolue à mesure que les esprits humains qui y vivent y ajoutent leur ingéniosité et créativité.

Un au-delà calqué sur la Terre ?

Beaucoup de gens qui lisent de telles descriptions de l’au-delà se demandent pourquoi, dans bien des cas, il ressemble tant à la Terre.

Galen vit dans une maison, suit des cours dans une salle de classe avec des bureaux, et son paysage est identique à celui où il a vécu sur Terre. C’est vraiment une conséquence du fait que les esprits humains ont de multiples incarnations sur terre, et ramènent leurs attentes avec eux dans l’au-delà. Certes, la vie après la mort des hommes de l’âge de pierre il y a des millénaires ne ressemblait pas à ce qu’elle est aujourd’hui, et dans l’avenir, la vie après la mort continuera à changer à mesure que le collectif des esprits humains qui s’incarnent évoluera.

De même, j’ai entendu dire qu’un grand nombre des technologies et des progrès de la construction sociale ne commencent pas sur Terre, mais qu’ils sont d’abord élaborés dans les dimensions spirituelles, puis reproduits sur terre à travers une mémoire subconsciente distante.

Nous serons appelés à dépasser le désir de reproduire le monde physique de la Terre

L’expérience très terre-à-terre de Galen n’est pas du tout inhabituelle, ni inattendue. Au moins pendant que nous continuerons à nous incarner sur terre, nous formerons nos expériences dans les dimensions spirituelles basées sur ce que nous comprenons et attendons. Une fois nos leçons d’incarnation terminées, nous commencerons à dépasser le désir de reproduire la matière et la forme tridimensionnelles.

Bien que l’information provenant des plus hauts niveaux de conscience et de la réalité non physique soit rare, j’ai lu que sur ces niveaux il ne se trouve quasiment rien de l’ordre de la forme et de la matière. Au lieu de cela, la conscience existe sous la forme d’une pensée pure qui se façonne avec divers degrés d’intensité. C’est un concept difficile à saisir, mais peu importe.

Je ne pense pas que je suis prêt pour ça de toute façon. Ma vie après la vie est un livre qui nous rappelle que l’au-delà n’est pas un lieu saint et onirique – c’est une dimension physique comme la nôtre, mais avec un paradigme énergétique complètement différent. Un jour, je crois que la science sera même capable de le détecter et de le mesurer (c’est peut-être l’une des 11 dimensions de la théorie des cordes ?)

Une série de livres à venir ?

Le Dr Stoller a dit que son fils souhaite écrire toute une série de livres sur ses expériences de la vie après la mort, appelés The Death Walker Series. Ça ressemble beaucoup à quelque chose qu’un garçon de 16 ans qui aimait Harry Potter trouverait, n’est-ce pas ? Jusqu’à présent, Galen et le Dr Stoller ont écrit un deuxième livre dans la série, Life Chapters : The Extraordinary Afterlives of people you’ve never heard of  [Chapitres de vie – L’après-vie extraordinaire de personnes dont vos n’avez jamais entendu parler], détaillant l’après-vie d’autres personnes que Galen a rencontrées sur  sa dimension.

En fin de compte, vous devrez décider par vous-même si vous croyez que la communication est réelle entre Galen et son père ou bien si la distorsion et le chagrin ont entravé le processus. C’est ainsi que vous construirez un système de croyances fondé sur des preuves : par la découverte, l’intuition, l’examen minutieux et un peu de foi.

Ma vie après la vie  est une pièce supplémentaire à soumettre à votre appréciation…


L’article original anglais a été écrit par Jenn du blog thesearchforlifeafterdeath.com

Abonnez-vous au blog pour recevoir tous les articles directement dans votre boîte mail !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Recevez gratuitement le livret "Comment accompagner un proche dans l'au-delà".