Découvrir

Natalie Sudman — Une expérience de mort provisoire inclassable

La singulière expérience de Natalie Sudman en Irak

Bien que chaque Expérience de Mort Provisoire (EMP) soit unique et profonde, celle de Natalie Sudman après avoir heurté une bombe en bord de route en Irak en 2007 est très différente de la plupart des autres. Natalie n’a pas traversé un tunnel, n’a pas parlé à Dieu et n’a pas vu de lumière ineffable. Et pourtant, son expérience a été extraordinairement précieuse pour ceux d’entre nous qui cherchent à comprendre la nature de notre essence et de l’au-delà.


Cet article est une traduction (publiée avec l’accord préalable de l’auteure) d’un essai posté en anglais par Jenn sur son blog The Search for life after death

Je pourrais faire miennes certaines de ses affirmations et reprendre à mon compte une partie de ses questionnements, mais pas l’ensemble de ses propos. Je ne ferai pas ici la liste des points d’accord et de désaccord mais je présenterai succinctement mon opinion à la fin du texte.

Mon intention est en effet, en vous proposant cet article, de même que dans une large partie de mon blog, de vous de fournir de nouveaux éléments de réflexion provenant de nouvelles sources, afin de stimuler votre réflexion et votre cheminement.

Pour vous aider dans votre quête, vous pouvez aussi consulter cet autre article intitulé Comment mener votre recherche sur la vie après la mort


Natalie Sudman a fait le récit de son aventure dans l’ouvrage ci-dessous, non traduit en français :

The Application of Impossible Things : My Near-Death Experience in Iraq

[Appliquer l’impossible – Mon expérience de mort provisoire en Irak]

Appliquer l'impossible - Natalie Sudman

Dans cet article, je vais tenter de comprendre les implications de toute la sagesse avec laquelle elle est revenue.

Basculer dans un autre monde en un clin d’œil

” J’étais dans le camion, la tête sur la main, à moitié endormie, et puis je ne l’étais plus. J’appellerai ce mouvement instantané d’un endroit à l’autre un clignement, faute d’un meilleur mot. Dans ce nouvel environnement “clin”, je me tenais sur une estrade ovale, l’air plutôt intrépide dans mon treillis militaire maculé de sang et déchiré, me penchant un peu, sale et le teint mat, m’adressant à des milliers d’êtres ou de personnalités aux robes blanches. Ils étaient ainsi vêtus et tout autour de moi comme si je me tenais au centre d’un immense stade, l’estrade sur laquelle je me tenais ayant peut-être six mètres de diamètre.

Les personnalités étaient essentiellement non-physiques, prenant forme si elles avaient l’intention de le faire dans un but particulier. J’ai perçu leur apparence en fonction de ce que je préférais pour mes objectifs. À l’époque, comme j’avais été brusquement transférée du plan physique, il était plus simple de les percevoir sous une forme humaine, vêtus d’une robe blanche éclatante. “

Natalie Sudman

Un transfert d’informations en matrice

Natalie Sudman était employée dans une entreprise de construction civile travaillant pour l’armée américaine en Irak en 2007, lorsque son convoi a heurté une bombe en bordure de route. Natalie a subi des dommages physiques durables à la suite de l’incident – la vision de son œil droit a été endommagée de façon permanente, son crâne fracturé porte désormais des plaques de titane, et elle a une mobilité limitée dans un poignet et une épaule.

Comme on peut le constater dans l’extrait ci-dessus de son livre, Natalie a eu une expérience de mort provisoire inhabituelle,  au moment où son camion a percuté la bombe. Elle n’a pas vécu la phase de sortie hors du corps typique où l’on flotte au-dessus de la scène avant de se précipiter dans un tunnel vers la lumière.

Au lieu de cela, elle est passée en un clin d’œil d’un environnement à un autre, se retrouvant sur une sorte de scène face à des milliers d’autres esprits qui semblaient étudier son expérience par procuration.

La plupart de ces milliers [de personnes] m’étaient familiers, et tous étaient mes égaux, indépendamment de leur admiration pour mon dernier exploit stupide sur terre… Je savais que l’Assemblée était une réunion de nombreux groupes représentant une grande variété d’intérêts et de responsabilités, se rapportant non seulement directement aux énergies terrestres et physiques mais aussi à des dimensions et questions supérieures “.

 

Natalie décrit ensuite une sorte de téléchargement d’informations. Elle appelle cela un ” transfert d’informations sous la forme d’une matrice inexplicablement complexe “. L’information comprenait ” des événements, des pensées, des incidents, des individus et des groupes dans toutes leurs complexités relationnelles : histoires, concepts, liens, nuances, couches, jugements et projections. Il comprenait des équations cinétiques, des dimensions, des symboles et des flux “.

L’Assemblée

Natalie se rend compte qu’elle avait accepté de remettre ce rapport à l’Assemblée avant d’accepter son corps actuel et sa vie sur terre, ce qui implique également qu’elle avait accepté de participer à l’attentat à la bombe sur la route.

Elle ressent l’admiration de l’Assemblée alors qu’ils digèrent probablement l’information bien qu’elle n’accepte pas son expérience comme particulièrement digne d’elle. Les membres de l’Assemblée commencent à discuter de son expérience en utilisant entre eux la pensée d’une manière plus structurée et plus nuancée que notre langage verbal brut ne pourrait jamais accomplir ; comme l’affirme Natalie, “ aucun chevauchement, aucune interruption n’a eu lieu, aucun malentendu, et les désaccords ont été formulés et résolus avec respect et réflexion “.

À ce stade, Natalie accepte de retourner à son corps physique à condition qu’elle reçoive de l’aide. Épuisée par son expérience et sa vie jusque-là, elle se replie dans ce qu’elle appelle “une autre dimension vibratoire” pour récupérer son énergie et se reposer. Cela dure ” l’équivalent de plusieurs siècles “, mais elle ne revient que quelques instants plus tard dans l’Assemblée. Elle discute ensuite de ses plans pour retourner à sa vie sur terre, détaillant ce qu’elle pourrait accomplir et comment l’Assemblée pourra l’aider.

Dans l’état final de son expérience, elle passe à un autre état vibratoire ou à un autre endroit où les membres de l’Assemblée l’aident à guérir son corps physique. Elle peut voir son corps de cet endroit, et se voit dans le camion, ” la tête relevée par ma main droite, le coude reposant sur la poignée de porte exactement comme je l’avais laissée. Je pouvais aussi voir mon corps comme une matrice énergétique.

En lisant simultanément à partir de ces deux niveaux, je pouvais dire que ma main droite était presque tranchée au poignet, que mon pied droit et ma cheville étaient gravement mutilés et que j’avais une blessure profonde à la droite du torse. Il y avait un gros trou dans ma tête : il me manquait un œil, le sinus frontal et une partie de mon cerveau “.

Natalie commence à travailler pour guérir son corps à travers la matrice énergétique, aidée par des êtres énergétiques. Toutes les blessures n’étaient pas censées être guéries parce que certaines étaient destinées à des tâches futures ou à des expériences d’apprentissage. Au cas où vous pensiez que c’était un travail sérieux, Natalie nous dit que pendant qu’ils travaillaient, ils ” plaisantaient les uns avec les autres sur ce qui devrait être fait ou non et faisaient les andouilles “.

Un endroit pratique pour sauter

Une fois que son corps a été guéri selon ses spécifications, Natalie se déplace vers un autre endroit qu’elle décrit comme un ” endroit pratique pour sauter “. Elle rencontre brièvement certains membres de l’Assemblée pour discuter de ce qui a été convenu et de ses problèmes personnels avant de prendre une grande respiration et de sauter à nouveau dans son corps.

Lorsque Natalie ouvre de nouveau les yeux dans son corps physique, le camion roule toujours sur la route, ce qui indique que, selon elle, l’expérience du clignement a pris moins de cinq secondes terrestres.

Natalie affirme qu’elle peut revisiter l’expérience comme s’il s’agissait d’un souvenir vivant, toujours actif et continu. Certains éléments peuvent être modifiés ; par exemple, les participants en peignoir blanc peuvent être ré-expérimentés comme des points de lumière ou sous d’autres formes. Elle peut aussi changer l’environnement du stade.

Mais dès que Natalie tente de changer d’autres caractéristiques de son souvenir comme le ton de l’Assemblée ou son apparence, son souvenir prend un aspect statique bidimensionnel ou son esprit “ s’efface complètement “. Il semble que certains éléments soient fixes et que d’autres puissent être influencés par la perception personnelle.

Cela me rappelle comment William Buhlman, dans son ouvrage Aventures dans l’au-delà, et Jurgen Ziewe (dans ses ouvrages L’homme multidimensionnel et Visions de l’infini) décrivent leurs expériences de visite dans l’au-delà au cours de leurs sorties de corps : il y a certains domaines qui sont des réalités de consensus de groupe — immuables par conscience individuelle —, et des réalités qui se reflètent dans la pensée et peuvent être modelés selon la perception individuelle.

Aventures dans l'au-delà

Galen Stoller, dans son récit Ma vie après la vie, raconte lui aussi qu’il fait l’expérience, dans l’au-delà, d’un endroit qu’il peut modeler par sa pensée (sa reconstitution de la forteresse de solitude de Superman), et d’autres endroits (comme les salles de classe) qui ne sont pas modifiables.

Natalie décrit également les différences dans la conceptualisation et l’expansion de la conscience dans l’environnement où elle a abouti suite au clignement, la comparant brillamment aux façons dont nous pourrions lire un livre. Dans notre vie terrestre, nous avons tendance à tout lire d’avant en arrière, de gauche à droite.

Dans l’environnement où elle se trouvait, son expérience pouvait être comprise de multiples façons différentes mais interconnectées. Selon la métaphore du livre, ce serait comme lire à l’envers, ou regrouper par scènes, ou lire les mots de l’extérieur à l’intérieur, ou à l’envers, ou chaque page simultanément. Notre capacité d’analyser et de comprendre les événements est grandement augmentée une fois hors du corps physique.

Natalie a été en mesure d’être consciente simultanément par de multiples points focaux, par exemple en étant consciente d’être dans le camion, dans l’environnement Clin, à l’extérieur des deux, et dans d’autres dimensions, tout en même temps.

Natalie insiste sur la pensée en tant que force créatrice. Elle fait la distinction entre les pensées qui prennent forme sous l’effet de l’intention et les pensées qui existent à l’état d’énergie avec des effets potentiels, bien qu’encore dénuées de forme perceptible.  ” Aucune forme n’est possible sans l’énergie de la pensée pour l’instiller “.

Spécialisation et travail d’équipe

Un autre aspect de l’expérience de Natalie met l’accent sur la spécialisation et le travail d’équipe. Différentes personnalités individuelles semblaient être adeptes de différents domaines d’expertise, tels que ceux qui l’aidaient à guérir son corps physique ou son corps spirituel. D’autres ont aidé à régler des problèmes personnels ou à diffuser de l’information. De nombreuses personnalités présentes dans l’Assemblée étaient là pour discuter des enjeux politiques ou sociaux globaux auxquels notre société sur terre est confrontée à cet endroit précis dans le temps.

Cela concorde bien avec les découvertes du Dr Michael Newton obtenues par hypnose régressive entre deux existences, qui suggèrent qu’au fur et à mesure que nous progressons spirituellement, nous adoptons un type de spécialité — comme une carrière dans l’après-vie — qui convient à notre personnalité et à nos compétences particulières.

Pour approfondir ce point vous pouvez consulter l’article suivant : Les spécialisations des âmes dans l’au-delà

La revue de vie et le concept du bien et du mal

Comme presque toutes les expériences de mort imminente, Natalie n’a pas été confrontée à un jugement extérieur sur la façon dont elle avait vécu sa vie jusque-là. Bien que des milliers d’êtres téléchargeaient des informations relatives à ses choix de vie et à ses expériences, Natalie décrit une nette apathie envers tout jugement perçu, sachant que dans une aire de conscience aussi étendue, les bonnes et mauvaises actions sont simplement considérées comme des expériences.

“Le Problème du Mal” est une chose avec laquelle la philosophie et la religion se sont longtemps débattues et pourtant Natalie considère que les règles de comportement visant à assurer l’harmonie collective ne sont vraiment valides que de notre perspective physique et donc applicables seulement pendant que nous résidons en elle.

Elle affirme : ” D’après mon expérience d’une conscience élargie, il me semble qu’aucun être n’est considéré comme mauvais ou malfaisant. Les actions d’un être peuvent être considérées comme perturbatrices, inharmonieuses ou nuisibles au flux créatif au sein d’une réalité donnée, mais la créativité d’une action peut être considérée comme valide — peut-être même nécessaire ou utile — indépendamment de la perturbation globale. Les actions d’un être peuvent être comprises comme susceptibles de paraître perturbatrices ou mauvaises d’un point de vue physique tout en étant considérées comme belles et  nécessaires, ou précieuses et créatives du point de vue d’une conscience élargie et donc bonnes en tout point “.

Prenant l’exemple de son propre cas, Natalie suggère que la personne qui a construit la bombe ayant explosé à côté de son camion en Irak, pourrait l’avoir fait à sa propre demande. Le poseur de bombe a peut-être accepté parce qu’il voulait ” faire l’expérience de ce que c’est que d’être poursuivi, arrêté, détenu ou tué pour la violence qu’il a infligée aux autres “.

Elle poursuit en disant que même si des accords d’âme peuvent exister pour des actions que nous pouvons percevoir comme étant mauvaises, cela ne signifie pas que nous devrions les tolérer sur le plan physique de l’existence. Notre système de jugement du bien et du mal est adapté à notre niveau de réalité.  À un niveau de réalité plus élevé, cependant, ces expériences peuvent être perçues comme un catalyseur de croissance, d’expérience ou de changement.

Dans l’une des interviews qu’elle a accordée, Natalie raconte comment, tandis qu’elle se trouvait dans l’environnement “clin”, elle a découvert qu’elle avait peut-être perdu un œil et a ressenti à ce moment-là de l’excitation parce que cela pourrait lui faire vivre une expérience de perte de vision.

Au sein de la réalité physique, Natalie ne voulait certainement pas perdre sa vision, mais pendant que sa conscience s’élargissait, son ” moi entier ” s’intéressait à la façon dont elle pourrait apprendre et grandir à partir d’une telle expérience.

 

Natalie soulève également un point très important au sujet de l’idée du karma selon laquelle les religions et les croyances spirituelles ont tendance à se tromper. Nous aimons supposer que de bonnes choses nous arriveront dans la vie si nous nous sommes bien comportés, si nous avons traité les autres avec respect et si nous avons généralement été de bonnes personnes. De même, les méchants finiront par ” obtenir ce qui leur arrive “. J’avoue que je suis moi-même tombé dans ce piège, souhaitant souvent que les personnes négatives que j’ai rencontrées puissent ” goûter à leur propre remède “.

La vérité est que nous avons tous à tirer des leçons individuelles que nous avons choisi d’apprendre à travers diverses expériences auxquelles nous acceptons de participer. De plus, ce que nous considérons comme une expérience négative ici sur terre pourrait avoir un résultat positif plus tard, ce qui jette une nouvelle lumière sur l’expérience dans son ensemble. Bien qu’il soit tentant de regarder quelqu’un qui a beaucoup de difficultés dans la vie et de supposer qu’il a fait quelque chose pour le mériter, considérez qu’il pourrait être juste assez fort pour relever les défis, et a donc choisi de tirer des leçons de l’adversité, leçons pour lesquelles nous-mêmes ne sommes pas encore prêts.

Le Vide

Le Vide est un lieu qui est parfois décrit dans les expériences de mort provisoire comme un lieu d’agonie, de solitude ou de douleur psychique ou, inversement, comme un lieu de guérison, de repos et de paix. Cela semble dépendre de l’expérimentateur, puisque le Vide amplifie notre caractère et nos intentions.

Pour Natalie, le Vide est un lieu de guérison spirituelle.

” Le calme et vaste espace est profondément paisible dans son silence. Bien que l’idée d’un vaste vide puisse sembler froide et intimidante à certains, cette immensité est intime et douillette. Imaginez-vous vous enfoncer sous d’épaisses courtepointes de duvet dans le lit le plus confortable que l’on puisse imaginer pendant qu’une tempête de neige fait rage à l’extérieur. Fermez alors les yeux, et pendant que vous vous sentez si bien physiquement, entrez dans l’espace illimité, sombre, paisible et créatif de l’esprit. Imaginez le corps en apesanteur et sans limites à l’intérieur, et vous pressentirez la satisfaction profonde que j’ai ressentie dans cet Environnement de Repos “.

C’est dans le Vide, ou comme l’appelle Natalie, l’Environnement de Repos, qu’elle fait une promenade psychique paisible à travers l’examen de sa vie, méditant les possibilités et les probabilités, entrant et sortant des moments selon des perspectives variées. Elle décrit ses sens comme étant connectés et formant d’une certaine manière un unique sens où l’on peut goûter un son, et entendre des images. Ce type de synesthésie est communément décrit dans les NDE et les écrits spirituels.

La fonction des guides spirituels

Natalie a rencontré neuf personnalités – des guides spirituels, dans notre langage – qui se sont portées volontaires pour l’aider dans sa vie physique et ses démarches spirituelles. Les rôles que jouent ces personnalités sont nombreux ; elles aident à prévenir ” les affrontements inattendus, les menaces physiques ou le détournement de la voie d’intérêt général voulue par l’ensemble du Soi “.

Ce que je trouve le plus intéressant, c’est ce que ces guides spirituels peuvent faire pour nous. Ils peuvent nous orienter vers des décisions particulières ou nous détourner de celles-ci, offrir des conseils par le biais d’interactions avec notre environnement et avec les gens, nous protéger du danger et même affecter l’environnement physique — déplacer des choses, affecter le temps, créer des situations et influencer les modèles de pensée. La physique de la Terre n’est pas une barrière pour nos guides.

Natalie raconte ainsi dans son livre comment elle a été sauvée d’une attaque de chien.

L’incroyable expérience de Jenn

Quant à moi (Jenn), je vais vous faire part ici de mon incroyable expérience pour illustrer comment je crois que nos guides peuvent faire des choses miraculeuses si c’est dans notre meilleur intérêt.

“ J’avais dix-sept ans et je me questionnais sur la spiritualité. Je venais d’apprendre l’existence des guides spirituels et je réfléchissais à leur existence alors que je roulais trop vite sur une route à deux voies.

À voix haute, je me suis adressé à mes guides spirituels et les ai mis au défi de me prouver leur existence.

Je m’approchais d’une intersection au sommet d’une petite pente. Le feu était vert et j’ai accéléré pour passer avant le jaune. Roulant à 100 km/h pour 60, j’ai traversé le sommet de la colline sans me rendre compte du semi-remorque à 18 roues garé juste en face de moi, qui occupait toute ma voie. Avec une solide file de voitures à ma gauche, et aucun moyen d’éviter de percuter directement l’arrière du tracteur à semi-remorque, je n’avais pas le choix. La visibilité limitée a fait qu’il ne restait que 15 mètres au moment où j’ai vu le tracteur à semi-remorque. Je n’avais pas le temps de m’écarter du chemin, même s’il y avait eu de l’espace pour le faire.

Sachant que j’étais sur le point de subir une collision frontale qui allait probablement me coûter la vie, j’ai simplement fermé les yeux et enlevé mes mains du volant. Il y a eu un souffle… un battement de cœur, et puis… rien.

J’ai ouvert les yeux. Ma voiture décélérait en bas de la colline, après le camion. J’avais l’impression d’être passée à travers. Je me suis arrêtée, tremblant et pleurant. Je ne comprenais pas comment j’avais pu passer le camion. J’aurais dû être morte ; c’était comme si j’avais été transportée instantanément à l’abri devant le camion. J’ai remercié mes guides et je n’en ai plus jamais douté.

Des gens sceptiques m’ont dit que j’avais dû m’évanouir et faire une embardée, mais même si je l’avais fait, j’aurais dû heurter une autre voiture. Deuxièmement, j’ai eu des accidents depuis et je ne me suis jamais évanouie ; cela ne m’est jamais arrivé en aucune circonstance. Je sais juste que je n’étais pas censé mourir ce jour-là. À cause de ma bêtise, mes guides ont modifié le temps et l’espace pour s’assurer que je ne mourrais pas. Inversement, si mourir à 17 ans avait fait partie d’un accord entre âmes, je l’aurais certainement fait. Il s’agissait de préserver mon plan de vie malgré mon mépris stupide pour ma propre vie. “


Pour finir, sachez que mon épouse (je reprends ici la parole en tant que Jérôme, créateur de ce blog Au-delà de mourir), a entendu un témoignage similaire à celui de Jenn.

Voici ce qu’elle rapporte :

” J’avais 16 ans et demi — j’en ai 62 aujourd’hui —, je m’en rappelle comme si c’était hier-, mon bac en poche, j’avais rejoint ma famille pour l’été. Nous faisions du caravaning à Genève au Camping du Bois de la Batie.

Nous n’étions pas les seuls à séjourner sur une aussi longue durée et de bonnes relations se nouaient peu à peu entre nos parents, mes sœurs, moi-même et les voisins. Un apéritif par ci, un autre par là et quelques grillades soudaient les soirées.

Un soir, nous étions nombreux sous un auvent et nos hôtes, un couple d’environ 45 ans, à moment donné prennent la parole, l’air très ému. S’exprimant à tour de rôle, cet homme et cette femme vont nous raconter l’expérience qu’il leur a été donné de vivre et qui a changé leur vie.

Ils étaient sur une petite route, en côte, derrière un camion qu’ils suivaient sans pouvoir le dépasser depuis un bon moment, le monsieur -c’est lui qui conduisait- malgré l’imminence du sommet de la côte, énervé, décide qu’il lui est possible de dépasser ce gros camion nauséabond. Il s’engage, la voiture ne répond pas comme il l’espérait mais il insiste. Une fois parvenus au sommet de la côte, -là c’est son épouse qui prend la parole, d’une voix blanche -l’horreur surgit soudain sous la forme d’un camion plus gros que celui qu’ils doublaient. Trop tard pour se rabattre, le camion est sur eux.

En cet instant, pour eux, la mort est certaine. Ils racontent avoir fermé les yeux devant la vision d’horreur, levé les bras devant leur visage, et instinctivement rentré la tête dans les épaules en attendant le choc. L’épouse nous dit que dans son esprit est monté, automatiquement, une prière à la Vierge Marie, et qu’ayant rouvert les yeux, le choc ne se manifestant pas, elle l’avait vue apparaître dans une robe longue bleu ciel plissée, les mains jointes et le sourire aux lèvres.  Elle a « saisi » la voiture, l’a soulevée et l’a déposée de l’autre côté.

Ils ne savaient pas mettre, ni l’un ni l’autre, de mots sur leur émotion quand la voiture a touché la terre ferme à nouveau et qu’ils ont compris qu’ils étaient, contre toute attente, sains et saufs.

Ils avaient les yeux humides, la voix rauque.

Le mari  nous dit qu’il était sonné par le miracle, étourdi au-delà des mots, hagard et lorsque son épouse lui a raconté sa vision, il ne pouvait qu’y croire, autre chose ne pouvait pas être possible étant donné ce qu’il avait vu.

Son épouse, elle, vibrait en parlant.

Les chauffeurs des camions se sont arrêtés pas mal plus loin le temps de s’arrêter chacun sur sa file, ils sont sortis, se grattant le crâne en signe d’incompréhension, se sont approchés mais à quelques mètres, l’un comme l’autre, hochant la tête, ils s’en sont retournés comme s’il ne leur était pas possible de verbaliser leur question, l’air de penser qu’ils étaient fous.

Le silence le plus total s’était fait sous l’auvent, peu à peu, les gens se sont remis à bouger. Chacun à sa façon exprimait un sentiment qui allait de la gêne à l’étonnement en passant par une sorte de sidération.

Quelques questions ont fusé pour des précisions, mais ces personnes n’avaient rien à rajouter, sauf à dire qu’ils avaient décidé de partager cette expérience autour d’eux même si on devait les prendre pour des fous. Que leur vie avait changé du tout au tout, qu’ils se ressentaient un meilleur couple, de meilleurs parents et de meilleurs amis depuis.

Ils étaient rayonnants en effet, je les trouvais beaux, ils étaient « vivants », j’avais remarqué déjà que c’était presque toujours chez eux qu’on se retrouvait, comme une évidence…

Les jours qui ont suivi, j’ai remarqué quelques changements d’attitude, il y avait ceux qui se tenaient l’écart, ceux qui restaient les mêmes et ceux qui ricanaient. Leur fille, du même âge que moi, restait imperturbable, je trouvais ça admirable de sa part de rester zen comme ça avec de tels parents. Je l’enviais et en même temps j’aurais trouvé ça trop gênant. Même si je savais, en mon for intérieur, qu’ils avaient dit la vérité. “


Si cet article vous a plu, vous apprécierez certainement le livret-bonus que je vous offre. Renseignez votre prénom et votre adresse e-mail ci-dessous pour le recevoir de suite !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Recevez gratuitement le livret "Comment accompagner un proche dans l'au-delà".