Cycle d'étude

Les nouvelles cartes des cieux (12) : interview de Steve Beckow

Steve Beckow – un cartographe de l'au-delà ?

Steve Beckow : un cartographe de l’au-delà ?

 

Steve Beckow, un résident de Vancouver, en Colombie-Britannique [Canada], a un passe-temps très inhabituel, qui ressemble fort au mien ! On pourrait l’appeler un cartographe de l’au-delà.

Il est le compilateur de nombreux textes sur l’au-delà, qu’il a regroupés selon divers thèmes et sous-thèmes où sont abordés de très nombreuses questions que l’on peut se poser sur l’après-vie.

Sa compilation est disponible sur le site New Maps of Heaven, dont tous les textes sont disponible sous la licence CC-BY-NC-SA.

C’est cette compilation que j’ai entrepris de vous proposer en version française sur ce blog, dans le cycle d’articles Les Nouvelles cartes des cieux.

 


La suite de cet article est une traduction d’un texte de Michael Tymn, journaliste depuis plus de 50 ans pour différentes revues américaines de spiritualité et d’études de parapsychologie, auteur de plusieurs ouvrages et de plus de 1600 articles, ainsi que rédacteur en chef  du Journal pour l’Étude de la Conscience et de l’Esprit  [Journal for Spiritual and Consciousness Studies] et de “The Searchlight”, publications de l’Académie pour l’Étude de la Conscience et de l’Esprit.

Si le corps du texte est de Michael Tymn, c’est en revanche à moi-même – Jérôme Choisnet, créateur de ce blog – que revient le choix des photos ainsi que des titres des paragraphes.


 

Sociologue, historien et ancien membre de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, Steve Beckow préfère se qualifier d’étudiant en spiritualité interculturelle. Son principal intérêt est maintenant de donner un sens à l’au-delà à partir de révélations qui nous sont parvenues par diverses formes de médiumnité, y compris la médiumnité de la Bible et d’autres textes sacrés.

J’ai récemment eu l’occasion d’interviewer Beckow par e-mail. Voici mes questions et ses réponses :

 

Steve, qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à la cartographie des cieux ?

J’ai suivi ce qui devait être un chemin commun pour ma génération dans les années 70 – à travers des groupes de rencontre, en partant en Inde, vers la spiritualité. À un moment donné, j’ai passé du temps dans un cercle de développement spirituel britannique et à un autre moment, j’ai eu une expérience de sortie de corps. Ce sont ces deux dernières influences qui m’ont poussé à écrire un livre sur les conditions de vie après la mort.

D’autres expériences spirituelles et les projets d’écriture qu’elles ont inspirés sont intervenus, mais il y a quelques années. Je suis revenu à la promesse initiale que je m’étais faite et, en m’appuyant sur ma formation sociologique, j’ai commencé à dresser un tableau de la vie au-delà de la mort physique.

 

Qu’avez-vous trouvé ?

Eh bien, tout d’abord, travailler sur le sujet est un peu comme assembler un gigantesque puzzle, dont toutes les pièces sont dans des tons de bleu doux. Ce n’est que par des nuances que l’on peut distinguer les pièces. Par exemple, la flore, les bâtiments et l’art du Plan Astral et du Plan Mental sont similaires, à la fois éblouissants et indescriptibles. Comment les distinguer d’un point de vue terrestre ? De plus, contrairement à la terre, qui est disposée géographiquement, les plans spirituels sont disposés de manière hiérarchique. Comme l’a dit Julia Ames, ” il y a des degrés dans le ciel “.

Cela a plusieurs conséquences.

Tout d’abord, en examinant les communicateurs eux-mêmes, j’ai constaté que je lisais surtout les récits des nouveaux arrivants. Ils occupaient les plans les plus proches de la terre et étaient parmi ceux qui en savaient le moins sur ce qu’ils décrivaient.

Deuxièmement, les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles à décrire à mesure que l’on monte dans les sphères spirituelles.

Troisièmement, plus on monte dans l’échelle des plans, plus les communicateurs perdent le désir de communiquer avec nous de ce côté. Tout cela biaise la communication en direction des moins bien informés, parlant en territoire familier.

 

Avez-vous réussi à dessiner une nouvelle carte du ciel ?

Comme tous les premiers explorateurs, moi et les autres chercheurs de l’au-delà n’avons jusqu’à présent tracé que les “continents” connus, principalement les Borderlands ou les Higher Summerlands. La plupart des communications spirituelles, dans les temps anciens, prouvaient surtout que nous survivons. Une série d’enseignements spirituels les suivaient. Ce n’est que rarement qu’un communicateur spirituel porte réellement son attention sur les conditions de vie de l’autre côté.

De plus, concernant les plans au-dessus de l’Astral (c’est-à-dire au-dessus des Winterlands et des Summerlands) et du Plan Mental, nous ne savons pas grand chose. Les commentateurs théosophes ne consacrent qu’un paragraphe général à ce qu’ils appellent les plans bouddhique et nirvanique et confient qu’il leur est interdit de dire quoi que ce soit sur les plans supérieurs. Tout cela signifie que la cartographie de l’au-delà n’en est qu’à ses balbutiements.

 

Que sont les Winterlands ?

Les Winterlands [Terres d’Hiver] sont les plans inférieurs de l’astral – le Plan de Pierre et le Plan Sombre. Ils sont l’équivalent de ce que les chrétiens appellent « l’enfer ».

Le Plan de Pierre est décrit comme ressemblant aux régions désertiques américaines avec beaucoup moins de chaleur et de lumière. Le Plan Sombre est un endroit assez misérable où atterrir, froid, sombre et, à bien des égards, nocif. Certaines personnes passent des centaines d’années à s’apitoyer sur leur sort avant d’en ressortir. D’autres travaillent dur et s’empressent de les laisser derrière eux.

Ce n’est pas l’Enfer de la religion chrétienne

Néanmoins, ils ne sont pas le même “Enfer” que celui représenté dans la religion orthodoxe. Tout d’abord, ils ne sont pas éternels ; les esprits ont la possibilité de se reconstruire et de partir. En second lieu, il n’y a pas de feu de l’enfer dans lequel les âmes sont tourmentées. Le pire des tourments qui se produisent provient de l’esprit de l’individu lui-même. Un exemple de cela serait un meurtrier condamné mentalement à revivre sans cesse ses crimes, ce qui, d’après ce que je comprends, est ce qui se produit.

Soit dit en passant, l’une des questions qui m’a poussé à faire cette recherche était de découvrir ce qui est arrivé aux nazis après leur mort. Presque tous ont fini dans les Plans Sombres, mais j’ai appris autre chose qui m’a fait sursauter.

J’ai rencontré plusieurs esprits qui disent que les pires parmi les esprits maléfiques – Philip Gilbert a d’ailleurs donné le nom d’une femme nazi, Irma Grese – ont été, dirons-nous, réassimilés dans l’Esprit cosmique. Ils n’existent plus en tant qu’individus. C’est l’une des révélations qui donnent à réfléchir dans ce travail. Jusqu’alors, je pensais que pas une seule brebis  ne serait perdue, mais apparemment ce n’est pas le cas.

 

S’il y a un Enfer, y a-t-il un Purgatoire ?

Le Purgatoire est un état plutôt qu’un lieu. Il y a plusieurs purgatoires. Les Borderlands sont un « lieu de purge », où nous subissons un « examen de vie complet » immédiatement après la mort. Vous savez probablement déjà que certaines personnes peuvent subir cet examen au cours d’une expérience extracorporelle.

Mais il existe un second lieu de purge, après que l’on se soit établi dans le Plan Mental ou “Ciel” proprement dit, qui se trouve « au-dessus » des Summerlands astrales. Ici, on passe par un examen beaucoup plus intensif que le premier, de concert avec ses maîtres spirituels, que les communicateurs appellent « le Jugement ». Après ce deuxième examen, il y a un temps de réparation des erreurs commises, puis ce qu’on appelle « la seconde mort », lorsque les traces terrestres restantes s’effacent et que l’on émerge dans le corps mental. J’ai entendu dire qu’il existe d’autres purges, ou purgatoires, également.

 

Vos recherches confirment-elles l’existence des « esprits attachés à la terre » ? Si oui, quels sont-ils exactement ? Savent-ils qu’ils sont morts ?

Oui, il existe un grand nombre d’esprits attachés à la terre. Ils ont en commun un désir inassouvi de continuer à faire l’expérience de la vie mortelle. Certains peuvent ne pas savoir qu’ils sont morts, d’autres peuvent le savoir.

Certains peuvent être des esprits malveillants, incitant les personnes incarnées à commettre des excès et des crimes afin qu’ils puissent profiter des sensations, même si c’est de façon limitée et par procuration. D’autres peuvent être des esprits aimants, incapables de supporter la douleur de la séparation d’avec leurs proches. D’autres encore peuvent simplement regretter leur ancien château ou leur vieil appartement.

D’autres enfin peuvent être confondus avec des esprits attachés à la terre, mais sont en fait des âmes qui restent près de la terre dans un but exalté. Les fascinants Nirmanakaya en sont un exemple. Les Nirmanakaya sont des âmes incroyablement développées, qui ont renoncé au droit d’entrer dans le Nirvana et ont accepté de rester plus ou moins stationnaires dans le plan de l’esprit, comblant celui-ci d’amour ainsi que la Terre. […]

 

Quel est le plan le plus élevé à partir duquel nous avons des communications ?

Là encore, les esprits ne disent pas souvent de quel plan ils communiquent. John Heslop, qui communique à partir d’une région élevée appelée la Sphère du Christ, le fait. Cette sphère est mentionnée par d’autres, mais Heslop en décrit en fait autant de détails qu’il est possible d’en saisir dans notre langue. Malheureusement, ces détails sont moins nombreux que je ne le souhaiterais, mais en écoutant Heslop, nous pouvons, grâce à ses mots, nous faire une idée du calibre des habitants de cette sphère exaltée.

J’ajouterai que deux sources – John Heslop et Julia Ames – décrivent en fait l’ascension au paradis ; ainsi, Julia raconte être conduite au paradis par un ange, rencontrer avec le Seigneur Jésus avec une armée céleste derrière lui, et faire l’expérience de l’illumination. Je mentionne cela parce que certaines personnes – incarnées et désincarnées – démystifient les descriptions bibliques comme le ” Ravissement ” de nos jours, mais j’ai trouvé des exemples intéressants qui corroborent ces descriptions. Elles n’arrivent tout simplement pas à la plupart des gens (et sont donc peu connues, et parfois niées, par l’esprit communicateur moyen), mais elles arrivent à des êtres plus développés.

Les communications de Julia Ames ont été reçues par William T. Stead et recueillies dans son ouvrage Lettres de Julia.

Lettres de Julia

Lettres de Julia - William Thomas Stead

 

Cela soulève l’intéressante question de la faillibilité des esprits. Comme la plupart des communicateurs sont trépassés depuis peu, ils peuvent se tromper dans leur évaluation de ce qui se passe ou non de l’autre côté. C’est le nouveau-venu Monseigneur Robert Hugh Benson qui a dit qu’il n’y avait pas de “ravissement” ni de “jugement”. Mais en fait, il était dans l’erreur sur ces deux points.

 

William Stainton Moses

Enseignements spiritualistes – William Stainton Moses

L’autre source qui vaut la peine d’être étudiée est Enseignements spiritualistes de Stainton Moses (1839-1892). Son communicateur en chef, “Imperator“, s’est incarné pour la dernière fois sous le nom du prophète Malachie, qui était l’un des responsables de la mise en forme de l’Ancien Testament tel qu’il se présente aujourd’hui.

Il est assisté par une assemblée de 49 âmes nobles et ses enseignements sont fascinants. Malheureusement, Imperator ne parle pas spécifiquement de son propre plan, mais donne tout de même beaucoup d’informations précieuses sur la vie des esprits en général. […]

 

Combien de plans y a-t-il ? Pouvez-vous les nommer tous ?

Non, je ne peux pas tous les nommer. Aucun système de classification que j’ai vu jusqu’à présent ne les prend tous en compte – ni ceux des théosophes, ni ceux des Rose-Croix, ni aucun autre.

Une carte complète devrait inclure les plans bouddhique et nirvanique, les deux plans au-dessus d’eux que les théosophes refusent de discuter, et les royaumes des Dharmarajas, Elohim, Lipika, et neuf ordres d’anges. Aucun schéma cartographique que j’ai vu ne montre où ils se situent tous, ni même ne les nomme (ou les numérote) de manière cohérente.

La plupart des schémas de description ne vont pas plus loin que le troisième ciel ou le troisième sous-plan du Plan Mental. Il se peut très bien qu’il n’y ait pas de mots pour les décrire, même s’ils étaient nommés ou numérotés.

De plus, il n’existe pas, à ma connaissance, de cartes qui incluent également les courants de vie parallèles mais indépendants des humains qui existent le long de nos plans, comme les fées, les sylphes, etc. Je ne me suis pas intéressé à ces derniers ni, d’ailleurs, aux plans spirituels qui sont associés à des formes de vie sur d’autres systèmes planétaires et stellaires. (Oui, ils existent aussi).

Pléthore de dénominations

Non seulement je ne peux pas nommer tous les plans, mais je suis confronté à une pléthore de noms qui semblent pointer vers la même région tout en manquant de confirmation spirituelle que c’est bien le cas. Ainsi, les Borderlands [régions frontalières] sont appelées le Plan Proche de la Terre, le Kamaloka, Hadès, le Purgatoire, le Vestibule, et « l’Île Bleue ». Ce serait bien si quelqu’un comme Annie Besant ne venait pas étendre le mot Kamaloka à l’ensemble du Plan Astral ou si quelqu’un d’autre faisait remarquer qu’il existe de nombreux purgatoires, etc. Il y a terriblement peu d’accord sur les questions de première importance dans l’étude des cieux.

 

Pour réfléchir plus avant sur la question des plans et dimensions de l’au-delà, je vous invite à consulter mon article Un essai sur l’après-vie multi-dimensionnel

 

Votre site web mentionne qu’il existe une période de convalescence dans le royaume des Borderlands.

Le temps passé là-bas varie-t-il selon les âmes ? Les esprits attachés à la terre subissent-ils une convalescence ? Si oui, pourquoi sont-ils toujours sur terre ?

Les esprits peuvent ou non être en convalescence après leur mort. Cela dépend d’un certain nombre de facteurs. Tout d’abord, cela dépend de leur degré de familiarité avec la vie après la mort. Ceux qui sont familiers peuvent passer rapidement par les Borderlands et s’installer sur les plans astrals supérieurs – Robert Hugh Benson, par exemple. Certains passeront rapidement par les plans astraux avant de prendre résidence sur les plans mentaux – W.T. Stead, par exemple.

Cela dépend également de la nature de leurs conditions de décès. Ceux qui ont souffert d’une longue maladie ou d’une mort soudaine et violente auront généralement besoin de plus de temps pour leur convalescence que ceux qui sont morts, disons, paisiblement dans leur sommeil. Certaines personnes n’ont besoin que d’une journée de sommeil et sont prêtes à fonctionner. Benson en est également un exemple.

 

Pour découvrir des exemples de repos et convalescence dans l’au-delà, je vous invite à lire les deux articles Maisons de convalescence et de repos dans l’au-delà et Repose en paix ?

 

Le retour des voyageurs

Dans The Travellers’ Return de Grace Rosher, on trouve une merveilleuse description de la réception joyeuse que Sir Winston Churchill a reçue sur le Plan Astral de la part d’anciens premiers ministres et d’autres personnages historiques. Avant cette réception, Sir Winston était en convalescence. Un détail intéressant à entendre est qu’il a été réveillé temporairement de son repos pour entendre les trompettes à la cathédrale St. Paul, puis renvoyé au lit. Quel beau geste !

 

The Travellers' Return – Le Retour des voyageurs — Grace Rosher

 

La plupart des esprits attachés à la terre sont entourés d’un mur mental d’inconscience que les esprits qui aident aux transitions ne peuvent pas pénétrer. Parfois, ces esprits ne savent pas qu’ils sont morts. D’autres choisissent consciemment d’être liés à la terre et les guides de transition ne violeront pas leur liberté de choix. La plupart d’entre nous sommes “terrestres” d’une certaine façon. Même Julia Ames a demandé la permission de quitter Jésus et de revenir pour annoncer la bonne nouvelle à ses proches sur terre. Nous passons tous un certain temps autour de ceux que nous avons laissés derrière nous.

The Bridge Over the River

Là encore, certains esprits reçoivent la permission de travailler avec leurs parents médiums – Philip Gilbert, par exemple, ou “Sigwart” de The Bridge Over the River [Le Pont sur la rivière]. Bien que nous ne les considérions généralement pas comme “terrestres”, ils sont responsables d’une certaine activité spirituelle soutenue autour des mortels.

The Bridge over the River – Le Pont sur la rivière

 

Quelles ont été vos meilleures ressources ou vos ressources préférées pour cette information ?

J’ai certainement mes préférées. J’en ai déjà mentionné quelques-unes.

J’ai trouvé inestimables :

  • les livres communiqués par Philip Gilbert par l’intermédiaire de sa mère Alice (Philip in Two Worlds, Into the Everywhere et Philip in the Spheres)
  • les Lettres de Julia de W.T. Stead
  • le Journal Post-Mortem de T.E Lawrence
  • et la série Life in the World Unseen de Benson.
Philip dans deux mondes

Philip in two worlds – Philip dans deux mondes — Alice Gilbert

Journal Post-Mortem

Journal Post-Mortem – T.E. Lawrence

Série Life in the world unseen d’Anthony Borgia

 

F.W.H. Myers est informatif mais idiosyncrasique. Il est difficile de savoir où se situent certaines de ses informations. Une fois de plus, je n’ai pas terminé ma lecture pour ce projet.

 

Pour en savoir plus sur Frederic Myers et la question complexe des divers plans de l’au-delà, je vous suggère de lire mon article en deux parties Les sept plans de l’au-delà selon Frederic Myers

 

Parmi les livres des érudits incarnés, mon préféré est Living On [Vivre encore] de Paul Beard. Les théosophes sont également très variés et instructifs. Je dois mentionner qu’un grand nombre de textes primaires et secondaires sont aujourd’hui disponibles en ligne.

Living On – Vivre encore — Paul Beard

 

 

Que nous montre cette recherche ?

Eh bien, encore plus distinctement que la recherche sur la vie terrestre, la recherche sur la vie spirituelle nous montre le Plan Divin : à savoir, l’évolution spirituelle, de Dieu à Dieu. Nous venons tous de Dieu et sommes destinés, dans un avenir lointain, à retourner à Dieu après avoir connu un stade très avancé d’illumination.

La volonté de Dieu, telle que je la comprends, est que, par le biais de ses formes de vie créées, le sans-forme jouisse de l’expérience de sa propre Béatitude. Et ce moment de jouissance se produit pendant l’éveil. Le but de notre vie est donc l’illumination et notre voyage vers le bas et vers le haut des plans de l’esprit, tel que décrit dans l’échelle de Jacob, est de servir le Plan Divin dont notre illumination fait partie.

En suivant le voyage des esprits d’un plan à l’autre, on peut voir l’échelle de Jacob de l’évolution spirituelle aussi clairement que tout ce que nous pouvons espérer voir. La marche des Terres d’hiver aux Terres d’été et jusqu’au Ciel et au-delà est une illustration graphique de la trajectoire de notre retour à la Divinité. Révéler une image du Plan divin à l’œuvre est l’une des contributions majeures de la recherche sur l’au-delà.

« Révéler une image du Plan divin à l’œuvre est l’une des contributions majeures de la recherche sur l’au-delà »

 

Y a-t-il autre chose que vous espérez réaliser en dessinant de nouvelles cartes des cieux ?

Je sais que les esprits nous écoutent autant que nous les écoutons. Tout en dessinant des cartes, j’essaie aussi de leur faire comprendre que nous avons besoin d’eux pour resserrer le processus de communication. Un moyen serait de faire en sorte que tous les communicateurs soient tenus de nous dire précisément de quel plan (et sous-plan) ils communiquent. L’emplacement de l’autre côté est d’une importance capitale pour nous qui essayons d’assembler les pièces du puzzle.

Je demande également l’aide des enseignants spirituels pour mettre en corrélation les différentes terminologies utilisées par les esprits. Par exemple, je ne sais pas à quoi se réfèrent les noms de plans comme la « Sphère du Christ » ou le « Plan empyréen » en général, mais je ne sais pas non plus comment ils se rapportent aux systèmes de numérotation comme ” le septième plan “, etc.

 

Plus important encore, j’espère persuader les personnes trépassées et physiques de se réunir sur des projets anthropologiques vraiment vastes qui soumettraient les plans spirituels à une étude socio-scientifique rigoureuse.

Soumettre les plans de l’au-delà une étude socio-scientifique rigoureuse ?

Jusqu’à récemment, la plupart des comptes rendus ressemblaient à des guides touristiques. Nous pouvons faire mieux que cela et, je pense que nous sommes prêts pour des examens intensifs et érudits menés par des groupes de ce côté qui coopèrent avec des groupes de “l’autre”. Mais je ne pense toujours pas que cette recherche devrait être affiliée à des universités qui semblent encore adhérer à un paradigme de matérialisme empirique et qui peuvent être influencées par l’État.

Je pense aux différentes interviews réalisées par Robert Leichtman dans les années 70, collectivement appelées Du ciel à la terre (malheureusement épuisées aujourd’hui et difficiles à trouver).

Leichtman, par l’intermédiaire de David Kendrick Johnson, a interviewé Tesla, Churchill, Shakespeare, Cayce, Garrett et bien d’autres. Son travail, bien qu’anecdotique, était toujours fascinant et montrait le potentiel de la recherche “transfrontalière” (entre la Terre et l’au-delà) organisée et coopérative, des esprits incarnés coopérant avec des désincarnés.

From Heaven to Earth – Du Ciel à la Terre — Robert Leichtman

 

Nous sommes tous intéressés par une petite partie du tableau d’ensemble. Ce n’est pas parce que je ne mentionne pas quelque chose en dehors de mon propre domaine d’intérêt que cela ne signifie pas que ce n’est pas important. Les mêmes recherches transfrontalières que je demande à des fins anthropologiques seront utilisées par d’autres pour recevoir des enseignements spirituels approfondis qui pourraient nous aider à mettre fin aux énormes difficultés dans lesquelles nous tombons ces jours-ci.

 

S’attaquer sérieusement à la communication transfrontalière

Nombre des principaux problèmes de notre époque, et je ne cite en exemple que l’utilisation d’armes à l’uranium appauvri qui menacent la planète, sont à peine mentionnés dans notre presse. Nous avons également besoin d’une aide spirituelle pour ces problèmes, même si, personnellement, je ne serais pas très en vue parmi les chercheurs qui poursuivent ce travail.

À mon avis, il est temps d’accélérer le rythme et de s’attaquer sérieusement à la communication transfrontalière. Nous sommes passés depuis un certain temps déjà par la phase probatoire, sans être nécessairement passés à une communication beaucoup plus intensive. Je pense que le moment est venu d’entamer la phase suivante.

 

 


Source :

Pour en savoir plus sur Steve Beckow :

 


Cet article a-t-il stimulé votre réflexion ?

Vous a-t-il permis d’avancer dans votre cheminement ?

Dites-le moi dans les commentaires !

Et si vous aimez, dites-le aussi en partageant à l'aide des boutons ci-dessous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En laissant votre commentaire, vous acceptez la Politique de confidentialité et cochez à cet effet la case ci-dessous.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement le livret "Comment accompagner un proche dans l'au-delà".