Cycle d'étude

Le pouvoir de l’esprit et la pensée créatrice dans l’au-delà

Les Nouvelles cartes des cieux (14) – Le pouvoir créateur de la pensée

La pensée est bien plus créatrice dans l'au-delà

 

Les textes qui suivent sont pour la plupart de courtes citations, ainsi que quelques passages plus longs, regroupés autour de quelques grandes idées clés. Pour chaque extrait, les références entre parenthèses mentionnent l’auteur.e ou le narrateur, puis le sigle correspondant à l’ouvrage, puis la page. La liste des sources est consultable via le lien qui figure au bas du présent article.

Ces textes sont une traduction d’une partie d’un long recueil d’extraits de textes publiés en anglais sous le titre New Maps of Heaven, textes disponibles sous la licence CC-BY-NC-SA et édités par Steve Beckow.

Le premier chapitre de ce cycle de textes est disponible ici : Les Nouvelles cartes des cieux (1) ; vous pouvez aussi lire le chapitre 12, une interview de Steve Beckow : Les Nouvelles cartes des cieux (12)

 

Nous ne jouons pas à cache-cache avec nos pensées ici. Nous les montons comme des chevaux à la crinière ballante. (Barbara, AL, 31.)

 

Réapprendre à marcher, à voir, à entendre…

J’étais très ignorante quand je suis venu. J’étais étourdie au début et je ne me suis pas reconnue en tant qu’esprit. Mais mon bon ange était là et j’ai été conduite à la compréhension par la suggestion et l’enseignement. Mais il fallait que ce soit très simple au début. Savez-vous que la première chose que j’ai apprise, c’est comment marcher ! En d’autres termes, comment se déplacer comme les esprits se déplacent, avec un effort mental plutôt que physique. Lorsque j’ai découvert que je pouvais me déplacer d’un endroit à l’autre, j’étais aussi enthousiaste et heureuse qu’une enfant. Et cela a duré un certain temps, car vous voyez, je n’étais qu’une enfant dans cette nouvelle vie.

Puis j’ai dû visualiser différemment. Je n’avais pas appris la différence entre la vision physique et la vision spirituelle. Cela a pris plus de temps, et entre-temps j’ai fait quelques erreurs. Après cela, mon ouïe s’est développée. Je ne veux pas dire que je n’avais pas de perception de ce que l’on pourrait appeler l’audition, mais c’était en fait un transfert de pensée ou une télépathie, comme vous pourriez l’appeler, de mon guide.

Il a fallu un certain temps avant que j’entende réellement les voix des esprits. Et puis, après un temps plus long, j’ai commencé à entendre de faibles sons de musique, comme un orchestre exquis et lointain. Je ne pourrai jamais vous dire comment cela m’a affecté, ni avec quelle joie j’ai découvert que j’étais musical dans mon âme. C’est l’une des choses qui m’ont été refusées, pour la plupart, dans ma vie terrestre, et je n’ai pas réalisé ma propre sensibilité au son, ni rêvé que le son puisse apporter une telle extase.

J’ai alors su ce que je voulais étudier, et après avoir passé beaucoup de temps à acquérir la parole, l’ouïe, la vue et le mouvement, j’ai entrepris cette étude sérieusement. J’ai adoré et j’ai pensé que rien ne pouvait être égal en termes d’attirance. Mais finalement, mon guide m’a appelée à l’accompagner pour rencontrer d’autres personnes qui étaient arrivées aussi ignorantes et impuissantes que moi, et tout à coup, mon cœur a été touché, et mon amour s’est rendu jusqu’à eux sans effort.

(Mary Bosworth, SWSL, 65-6.)

 

La vie mentale s’ouvre devant nous

Vous vous dites sans doute que nous vous avons tellement parlé de cette vie qu’il n’y a pas grand-chose de plus à dire. Mais vous ne tarderez pas à vous rendre compte que nous ne vous avons donné qu’un aperçu.

Ce n’est pas tant l’environnement matériel, comme vous pourriez le croire, que la vie mentale qui s’ouvre devant vous. C’est une condition étrange, si vous vous arrêtez et réfléchissez, d’être là où vous avez ce qu’on pourrait appeler une existence uniquement mentale. C’est par l’esprit que tout se fait. Et faire tout ce qui concerne la vie en utilisant simplement l’esprit est une nouvelle sensation, et pour la plupart des gens, une nouvelle idée. Nous faisons de nous-mêmes exactement ce que notre esprit est capable de désirer que nous soyons. (Esprit anonyme, LHH, 82.)

 

La pensée dans l’au-delà est sur un plan différent

La pensée est sur un plan différent, un plan d’existence supérieur à celui de l’organe du corps terrestre, le cerveau, par lequel la pensée fonctionne sur terre. La pensée se trouve sur le même plan d’existence que le mental et le mental appartient vraiment au monde de  l’esprit. Et par plan supérieur, je n’entends pas un plan spirituel supérieur, mais un plan qui ne peut pas être observé par les organes ordinaires physiques de perception.

(Robert Hugh Benson, HH, 100-101.)

Dans le monde des esprits… nous n’avons pas de corps physique lourd. Le corps que nous possédons est à tous égards égal à notre esprit. Notre esprit n’a pas de véhicule lourd par ou à travers lequel il doit fonctionner. La pensée est immédiatement traduite en action, mais sans l’intermédiaire d’un cerveau physique tel que vous le connaissez. Le cerveau qui réside dans nos têtes n’est pas comme votre cerveau physique ; nos corps ne sont pas comme vos corps physiques. Chez nous, tout notre être, nos membres, nos muscles, etc., sont complètement soumis à l’esprit dans la mesure où ils agissent selon notre volonté. Pour le reste, nos corps sont soumis aux lois naturelles du monde des esprits.

(Ibid., 108)

 

La conscience est reine

Vous devez toujours vous rappeler que notre monde est un monde de l’esprit, où la conscience est reine. L’esprit règne sur son trône. Ce que l’esprit dicte, c’est la réalité.

(Silver Birch, SBA, 58.)

Ici, il s’agit essentiellement d’un monde de la pensée, où la pensée est la réalité. Et, étant un monde de pensée, la pensée façonne chaque expression de sa vie et de son activité.

(Ibid., 56.)

Tous les processus mentaux utilisés pendant l’état de rêve sont engagés avec une intensité beaucoup plus grande dans les mondes au-delà de la mort. Comme ces états mentaux sont la réalité des personnes qui vivent dans ces mondes, les états sont aussi tangibles pour eux que les choses matérielles le sont pour vous dans votre monde.

(Ibid., SBA, 68-69.)

 

La projection des schèmes de pensée

Tout dans ce monde et dans le vôtre est un schème de pensée. Ici, nous communiquons, travaillons, grandissons et prospérons uniquement par la pensée et, comme nous ne subissons aucune interférence des esprits physiques, qui ne sont que des machines mécaniques, nos pensées réagissent instantanément à tout ce que nous souhaitons projeter. Nous voyons instantanément une autre personne ou une autre âme à laquelle nous pensons. Nous projetons constamment nos propres schémas de pensée de sorte que, quoi que nous voulions être, nous le sommes.

(Arthur Ford, WB, 17.)

 


Pour vous faire une idée de l’influence plus concrète de la pensée dans l’au-delà, je vous suggère de lire l’article Comment s’habille-t-on dans l’au-delà ?


 

Le schéma de pensée est déterminant dans tous les domaines

Ici, nous vivons beaucoup plus dans le domaine de l’esprit. Lorsque nous réfléchissons à une expérience ou à un but, l’esprit s’étend pour voir tous les aspects du problème. C’est une expérience nouvelle et pas toujours passionnante ou agréable. C’est un peu comme une réaction en chaîne ; beaucoup plus puissante et réelle que l’ancienne association d’idées de la psychologie terrestre. Ici, ce que l’on pense … on l’est.

(Frances Banks, TOL, 33.)

Ici, nous sommes la pensée (réduite à sa puissance individuelle, je l’admets), mais c’est toujours le mental, non entravé par la réalité destructrice et apparente de la matière. … C’est pourquoi, par la pensée et la volonté, nous pouvons, si nous le souhaitons, voyager bien au-delà de ce qui constitue notre situation immédiate.

(Ibid., 72.)

Dans cette nouvelle vie, la puissance de la pensée s’intensifie à une fréquence qui ne permet pas de s’en écarter. Les effets sont immédiats. Ici, le schéma de pensée est déterminant pour le bien-être, le progrès, le bonheur et la joie de chacun. Ce que l’on pense, on l’est… dans l’environnement, l’apparence et la compagnie !

Nous devons apprendre à vivre dans cette nouvelle fréquence ; à garder les portes de notre esprit ; à anticiper l’action boomerang des émotions négatives….

C’est le mode de vie sur ces plans et chaque âme doit assimiler la Voie avant de passer à des plans de fréquences encore plus élevées. 

(Ibid., 75-76.)

 

La pensée, une dynamo créatrice

La force de la pensée est la source d’énergie, la dynamo créatrice. Ce que vous pensez fortement est, [d’abord] en ce qui vous concerne et ensuite si vous êtes assez puissant pour le modeler sous une forme quelconque, alors vous pouvez imposer votre image de pensée à d’autres personnes également.

L’univers semble être constitué d’essences subtiles pouvant être moulées par la force de la pensée, et la source de toute force de pensée est le Créateur, mais nous ne pouvons pas encore ne fût-ce que commencer à le saisir.

(Philip Gilbert, PTS, 22-3.)

 

Des profondeurs infinies…

Les morts apprennent bientôt que l’esprit… est un vaste seuil, qui atteint des profondeurs infinies d’expérience. Le moi expérimenté est au contraire petit comme un moucheron tremblant, planant à l’entrée. Doré dans sa lumière, libre mais incertain, attiré et titillé par cette source illuminée de l’esprit supérieur.

(William James, ADJ, 157.)

Le truc est de concentrer correctement la conscience dans les zones souhaitées. Cela présente généralement peu de difficultés après une brève étape préliminaire.

(William James, ADJ, 161.)

Deux éléments dans mon état actuel sont particulièrement significatifs pour moi lorsque je le compare à la vie physique. D’une part, ma mobilité psychologique et “physique” est étonnante, et mon sentiment de liberté me semble, au moins, illimité. Au début, j’ai trouvé cela déconcertant car ma réalité à un moment donné suivait les expériences-organisations de ma propre fabrication et de mon propre centre d’intérêt.

Les limites de la créature terrestre […] imposent un certain ordre dont les vivants ne peuvent s’écarter. Pendant un certain temps, mon état d’esprit était confus. Imaginez que vous soyez un chien bâtard, habitué à errer, qui reçoit soudainement, disons, des ailes, un esprit conceptuel, un vocabulaire, et avec ces ajouts satisfaisants mais surprenants, un million de nouveaux choix là où, auparavant, l’instinct et les exigences de la vie pratique des créatures avaient maintenu sa curiosité à un niveau limité.

En d’autres termes, de nouvelles capacités ont continué à jaillir de mon esprit, toutes plus étranges les unes que les autres. Un vif désir de nature très momentanée me transportait apparemment d’un endroit à l’autre, sans transition ni préparation –exaltant et troublant. Mais à tout cela s’opposait un sentiment de sécurité des plus agréables, de sorte qu’après les premières orientations, il n’y a plus aucune crainte.

(Ibid., 160.)

 

Une portée bien plus grande…

La pensée a ici une action directe. C’est là que réside la véritable difficulté. Parce que la pensée a une telle action directe, les gens sur terre pensent que les résultats doivent être intangibles, oniriques, et capables d’être, ou susceptibles d’être, dispersés à la moindre sollicitation, voire sans aucun effort. Nos pensées dans ces pays ont une puissance et une portée bien plus grandes que sur terre. Pour rendre les choses concrètes sur terre, il faut dépasser le stade de la réflexion. Ici, on est toujours au stade de la réflexion, car c’est la dernière étape.

(Robert Hugh Benson, MALIWU, 96.)

D’une manière générale, sur terre, la pensée doit avoir une forme d’expression concrète pour être efficace. L’architecte doit d’abord penser à sa cathédrale ou quoi que ce soit d’autre, mettre ses pensées sur papier dans un ordre régulier et avec exactitude avant que le constructeur ne puisse commencer à exprimer extérieurement et visiblement ses pensées originales. Il en va de même pour une multitude d’autres choses, du plus simple objet à l’instrument le plus compliqué ou à l’édifice le plus orné. Une pensée terrestre doit avoir un support quelconque avant de pouvoir trouver la moindre trace d’expression extérieure. Pour cette raison, entre autres, les incarnés sont enclins à considérer la terre comme étant le seul monde certain et substantiel dans lequel il est possible d’exister. Le monde des esprits devient tout le contraire.

Dans le monde des esprits, la pensée a une action directe et instantanée sur tout ce qui est dirigé, que ce soit sur un être humain ou sur ce que la terre appelle “un objet inanimé”. Je ne peux pas utiliser ce dernier terme de manière appropriée en relation avec les objets du monde des esprits car tous les objets, les choses, ont une vie, certaine et inimitable. Il n’existe pas d’état sans vie dans le monde des esprits.

Ce n’est que lorsque vous entrez dans le monde des esprits que vous savez réellement ce que les pensées peuvent faire. Et je vous assure, mon bon ami, que certains d’entre nous sont positivement horrifiés lorsque nous le découvrons pour la première fois !

(Ibid., HH, 99-101.)

 

 

 


 

Tous les textes cités proviennent de sources dont la liste est disponible sur la page Liste des sources du cycle Nouvelles cartes des cieux

Crédit photo : page Facebook psychosophie

 


Dites-moi dans les commentaires si l’une des citations vous a particulièrement interpellé, et ce qu’elle vous a permis de mieux comprendre et de mieux intégrer dans votre cheminement !


 

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement le livret "Comment accompagner un proche dans l'au-delà".